Vinci termine une belle année tant en France qu'à l'international

Vinci termine une belle année tant en France qu'à l'international

Confiant, le groupe français Vinci a bouclé une belle année 2017, tant en France, où ses métiers historiques sont revenus à la croissance, qu'à l'international, où sa branche aéroports fait des étincelles.





Le bénéfice net est ressorti en hausse de 9,7%, à 2,74 milliards d'euros, supérieur aux attentes. Les analystes interrogés par le fournisseur de données financières Factset anticipaient 2,66 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 40,05 milliards d'euros. Ce dernier est ressorti lui aussi légèrement meilleur, à 40,25 milliards, en hausse de 5,7%.

 

Le groupe a "réalisé une excellente performance d'ensemble" l'an dernier, a commenté le PDG, Xavier Huillard, en particulier en France où il a accompli le "retour à la croissance" promis, tant au niveau du chiffre d'affaires que des prises de commandes, dans la branche "contracting", la plus importante, qui réunit Vinci Energies, Eurovia et Vinci Construction.

 

"Cette évolution s'est accompagnée d'une amélioration des marges opérationnelles dans les secteurs les plus touchés par la récession", précise le dirigeant. L'année passée a aussi été marquée par de nombreuses acquisitions à l'international: une trentaine chez Vinci Energies, représentant 1,6 milliard de chiffre d'affaires.

 

Une lucrative branche concessions

 

Quant à la branche concessions, la plus lucrative, elle a bénéficié d'une activité toujours "tonique", avec un trafic poids lourds revenu à son niveau d'avant-crise de 2008 pour Vinci Autoroutes, et des trafics passagers "très dynamiques" pour Vinci Airports, souligne M. Huillard. Cette filiale intègrera trois nouveaux aéroports en 2018: Salvador de Bahia au Brésil, Kobe au Japon et Belgrade en Serbie.

 

Pour 2018, le groupe se dit "optimiste", tablant sur des "hausses de chiffre d'affaires" dans tous ses métiers, une nouvelle "amélioration de la rentabilité opérationnelle du contracting" et une "nouvelle progression" de ses résultats. 'Forte croissance' de Vinci Airports -

 

Le résultat opérationnel courant (ROC) a progressé de 10,2%, à 4,59 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires de la branche concessions s'établit à 6,9 milliards d'euros, en hausse de 10,3%: celui de Vinci Autoroutes a progressé de 3,2%, à 5,3 milliards d'euros, tiré par une "bonne dynamique" du trafic poids lourds (+4,3%), tandis que l'activité de Vinci Airports bondissait de 33,5%, à 1,4 milliard d'euros.

 

Forte croissance de Vinci Airport

 

Très lucrative, la branche aéroports a connu "une nouvelle année de forte croissance", gérant désormais près de 149 millions de passagers annuels, soit une hausse de 12,4%, après +10% en 2016. La croissance du trafic des aéroports est restée très soutenue au Portugal (+16,5%).

 

Au niveau du groupe, le chiffre d'affaires consolidé a progressé de 5,6% en France l'an dernier, à 23,7 milliards d'euros, "confirmant l'amélioration de la conjoncture économique sur le principal marché du groupe", et de 5,8%, à 16,6 milliards d'euros, à l'international, qui représente 41% du total.

 

Dans le contracting, les prises de commandes de l'année s'établissent à 34,5 milliards d'euros, en progression de plus de 8% par rapport à 2016. En France, elles sont en hausse de 11% et, à l'international, de 5%. Les prises de commandes sont en augmentation de près de 14% chez Vinci Energies, de 4% chez Eurovia et de 7% chez Vinci Construction.

 

Un carnet de commande de 29,3 milliards d'euros

 

Le carnet de commandes s'élevait à 29,3 milliards d'euros à fin décembre, soit près de 11 mois d'activité moyenne de la branche, en hausse de 7% sur un an. En France, il est de 15,5 milliards d'euros, en hausse de 13%, tandis qu'il ne progresse que de 1,3% à l'international, à 13,8 milliards d'euros.

 

La filiale Vinci immobilier a profité d'un marché immobilier résidentiel "toujours dynamique" en France et affiche des prises de commandes en hausse de 38%, à plus de 1,5 milliard d'euros. L'endettement net à fin décembre ressort à 14 milliards d'euros, quasi stable sur un an.



Source : batirama.com / AFP

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits





Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (654 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Ossatures métalliques


Les enduits de façade - NF DTU 26.1