100 h pour le ripage d’une dalle du Grand Paris Express de 7 000 tonnes

100 h pour le ripage d’une dalle du Grand Paris Express de 7 000 tonnes

Le week-end du 15 août, les équipes Bouygues TP ont procédé au ripage de la dalle de couverture de 7 000 t de la gare Fort d’Issy-Vanves-Clamart. Retour sur un chantier hors norme.





Légende : La livraison de la gare Fort d’Issy-Vanves-Clamart est prévue en 2022. ©Société du Grand Paris / Philippe Gazeau

 

La ligne 15 est la première du Grand Paris Express à être entrée en travaux et sera la première à être mise en circulation. Elle est celle qui relira le plus grand nombre de gares entre elles (16) et elle devrait profiter à plus d’un million de franciliens.

 

Sur cette ligne, la gare d’Issy-Vanves-Clamart est actuellement en construction sur le territoire de la commune de Clamart (au sud des voies ferrées du Transilien N), à la jonction d’Issy-les-Moulineaux, de Vanves, de Clamart et de Malakoff. La gare souterraine est située, d’une part sous les voies du Transilien N et, d’autre part, sous le parking de l’actuelle gare de Clamart.

 

Cette gare eco-conçue de 6 000 m2 par l’architecte Philippe Gazeau sera sur 4 niveaux avec une profondeur des quais à 26 m. Les travaux ont été confié au groupement Horizon constitué des entreprises Bouygues TP et Soletanche Bachy qui a réalisé la « boîte » de la gare et la dalle préfabriquée de 80 m de long, 25 m de large et 1,5 m d’épaisseur qui constituera la couverture de la future gare.

 

Un chantier sous contraintes plannifié depuis 3 ans

 

« Les difficultés étaient de réaliser les parois moulées sous un gabarit réduit, sous un tablier auxiliaire à 6 m de hauteur, et l’interphase complexe avec SNCF Réseau. Ce week-end de ripage de la dalle est prévu depuis plus de 3 ans », explique Benoit Lange, directeur commercial Bouygues TP.

 

Ce chantier, le premier du Grand Paris Express, a été lancé en juin 2016 dans un environnement urbain très dense avec des contraintes fortes vis-à-vis des riverains (horaires de travaux limités de 7 à 20 h ou mise en place de bâches anti-bruit par exemple) et de phasages chantier très précis.

 

La construction de la nouvelle gare a été réalisée sous la gare existante afin de maintenir en service la ligne N du Transilien durant toute la durée des travaux.

 

7 000 m3 de béton et 2 300 t d’armatures

 

Les travaux ont débuté avec le creusement à l’hydrofraise, de part et d’autres des voies ferrées, des cavités qui accueilleront les parois moulées de la future gare. 7 000 m3 de béton et 2 300 t d’armatures ont été nécessaires pour l’exécution des parois de 1,20 m d’épaisseur et de 40 m de profondeur. « Les sols étaient plus durs que ce que nous avions imaginé, cela nous a pris plus de temps que prévu », précise Benoit lange.

 

Après le décaissement d’une partie de l’emprise Est du chantier, la préfabrication de la dalle par plots successifs par étaiement, à proximité de son emplacement final, a pu débuter. De fin mars à mi-août, les camions toupies se sont succédé pour livrer le béton nécessaire à la construction de la dalle de couverture et des dernières parois moulées.

 

Parallèlement, SNCF Réseau a créé des appuis provisoires sur micropieux pour remplacer la voie existante au-dessus de la future gare par une voie provisoire à double travée pour permettre à Bouygues TP et Soletanche Bachy de terminer les dernières parois moulées.

 

« Pour l’exécution de ces parois, il fallait une hydrofraise à flèche réduite pour passer sous le tablier sous cette voie située à 6 m de hauteur, reprend Benoit Lange. Il n’en existe pas beaucoup. Celle-ci appartient à l’entreprise Soletanche Bachy. »

 

Crédit : DR

 

100 h pour glisser le toit de la gare

 

La mise en place de la dalle de couverture préfabriquée est intervenue le week-end du 15 août, avec une interruption du trafic durant 4 jours. Le 12 août, SNCF Réseau a procédé au retrait des huit ponts ferroviaires provisoires et de toutes les installations ferroviaires pour permettre le glissement de la dalle dans la nuit du 12 au 13 août.

 

La dalle en béton de 7 000 tonnes et d’une superficie de 2 000 m², a été glissée vers sa position définitive grâce à 42 chariots automoteurs multi roues. Cette opération a mobilisé 137 personnes durant 100 heures dont 4 heures pour le ripage.

 

Les équipes de SNCF Réseau ont ensuite reconstruit de part et d’autre de la dalle, les ouvrages en remblai à la place des ponts provisoires enlevés, puis réinstallé les caténaires, les voies ferrées définitives et les installations de sécurité pour une reprise de la circulation des trains le 16 août au matin. La construction se poursuit à l’abri de la dalle avec l’excavation de 400 m3 de déblais par jour.

 

 

©Société du Grand Paris / Gérard Rollando



Source : batirama.com / Corinne Bailly

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (715 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Fenêtres en travaux neufs Aluminium, bois, PVC - NF DTU 36.5