Le Bâtiment, de nouveau créateur d’emplois

Le Bâtiment, de nouveau créateur d’emplois

Les indicateurs sont au vert pour le bâtiment. Ils permettent à la FFB de tabler sur une hausse d’activité de 3,4% et une reprise à + 0,9% de l’emploi, malgré les incertitudes politiques.



Plusieurs éléments permettent de regarder l’année avec optimisme. Tout d’abord, la construction neuve qui poursuit son envolée. En glissement annuel sur trois mois à fin février 2017, les permis et mises en chantier affichent des hausses respectives de 15,5% et 8,5%. Le non résidentiel suit ce mouvement avec des surfaces autorisées et commencées en progression de 4,2% et 6,7%.

 

Le début 2017 renforce donc la tendance de la fin d’année dernière, révèle le bilan dressé mercredi 29 mars par la FFB. Preuve en est, les intentions des ménages d’investir dans le logement et son équipement qui a retrouvé son niveau d’avant-crise ou encore les prévisions d’investissement des entreprises, notamment industrielles au niveau de 2016, soit +5%.

 

« Pour autant, la construction neuve reste très concentrée vers et autour des métropoles, s’inquiète Jacques Chanut, tout juste réélu pour 3 ans à la présidence de la FFB. 80% des surfaces mises en chantier relèvent des 20% de communes qui construisent le plus ». « Ce qui montre que le neuf, qui tire l’activité aujourd’hui, ne suffira pas à irriguer l’ensemble de l’activité des entreprises », poursuit-il.

 

10 000 postes créés

 

Les signes encourageants sont aussi visibles dans l’emploi. L’année 2016 affiche une baisse des effectifs salariés de - 1,3%, largement compensée par la hausse du nombre d’intérimaires (+ 8,7%). Elle se solde donc par  - 0,7%, loin des 3% relevés chaque année entre 2013 et 2015.

 

L’évolution des embauches est également un élément avant-coureur de l’embellie. Tout d’abord, en 2016, le secteur enregistre une dynamique  très supérieure à l’ensemble de l’économie : + 7,1%, contre + 4,8%.

 

Ensuite, les CDD de moins d’un mois baissent de 1,9% au profit de contrats plus longs. « Si l’environnement institutionnel reste favorable, le bâtiment créera enfin de l’emploi, aux environs de 10 000 postes, dont 6 000 salariés et 4 000 intérimaires », ajoute Jacques Chanut.

 

Atonie du secteur entretien-rénovation

 

Deux autres éléments permettent d’envisager 2017 avec optimisme. Les défaillances d’entreprises, toutes tailles confondues, ont connu en 2016 un net recul (- 13,5%). Quant aux prix, « même s’ils restent encore trop faibles pour anticiper un redressement des marges pour 2017 », selon le président de la FFB, ils cessent de baisser.

 

Si on peut se réjouir de cette amélioration de l’activité, portée par le neuf, il n’en demeure pas moins qu’un secteur reste inquiétant. Il s’agit de l’amélioration-entretien, que Jacques Chanut qualifie « d’enfant malade ». Ni l’essor des ventes dans l’ancien, ni les taux d’intérêt bas, ni les mesures en faveur de la transition énergétique ne parviennent à faire décoller le marché.

 

Plus grave, l’effondrement des travaux sur le parc locatif. La part des relocations après travaux, qui a chuté en 2014 et 2015, s’est à peine ressaisie en 2016, avant de reculer à nouveau début 2017 pour atteindre son plus bas niveau depuis la fin des années 90.

 

Pour la FFB, cela pose le problème des aides très concentrées sur la rénovation énergétique, qui elle-aussi peine à se développer. « Peut-être que les aides sont mal calibrées », s’interroge le président de la FFB qui précise que « vendre les travaux de rénovation énergétique avec comme argument principal les économies d’énergie, c’est se tromper et ne pas connaître les attentes des occupants ».

 

La sortie de l’Euro : un risque majeur

 

A quelques semaines de l’élection présidentielle, Jacques Chanut a profité de son point de conjoncture pour rappeler les risques majeurs qui pèsent sur le secteur à travers certaines mesures prônées par les candidats.

 

Le premier est une remontée des taux d’intérêts. Si cette dernière, avérée mais contenue aujourd’hui, n’affecte pas les ménages, une sortie de l’Euro, principale proposition de Marine Le Pen, « occasionnerait une hausse de 25% des mensualités de crédit et mettrait à mal la solvabilité des ménages. De quoi craindre un blocage des marchés immobiliers », s’alarme-t-il.
 

Le logement, absent des programmes

 

L’autre menace, selon lui, est l’absence des questions logement dans les programmes des candidats, qui « ont presque tous renoncé à un objectif chiffré global ».

 

Comme est oublié du débat la simplification des normes : « on ne peut se cantonner à demander à l’Etat un moratoire sur la production de nouvelles normes, sans balayer devant notre porte et nous engager avec résolution dans l’élimination du stock des règles superflues », souligne-t-il, tout en s’inquiétant du maintien du budget du logement avec ses 42 milliards d’aides dans la perspective d’un redressement sévère des comptes publics.

 

A ce titre, la demande de Jacques Chanut d’organiser un vrai débat sur le sujet avant les élections, pourrait rester lettre morte.

 

ISF immobilier : la mauvaise idée

 

Le président de la FFB a aussi taclé la proposition du candidat Emmanuel Macron concernant la transformation de l’ISF en un impôt sur la « rente » immobilière.

 

« Non, l’immobilier n’est pas une rente improductive, s’agace-t-il. Certes, notre pays souffre en matière fiscale de nombreux maux, en particulier dans le traitement applicable à l’épargne. Ce n’est pas une raison pour stigmatiser l’immobilier ! "

 

"Personne aujourd’hui n’est en mesure de nous dire si les biens locatifs seront on non exclus de cette imposition. Un tel raisonnement est erroné et conduira à un désastre. En effet, ne serait-il pas le prélude à une taxation généralisée des « loyers fictifs » ?

 

La « clause Molière »

 

Le sujet et les polémiques autour de la « clause Molière » qui impose l’usage du français sur les chantiers exaspèrent au plus haut point le président de la FFB. « Il faut ne pas connaître la réalité des chantiers pour ne pas comprendre la nécessité d’un langage commun pour assurer la sécurité sur un chantier.

 

Le bâtiment a toujours assumé son rôle d’intégration et depuis toujours. Ne nous traitons surtout pas de xénophobes. La différence aujourd’hui, c’est que les ouvriers en détachement pour une courte durée (la moyenne du détachement est de 51 jours) n’ont que faire de s’intégrer et donc d’apprendre la langue, alors que les Italiens et les Polonais, qui, avant, venaient en France, décidaient de faire leur vie ici ».

 

Le RSI


Autre sujet d’actualité dans les programmes des candidats à l’élection présidentielle, la suppression du RSI est-elle la solution ? La réponse est sans appel.

 

Si Jacques Chanut reconnaît que « le fonctionnement du RSI a bien plombé son image », il précise que les « 35 000 artisans adhérents de la FFB ne veulent plus de ce RSI là, mais souhaitent conserver un régime spécial, sans revenir au régime général ». Dont acte pour certains candidats.

 


Source : batirama.com / Frederique Vergne

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1411 votants)
Oui
Non
 

Boutique