ISH 2019 : chauffage, rafraîchissement, eau chaude, ventilation, PV et numérique

ISH 2019 : chauffage, rafraîchissement, eau chaude, ventilation, PV et numérique

Un socle, commun et élargi, émerge à travers les offres de toutes les grandes marques du chauffage, dont Viessmann et Vaillant






 

Relève des générations. Viessmann insiste beaucoup sur le fait que l’entreprise est familiale et désormais dirigée par la quatrième génération : Max Viessmann est nommé Co-CEO de Viessmann. ©PP

 

Le salon ISH a ouvert à Francfort le 11 Mars. Un nouveau Hall, le n°12, a été mis en service. Il accueille toutes les grandes marques traditionnelles du chauffage, dont BDR Thermea, Bosch, Cordivari, Stiebel Eltron, Vaillant, Viessmann et notre visite débute par ses deux niveaux. Première impression, les solutions techniques mises en œuvre peuvent être différentes d’une marque à l’autre, mais tous les exposants ont élargi leurs offres.

 

Ils proposent tous désormais l’ensemble chauffage, rafraîchissement, production eau chaude, ventilation – toujours double-flux avec récupération de chaleur -, production photovoltaïque avec panneaux et onduleurs, stockage d’électricité. Tout ça étant nappé d’une généreuse sauce numérique pour faciliter le travail des concepteurs, des installateurs, de la maintenance et l’emploi des systèmes par le client final.

 

 

 

Les machines multifonction se multiplient. Elles assurent la ventilation double-flux avec récupération de chaleur, le chauffage, la production d’ECS et, parfois, le rafraîchissement. Au-dessus, la première machine multifonction de Vaillant. En dessous, la dernière génération multifonction de Stiebel Eltron, un pionnier dans le genre, puisque sa première offre multifonction date de 1998. ©PP

 

 

 

 

De la ventilation partout

 

Côté ventilation, même des marques connues pour tout autre chose, comme Kermi et ses radiateurs décoratifs en acier, mettent en avant un choix de solutions de ventilation double-flux qui comportent toujours au moins deux grands types de solutions : des caissons de ventilation double-flux décentralisés pièce par pièce, des caissons centralisés pour le logement.

 

Chez Kermi, c’est la gamme X-well. Elle comporte des caissons pièce par pièce X-well A20 et A21, les caissons double flux extra-plats X-Well F130 (130 m3/h de débit max) et les gammes X-well-S-Serie- E et X-well F170 E. Le « E » signifie récupération de la chaleur latente – donc de l’humidité – de l’air extrait à travers des membranes spécifiques. Nous ne sommes plus dans la simple ventilation de base : les deux gammes E affichent des taux de récupération de chaleur proches de 100%, en comptant la chaleur latente.

 

Viessmann qui propose de la ventilation depuis plusieurs années devrait introduire ses groupes double flux décentralisés pièce par pièce sur le marché français dès 2020, dont le Vitovent 100D qui s’installe directement à travers le mur dans un carottage de 162 mm de diamètre. Le Vitovent 100D atteint 91% de récupération de chaleur, possède un seul canal et fonctionne en inversion de flux : 5 minutes en extraction chargent l’échangeur de chaleur, puis 5 minutes en insufflation apportent de l’air neuf préchauffé en déchargeant l’échangeur.

 

Stiebel Eltron introduira en France dès cette année ses machines multifonctions LWZ 5, toutes étiqueté A++. Ce sont des équipements capables d’assurer jusqu’à 4 fonctions : ventilation double flux – avec des ventilateurs pilotés par inverter pour obtenir un parfait ajustement de la vitesse de rotation aux besoins de ventilation du logement -, chauffage, production d’ECS et rafraîchissement pour le LWZ 5 CS Premium.

 

 

 

Vaillant propose des panneaux photovoltaïques en silicium mono ou multicristallin, des onduleurs domestiques, pour l’instant, et un stockage d’électricité modulaire par pas de 2 à 12 kWh. Le tout est accompagné de pompes à chaleur et de production d’eau chaude électrique thermodynamique pour maximiser l’autoconsommation. ©PP

 

Toujours du photovoltaïque, souvent accompagné de stockage d’électricité

 

Toutes les marques proposent aussi une offre quasi-complète de photovoltaïque : les panneaux, les onduleurs et des évolutions dans leurs appareils électriques pour maximiser l’auto-consommation. Par exemple, chez Stiebel-Eltron, toutes les nouvelles pompes à chaleur et les nouveaux ballons thermodynamiques sont conçus pour fonctionner directement à partir du courant photovoltaïque produit sur site.

 

Lorsque le photovoltaïque produit sans demande dans le logement, les ballons thermodynamiques sont capables de déroger à leur température de stockage pour augmenter la température et auto-consommer davantage. Kermi, Vaillant et Viessmann vont un pas plus loin et proposent même des solutions de stockage d’électricité en batteries. Vaillant et Viessmann assemblent leurs propres stockages.

 

Kermi a conclu un accord avec le chinois Fenecon et propose un système cohérent associant panneaux PV, onduleur, stockage d’électricité, pompe à chaleur et ballon avec dérogation de température de stockage d’eau. A travers leur discours, il est clair que ces marques s’orientent peu à peu vers la maison autonome. En attendant, le développement des pompes à chaleur, de la production d’électricité sur site et du stockage leur permet de proposer des solutions complètes dont l’efficacité énergétique va croissante.

 

 

 

Voici le nouveau brûleur radiant Matrix-Plus de Viessmann, de forme cylindrique. Il équipe notamment les chaudières murales à condensation Vitodens 300, qui ne seront pas vendues en France pour l’instant. ©PP

 

 

Les chaudières et les pompes à chaleur sont désormais équipées d'une interface de pilotage tactile. Chez Viessmann, le bandeau de commande peut être déplacé sur la façades des chaudières Vitodens 300 pour le placer à la hauteur la plus pratique pour l'utilisateur. ©PP

 

 

 

Les pompes à chaleur font désormais partie de la stratégie et de l’offre de produits et systèmes de toutes les marques. Voici la plus récente Pompe à chaleur air/eau Stiebel Eltron. Elle utilise un nouveau fluide. Un prochain article fera un bilan des fluides frigorigènes à ISH. ©PP

 

Vaillant et Viessmann : deux stratégies différentes

 

En effet, la condensation gaz est très proche de ses limites physiques théoriques. Le rendement maximum théorique de la condensation est de 111% sur PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur). La conception des dernières chaudières à condensation leur permet d’atteindre des rendements effectifs de 109%, avec, dans le cas des Vitodens 300 de Viessmann équipées du tout nouveau brûleur Matrix-Plus cylindrique, une modulation de puissance de 1 à 17 et une conservation du rendement tout au long de la variation de puissance.

 

La qualité des produits de combustion a également significativement progressé avec les dernières générations et tangente les 12 mg de NOx par kWH. La marge de progression en condensation est très faible. Vaillant et Viessmann, deux des principaux industriels européens du secteur, réagissent très différemment. Tous deux s’accordent sur le développement des pompes à chaleur, du PV et du stockage d’électricité.

 

Mais Vaillant a arrêté et liquidé ses piles à combustible et même sa cogénération à moteur thermique, estimant que le marché ne serait jamais au rendez-vous. Viessmann, à l’inverse, s’entête. Il continue le développement de ses piles à combustible et souligne en avoir vendu plus de 2000 en 2018. Ce n’est rien, mais cela représente un doublement des ventes par rapport à l’année précédente.

 

Viessmann est même le seul industriel européen qui développe simultanément deux technologies différentes de piles à combustible. Il possède toujours une gamme de cogénération à moteur thermique étendue, destinée au tertiaire et au collectif qui s’étend jusqu’à la Vitobloc 200 : 1000 kWe, 1069 kWth, un rendement électrique de 42,5% et un rendement énergétique global de 91,2%.

 

 

 

Et un petit multisplit réversible chez Vaillant. Bosch, Viessmann, Stiebel Eltron et la plupart des autres grandes marques du chauffage en vendent également. ©PP

 

Une offre de rafraîchissement systématique

 

Tous les fabricants de générateurs de chaleur du nouveau Hall 12 d’ISH introduisent, plus ou moins discrètement des solutions de climatisation par détente directe. Vaillant et Viessmann proposent des multisplits très classiques au R410A ou au R32, indiquant que le marché s’est tellement développé qu’ils ne peuvent pas s’en désintéresser. Bosch a même développé un DRV avec Midea.

 

Toutes les pompes à chaleur ou presque sont réversibles. Weishaupt propose soit un rafraîchissement par inversion de cycle sur ses pompes à chaleur air/eau, soit un rafraîchissement par échange direct les capteurs enterrés dans le cas de ses pac eau glycolée/eau. La plus complète des machines multifonction de Stiebel Eltron propose le rafraîchissement.

 

Bref, tout le monde a bien compris le réchauffement climatique et l’impératif d’améliorer le confort d’été de manière active. Les solutions de chauffage électrique direct connaissent un nouveau développement : Viessmann, Vaillant, Stiebel Eltron et Kermi proposent des radiateurs ou des panneaux rayonnants électriques, connectés bien sûr. Tous les fabricants sont engagés dans une double stratégie de connexion systématique de leurs équipements, de mise à disposition d’applications numériques et de développement de plateformes Cloud. Nous réservons cet aspect pour un prochain article.

 

 

 

Le chauffage électrique direct – panneaux rayonnants, radiateurs électriques, planchers et plafonds rayonnants – effectue une spectaculaire percée. ©PP

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (186 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

La fabrication du bâtiment 1