Le Bâtiment inquiet tourne ses revendications vers l'Europe

Le Bâtiment inquiet tourne ses revendications vers l'Europe

La principale organisation du bâtiment français table toujours sur un léger déclin d'activité cette année face au repli du logement neuf, donnant un tour européen à ses revendications à l'approche du scrutin de fin mai.





"On va rentrer dans une période d'élections européennes et (on) veut apporter un certain nombre d'éléments", a déclaré lors d'un bilan trimestriel Jacques Chanut, président de la Fédération du bâtiment (FFB), dont les membres revendiquent deux tiers des employés du secteur.

 

Parmi les revendications portées par l'organisation figurent la bonne application nationale des consignes européennes sur la concurrence et contre le "travail au noir", le soutien au secteur via le plan d'investissements Juncker - lancé voici cinq ans par l'actuel président de la Commission européenne -, ainsi qu'un assouplissement de certaines réglementations.

 

"On ne peut pas comparer un plombier avec cinq personnes (et) Google", a jugé M. Chanut, au sujet notamment du Règlement européen sur la protection des données (RGPD), adopté début 2018 et encadrant le recueil des données personnelles par les entreprises. Pour le reste, la FFB a dressé un tableau du secteur qui reprend largement ses chiffres et prévisions donnés fin 2018: à l'époque, la fédération avait tablé sur un recul de 0,5% de l'activité du bâtiment cette année.

 

La prévision d'activité négative maintenue par la FFB

 

"On maintient à ce jour (...) cette prévision d'activité négative", a résumé M. Chanut, même si pour l'heure "on a une activité d'un bon niveau sur le début de l'année". Mesurée par le niveau des commandes, qui donnent une idée avancée de l'activité des entreprises, cette activité marque même une petite amélioration avec des carnets représentant six mois et demi de travail contre environ six, fin 2018.

 

Malgré ce bon niveau actuel, le secteur s'attend à subir, en particulier après la mi-2019, les conséquences du repli de la construction de logements neufs qui se fait sentir depuis l'an dernier après une période d'essor. La fédération en tient responsables plusieurs mesures prises par le gouvernement depuis le début du quinquennat Macron: la suppression ou la réduction d'aides à la propriété, comme l'APL accession et le prêt à taux zéro (PTZ), ainsi que les économies demandées au monde HLM.

 

"Le monde HLM, c'est 15% de notre activité", a souligné M. Chanut, alors que les bailleurs sociaux doivent être reçus à Matignon pour se voir préciser le niveau des économies qui va leur être maintenant demandé.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (654 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Façades rideaux - NF DTU 33.1