Véhicules utilitaires Mitsubishi L 200 Black Collection + : baroud d’honneur

Véhicules utilitaires Mitsubishi L 200 Black Collection + : baroud d’honneur

Il va être remplacé bientôt. Pour autant, le Mitsubishi L200 pick-up ne s’avoue pas vaincu. Le véhicule nippon soigne son apparence dans cette dernière série limitée Black Collection +.



C’est à une sorte de chant du cygne que nous assistons, celui des pick-up à double cabine. Ces véhicules à bennes bénéficiaient jusque-là, d’une niche fiscale qui les classait dans la catégorie des utilitaires.

 

A ce titre, ils échappaient à la TVS (Taxe sur les véhicules de société) comme au malus. Et ils ont connu un beau succès. Mais le soufflé va bientôt retomber. Depuis début janvier, grande nouveauté, le segment est soumis à la TVS. Le Mitsubishi L200 n’y échappe pas.

 

Double peine avec le malus écologique

 

Le véhicule japonais dans la configuration 5 places, double cabine à 4 portes, que nous avons essayé, se voit plombé de 3822 euros. Pas évident, pour un véhicule qui coûte 41890 euros. Mais ce n’est rien comparé à ce qui attend encore le segment.

 


En juillet, ces engins mi/loisirs, mi/professionnels, seront en plus, soumis au malus écologique. La double peine en quelque sorte. Le L200 aura alors à s’acquitter en sus, d’un malus de 10 500 euros. Autant dire que les ventes vont sévèrement plonger.

 


Plus globalement, tous les pick-up vont connaître un sérieux coup de frein. Seules les variantes non pénalisées, celles à 2 places dénommées “simples cabines” ou 2+2 places appelées “cabines approfondies”, devraient poursuivre leur route commerciale. Le législateur entend pénaliser le moins possible les professionnels, pour lesquels ces véhicules constituent un outil de travail indispensable.

 

Polyvalence en berne

 

Mais les catégories 2 et 2+2 places perdent la polyvalence appréciée des doubles cabines à 5 places, au confort et à la finition proches d’un VP. L’intérêt de ces véhicules vient pour bonne part du fait qu’ils marient utile et agréable.

 


Le lundi sur un chantier boueux transportant outils, matériaux et employés, le samedi après un petit coup de Karcher, en famille à la soirée donnée par les Gary de Fabiès. Les 2 et 2+2 places, aux cabines réduites et sièges arrière sans dossier et confort spartiate, sont parfaites sur le terrain mais n’ont pas le même standing, le soir venu.

 


Les nostalgiques ont encore quelques mois pour profiter de ces “pick-up de luxe” à quatre portes et 5 places. Les fins négociateurs obtiendront certainement de substantielles réductions auprès des concessionnaires sur ces véhicules quasi-invendables après le 1er juillet.

 

Un cockpit haut perché

 

Revenons à notre imposant pick-up japonais à quatre roues motrices. Il a fière allure dans cette version L200 Black Collection +, à la livrée blanche immaculée, agrémentée d’éléments noirs. Dans cette série limitée (aussi disponible en gris ou en noir), passages de roues, jantes alliages de 17 pouces, grille de calandre ou encore rétroviseurs et poignées de portes, se couvrent de cette teinte sombre.

 


Sur la route, juché au-dessus des autres usagers, on domine la situation. On se sent comme un petit garçon sur les épaules de son père. Heureusement, les marchepieds sont livrés d’origine. Ils ne sont pas de trop, quand il s’agit de “grimper” à bord. Le L200 mesure 1,78 m de hauteur, pour rappel une Clio plafonne à 1,44 m.

 

Mais c’est plus encore en longueur hors-tout, que le véhicule japonais avec 5,2 m de long, dénote. Quand il s’agit de garer l’engin, la manoeuvre se complique. Il n’est pas rare que le nez ou le postérieur dépasse d’une place de parking classique. Dans ces conditions, la caméra de recul apparaît indispensable. Par chance, elle est livrée de série sur cette édition.

 

Conduite aisée

 

Le moteur 2,4 l turbo-diesel développe 181 ch pour une consommation de 7,5 l au cent. Avec sa capacité de traction de 3,1 tonnes, une grosse remorque ne lui fait pas peur. Si ce n’est un niveau sonore assez élevé, des suspensions un peu tape-cul et une certaine prise de gite en virage, le L200 se conduit presqu’aussi facilement qu’une citadine. On oublie rapidement ses dimensions hors-normes.

 

Côté chargement, la benne dans cette version à 5 places est tronquée. Elle est plus longue sur les variantes 2 ou 2+2 places. L’on dispose tout de même d’une longueur utile de 1,85 m et de 2,72 m2 de superficie de chargement. Le compartiment est bien entendu “perché en altitude”, nous sommes en face d’un vrai 4X4 destiné au franchissement. En matière d’équipement, le L200 est bien habillé.

 

L’intérieur bénéficie, d’une sellerie et d’un volant en cuir, de l’ouverture sans clé, et du système multimédia connecté qui comprend la navigation intégrée, compatible Apple CarPlay et AndroidAuto. Quoiqu’il en soit, le L200 marque la fin d’une époque. Une époque qui s’éteindra le 1er juillet prochain.

 

 

 

Mitsubishi L200 Black Collection + :

 

Principales données techniques : 

 

4 cylindres de 2,4 l
Puissance : 181 ch

 

Longueur hors-tout : 5,19 m
Hauteur hors-tout : 1,78 m
Largeur hors-tout : 1,79 m

 

Poids à vide : 1875 kg
Charge utile : 1030 kg
PTAC : 2905 kg
Consommation moyenne : 7,5 l
Réservoir : 75 l

Rejets CO2 : 196 g/km
Vitesse : 177 km/h
Garantie : 5 ans

 

Prixentrée de gamme : 31 890 euros
Prix modèle essayé : 41 890 euros

 

 

Transmission, l’embarras du choix

 

 

 

Intérieur © VUL

 

- Le “2H” ou 2 roues motrices que l’on utilise quotidiennement. Dans ce cas, l’engin est une propulsion. Ce mode plus silencieux, modère en outre, la consommation.


- Le “4H” ou 4 roues motrices permanentes à utiliser dès que ça glisse (pluie, boue, neige…). La répartition de la puissance s’adapte automatiquement aux conditions d’adhérence.


- Le “4HLC” ou 4 roues motrices permanentes. La puissance est bloquée à 50/50 entre l’avant et l’arrière. Cela permet une grande efficacité de traction et de démarrage.


- Le “4LLC” ou quatre roues motrices courtes. Ce mode est idéal en cas de franchissement important. La première vitesse ne dépasse pas les 15 km/h.
Ne reste plus qu’à choisir, sans se tromper.

 

 

La fiscalité des pick-up évolue

 

Club Cab ©

 

Jusque-là, une niche fiscale existait en France. Les pick-up étaient considérés comme des véhicules utilitaires et donc, au même titre que ces derniers, exonérés de TVS et de malus. Tout change en 2019.

 


Les pick-up double cabine à 4 portes et 5 places retournent chez les VP. Ils sont soumis depuis le 1er janvier à la TVS et seront soumis au Bonus/Malus dès juillet. Pour ne pas pénaliser les professionnels, nombreux à utiliser ces véhicules passe-partout à benne, le législateur exonère les “simple cabine”, à 2 portes et 2 places et les “cabine approfondie” à portes antagonistes et 4 places.

 


Leur confort plus que spartiate les cantonne à un usage professionnel. « La répartition des ventes de pick-up va évoluer, déclare-t-on chez Mitsubishi France. Le marché reconnait le constructeur japonais, va s’orienter plus largement vers les versions 4 places, non soumises au malus et exonérées de TVS ».

 


Source : batirama.com/ Nicolas Dembreville

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2323 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique



Écrans souples de sous-toiture