Les entreprises "en colère" après la suspension d'un projet routier en Dordogne

Les entreprises

Les entreprises locales impliquées dans le vaste chantier du contournement de Beynac (Dordogne), suspendu par le Conseil d'Etat, sont "en colère", a indiqué le président de l'une d'elles.





"Nous voulons dire notre colère. Les entreprises de Dordogne se sentent pénalisées par l'arrêt brutal de ce chantier", a déclaré Alain Laurière, président du Groupe Laurière et vice-président du syndicat des entrepreneurs de travaux publics de Dordogne.

 

Le Conseil d'Etat a ordonné fin décembre la suspension des travaux du "contournement de Beynac", vaste projet de déviation routière qui fait polémique en Dordogne entre des défenseurs du patrimoine et de l'environnement et des élus locaux dont le président du Conseil départemental. Cette déviation routière de 3,2 km, avec deux ponts et un pont-rail pour un coût de plus de 30 millions d'euros, est située dans un secteur parsemé de nombreux châteaux et une vallée très touristique, classée réserve de biosphère par l'Unesco.

 

"Globalement, 70 personnes avaient du travail sur ce chantier. Pour notre société, c'était du travail pour une dizaine de personnes pour toute l'année 2019, soit 12.000 heures de travail qui disparaissent. Aujourd'hui, nous sommes un peu dans le vide", a expliqué M. Laurière après avoir participé à Beynac à une conférence de presse réunissant une quinzaine d'entreprises, fournisseurs et sous-traitants locaux.

 

50 % des travaux déjà réalisés

 

"Nous avons du mal à comprendre que des chantiers de ce type puissent démarrer sans que l'on ait l'assurance de les mener à bien", a-t-il souligné, appelant à "des procédures sécurisées" pour éviter cet écueil. "Si l'on doit maintenant tenir compte de ce risque dans nos remises d'offres, ça va poser un problème.

 

"Alors que "50% des travaux sont déjà réalisés" selon lui et que le dossier doit encore être examiné au fond par le tribunal administratif de Bordeaux, à une date inconnue, M. Laurière a souhaité que "la décision définitive soit prise très rapidement". "On espère bien sûr que le chantier pourra continuer. Si ce n'est pas le cas, il sera utile d'évaluer les pertes engendrées.

 

"Le président du Groupe Laurière a par ailleurs souligné que si le maître d'ouvrage devait "remettre le site en état en faisant démolir ce qui est en place, l'atteinte à l'environnement et le coût financier seraient très importants"."Nous sommes des constructeurs: faire des choses et les démolir, ce n'est pas l'objectif de notre métier", a-t-il ajouté.

 

Dans son arrêt, le Conseil d'Etat a relevé que le "bénéfice attendu de la déviation apparaît limité" eu égard aux travaux d'élargissement des rues déjà réalisés dans le village et au fait que la congestion routière, principal argument des pro-déviation, se limite à l'été quand la fréquentation touristique est importante.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par .BRUNO ravette haut
  • 0
  • 0

ne gachons pas ces paysages merveilleux pour 2 mois de tourisme

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (656 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Les escaliers