Plomb à Notre-Dame: le chantier est "totalement étanche"

Plomb à Notre-Dame: le chantier est

Le chantier de Notre-Dame, où travaillent entre 60 et 80 personnes en moyenne, est "totalement étanche" vis-à-vis du risque d'exposition au plomb, a assuré le préfet de la région Ile-de-France, Michel Cadot.



Le chantier est "totalement étanche vis-à-vis de son environnement en terme de risque au plomb", a expliqué M. Cadot, aussi préfet de Paris, aux côtés du directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS), Aurélien Rousseau.

 

"De l'ordre de 60 à 80 personnes en moyenne chaque jour ou chaque semaine sont sur le chantier" et 40 entreprises y interviennent, a détaillé le préfet. Dans la future phase de restauration, le chantier accueillera 240 personnes en moyenne chaque jour.

 

Alors que plusieurs articles de presse ont rapporté ces derniers jours, aux dires des entreprises, un chantier au ralenti du fait des normes de sécurité ou de trop longues procédures de passation de marchés publics, M. Cadot, a affirmé que le chantier de Notre-Dame n'était "pas paralysé".

 

Trois unités mobiles de décontamination à l'intérieur

 

Suite à un rapport de l'inspection du travail, le préfet avait stoppé le chantier cet été pour "tout remettre d'équerre" et mettre en place des mesures de sécurité (douches de décontamination, pédiluves notamment) en raison de "la forte présence de plomb dans le sol et sur les murs". Pour plus de "souplesse", il y a maintenant "trois unités mobiles de décontamination à l'intérieur".

 

Des mesures sont aussi mises en place au regard "du risque grande hauteur" avec la pose d'ascenseurs ou "de gardes-corps" pour protéger les cordistes qui vont intervenir. L'une des phases les plus critiques va être le démontage de l'échafaudage d'où est parti l'incendie, "fortement touché par les projections de plomb", une opération qui prendra "4 à 5 mois au minimum".

 

Le démontage de l'échafaudage, une opération complexe

 

"Le démontage s'effectuera de manière complexe, en partant du haut, en enlevant morceau par morceau, avec des sciages, avec des cordistes", et "de façon à éviter des projections de plomb", a précisé M. Cadot.

 

Par ailleurs, des capteurs ont été installés "dans les parties fragilisées du bâtiment" afin "d'anticiper les risques de mouvement".Le site est visité "régulièrement par l'inspection du travail", a expliqué M. Cadot. "Il y a des règles qui sont rappelées et peut-être avec une présence perçue comme inquisitrice de l'inspection mais qui fait son travail et qui l'a bien fait", a-t-il ajouté.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2257 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique


Les toitures végétalisées