DTU 58.1 - Plafonds suspendus

DTU 58.1 - Plafonds suspendus

Les plafonds suspendus peuvent avoir de nombreuses fonctions qui peuvent être combinées : absorption et/ou isolation acoustique, isolation thermique, support d’éclairage...



Domaine d’application

 

Le NF DTU 58.1 « Plafonds suspendus » donne les spécifications de mise en œuvre des plafonds suspendus (éléments d’habillage et système de suspension) installés sous une structure porteuse de toute nature (bois, métal, béton, etc.) à l’intérieur d’un bâtiment.

 

Il s’applique à tous les locaux qu’ils soient à usage public ou privé, dans une construction neuve ou en aménagement de locaux existants.

 

Le NF DTU 58.1 ne vise pas :

  • les plénums de hauteur supérieure à 4 m ;
  • les locaux à ambiance négative (locaux frigorifiques) et les locaux où il y a un risque de projection d’eau liquide sur le plafond ;
  • les plafonds suspendus réalisés :
    • en terre cuite ;
    • en staff ;
    • en plaques de plâtre ou complexes d’isolation thermique vissés sur une ossature ;
  • les plafonds chauffants et rafraichissants ;
  • tout autre habillage vissé, agrafé ou collé ;
  • la liaison cloison-plafond en zone sismique.

 

Le NF DTU 58.1 est applicable dans toutes les zones climatiques ou naturelles françaises, y compris en climat tropical humide.

 

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle de décembre 2008.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre des plafonds suspendus (éléments d’habillage, éléments de suspension, ossatures, etc.) sont données dans la partie 1-2 du NF DTU 58.1.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Conception

 

La conception du plafond suspendu doit tenir compte de plusieurs critères, notamment :

  • les conditions d’exposition à l’humidité du local ;
  • le risque de soulèvement du plafond ;
  • la hauteur du plénum ;
  • la zone de sismicité du local ;
  • les performances de résistance au feu nécessaires ;
  • les performances acoustiques.

Selon ces critères, les éléments constitutifs du plafond suspendu seront choisis en fonction :

  • de leur classe :
    • d’exposition ;
    • de déformation ;
    • de protection contre la corrosion ;
  • du type de charge appliquée ;
  • des caractéristiques des équipements et des accessoires prévus (luminaires, bouches de ventilation, détecteur de fumées).

 

Mise en œuvre

 

Avant toute mise en œuvre d’un plafond suspendu :

  • les enduits en plâtre ou de mortier de liants hydrauliques doivent être « secs à l'air » (humidité maximale de 5 % en masse d'eau rapportée à la masse de l'enduit sec, mesurée à l’aide d’un humidimètre de surface) ;
  • les vitrages doivent être posés et les locaux mis à l'abri des intempéries ;
  • une réhumidification importante des locaux ne doit pas être à craindre ;
  • les canalisations d'eau chaude et d'eau froide incluses dans le plénum doivent être calorifugées ;
  • la fourchette d'humidité relative de l'air admissible pour la pose des matériaux doit être compatible avec la classe de ces matériaux.

 

Deux modes de fixation des éléments de suspension sont possibles :

  • sur une ossature suspendue directement aux structures porteuses ;
  • sur une ossature secondaire rendue solidaire d’une ossature primaire suspendue aux structures porteuses.

 

Le nombre de fixations, leur section et leur espacement seront fonction de la charge appliquée.

 

Suivant le type de plafond employé, les éléments de suspension seront généralement arrêtés par un profil de rive sous forme de coulisse ou de cornière.

 

Quant aux suspentes, leur type et leur nombre dépendront de la nature du support (bois, béton plein, métal, corps creux, etc.) et de la charge appliquée. Les points de suspension doivent être placés au plus près de la verticale du profilé.

 

Les éléments d’habillage de type épais ou minces peuvent être fixés ou reposer sur une ossature apparente, semi-apparente ou cachée. Selon le mode choisi, des dispositions particulières devront être prises pour permettre le mouvement du gros œuvre sans risque de chute.

 

Dans certains cas (information donnée dans les documents particuliers du marché), les parties métalliques devront être mises à la terre conformément à la norme NF C 15-100.

 

Tolérances

 

Les tolérances que doivent respecter les plafonds suspendus sont les suivantes :

 

Caractéristiques

Tolérance à respecter

Désaffleurement maximal entre 2 éléments contigus de surface lisse

≤ 5/10e mm pour des éléments chanfreinés

≤ 3/10e mm pour des éléments non chanfreinés

Bâillement entre ossature apparente et appuis apparents des panneaux

≤ 1 mm

Planéité générale

(sous la règle de 2 m)

Ecart ≤ 2 mm/ml sans dépasser 5 mm sur une longueur de 5 m

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 58.1. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2029 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique