L’isolation sous vide, une bonne solution pour la rénovation en centre-ville

L’isolation sous vide, une bonne solution pour la rénovation en centre-ville

Avec un λ = 5,2 mW/m.K, cet isolant sous vide permet une isolation thermique par l’intérieur efficace en consommant très peu de surface au sol.






Le problème est simple. Les logements existants au centre des villes sont bien situés, chaleureux et attractifs, mais pas isolés du tout. En hiver, l’effet de paroi froide des murs extérieurs peut les rendre inconfortables. La solution rationnelle consiste à isoler les parois extérieures et à changer les fenêtres.

 

L’isolation thermique par l’extérieure (ITE) n’est souvent pas possible, en raison des modénatures en façade. Si elle est techniquement et légalement praticable, elle doit être appliquée à toute la façade dans le cadre d’une rénovation globale. Il n’est pas possible d’isoler par l’extérieur un seul appartement.

 

De plus, les règles d’urbanisme ne permettent pas toujours d'épaissir les façades d’un bâtiment, notamment sur rue, pour ajouter une ITE. Il reste l’isolation par l’intérieur, parfaitement connue de toutes les entreprises, bien maîtrisée. C’est la bonne solution, mais elle est rarement mise en œuvre.

 

 

 

Isovip Optima est un système d’isolation thermique par l’intérieur à la résistance thermique très élevée. Les panneaux sont disponibles en 2 dimensions et 6 épaisseurs.©PP

 

Ne pas perdre de surface habitable

 

En effet, étant donnée la conductivité thermique des isolants classiques – 36 mW/m.K pour les fibres de bois, 35 pour la laine de roche, 30 pour les meilleures laines de verre actuelles, 28 pour les polystyrènes extrudés (XPS), 22 pour le polyuréthane (PUR et PIR)  - une isolation thermique significative permettant d’atteindre une résistance thermique de paroi de l’ordre de 4 m².K/W, consomme 16 cm au sol sur toute la longueur de la paroi.

 

En centre-ville parisien, dans les zones tendues, le m² se négocie entre 10 000 et 15 000 €. Ainsi, 0,16 m sur une paroi de 10 m de longueur, c’est 1,6 m² de surface au sol perdue. A peine acheté et rénové, un appartement perd donc immédiatement entre 16 000 et 24 000 € de valeur, à cause des travaux destinés à le rendre plus confortable et à réduire les consommations d’énergie.

 

Il y a là comme une contradiction, difficilement surmontable pour la quasi-totalité des acquéreurs. Donc, ils n’isolent pas leurs logements et vivent dans un lieu bien situé, mais inconfortable et fort consommateur d’énergie pour le chauffage.

 

 

 

On ne peut pas couper les panneaux d’isolant sur le chantier. En fonction du calepinage, l’espace restant est comblé par de la laine de verre GR32. ©PP

 

Un 

λ record

 

Avec son isolant sous vide Isovip, Isover Saint-Gobain apporte une réponse technique à cette contradiction. Grâce à son λ = 5,2 mW/m.K, certifié par l’Acermi (Association pour la CERtification des Matériaux Isolants) sous le n°15/018/1072, on atteint un R= 4,55 m².K/W pour une épaisseur de 31 mm seulement et jusqu’à R= 8,80 m².K/W en épaisseur 3+50+3 mm.

 

L'isolant sous vide atteint ce très faible λ grâce à sa composition. Il est fabriqué à partir d’une poudre très fine de silice amorphe, autrement dit du sable très pur. Cette poudre est chauffée, pressée en plaques, puis enveloppée d’un film polyester métallisé, avant d’être tirée au vide. Le film est thermoscellé afin de maintenir le vide dans la plaque tout au long de sa durée de vie, qui atteint 50 ans au moins.

 

Enfin, les deux faces principales sont revêtues de 3 mm d’XPS pour la protection mécanique des panneaux. Les panneaux sont disponibles en 2 dimensions 600 x 300 et 600 x 1000 mm, avec 6 épaisseurs de cœur de panneau de 25 à 50 mm, auxquelles il faut ajouter les 2 protections en XPS (2 x3mm, 6 mm au total).

 

 

 

L’entreprise envoie les cotes de son chantier, par l’intermédiaire de la distribution professionnelle, Isover fournit un kit de chantier avec un plan de calepinage et tous les composants nécessaires à la mise en œuvre du système. ©PP

 

Et si on fait un trou dans l'isolant sous-vide ?

 

Dans la vie d’un logement, les occupants changent. Lorsqu’on atteint le second ou le troisième occupant après la réalisation d’une isolation thermique à base d’isolant sous vide, l’information peut être perdue et les nouveaux occupants ne plus être conscients que leur appartement comporte de l’isolant sous vide dans les parois.

 

S’ils percent un trou à travers l’isolant, celui-ci perd son vide et son λ est ramené à celui du polyuréthane. Ce qui demeure très honorable. Mais avec les faibles épaisseurs de l’isolant sous vide, la résistance thermique de la paroi baisse significativement, s’il est percé.

 

 

 

Les panneaux sont collés contre la paroi à l’aide d’adhésif Protape. ©PP

 

Tout un système... pour faciliter le passage des gaines techniques

 

Mais cet isolant sous vide ne se pose pas seul. Isover l’intègre dans un système Isovip Optima, notamment pour permettre le passage des câbles électriques, des canalisations de chauffage central et la fixation des plaques de plâtre de finition.

 

Le système se compose de lisses métalliques horizontales fixées au sol et au plafond, de fourrures horizontales et verticales reliées entre elles par des appuis rupteurs de ponts thermiques, de panneaux d'isolants fixés à la paroi par de l’adhésif Protape, de bandes de laine de verre GR32 (λ =32 mW/m.K ) placées sur les fourrures horizontales et entre les panneaux d'isolants, de membranes pour l’étanchéité à l’air et de plaques de plâtre.

 

 

 

Le système associe panneaux d’isolant sous-vide, laine de verre pour finir le calepinage de la paroi, sutructure métallique, pare-vapeur et plaque de plâtre. ©PP

 

Rentable à partir de 4000 €/m² au sol

 

Un appartement parisien de 70 m² rue Réaumur a vu sa façade de 9 m de longueur rénovée avec une isolation sous-vide. L’épaisseur du système Isovip atteint 7 cm, plaque de plâtre  comprise. Soit une perte de surface au sol de 9 x 0,07 = 0,63 m² et une perte de valeur de 6 300 € sur la base d’un prix de 10 000€/m².

 

Un système classique à base de laine de verre aurait entrainé la perte de 1,44 m² au sol, soit 14 400 €. La réduction de perte de valeur atteint 14 400 – 6 300 = 8 100 €. La fourniture et la pose de l'isolant sous vide dans ce logement a coûté 5 750 € HT (250 €/m²) pour la paroi isolée + 550 € HT pour les plaques Habito et la peinture, soit 6 300 € HT et un peu moins de 6 500 € TTC.

 

La réduction de la perte de valeur, en raison de la faible empreinte au sol du système, finance la fourniture et la pose de l’isolation. Isover Saint-Gobain estime que ce système est rentable dès que le prix du m² des logements atteint 4 000 €/m².

 

 

 

Les panneaux Isovip sont certifiés par l'ACERMI. L'ensemble du système est sous Avis Technique. ©PP

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (491 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique