Isolation par l’extérieur, quelles fixations choisir ?

Isolation par l’extérieur, quelles fixations choisir ?

Il existe différents modes de fixation en matière d’Isolation Thermique par l’Extérieur.



Il pourra s’agir d’une pose collée, ou fixée par rails ou encore calé-chevillée, chacune devant être adaptée au support. Le type de fixation approprie? à un système d’ITE est choisi en fonction de la qualité du support. En effet, on n’utilise pas les mêmes fixations selon que le support est dense ou creux, plan ou non. Par ailleurs, une ITE ne peut être mise en œuvre dans les règles de l’art que si le support n’est pas encrassé ou absorbant.

 

Dans le cas contraire, il demandera un traitement préalable. En cas de support dégradé ou recouvert d’un enduit ou d’une peinture, l’isolation de la façade devra être fixée mécaniquement. La fixation de l’isolant par collage s’effectue sur supports neufs ou bruts sains et avec des inégalités de surface inférieures ou égales a? 1 cm.

 

Le cas du support neuf

 

Le calage et chevillage est réservé à un support neuf, non adapte? au collage, ou en rénovation sur support douteux ou recouvert par une peinture ou un enduit et présentant une résistance insuffisante et des inégalités inférieures ou égales à 1 cm. Enfin, les supports ne convenant pas au collage peuvent faire l’objet d’une isolation mécanique à l’aide d’un système de profils en métal ou PVC. Cette solution convient particulièrement lorsque le traitement préalable du support s’avère très coûteux (repiquage obligatoire de l’ancien enduit, par exemple).

 

Enfin, avec un système fixé mécaniquement ou calé-chevillé, le format de l’isolant et son mode de fixation seront déterminés en fonction de la dépression maximale sous vent normal qui dépend de la région et du site où est situé le bâtiment, chaque localité pouvant faire l’objet de règles spécifiques (notamment les règles NV 65 de février 2009 et l’annexe 1 du cahier 3707 de Mars 2012). Il est impératif de s’y reporter pour déterminer la performance à atteindre.

 

SOLUTIONS


Solution 1 : Le collage

 


Cette technique consiste à coller directement l’isolant à l’aide d’un mortier colle, sur la paroi à isoler. Le collage s’applique essentiellement en construction neuve, sur des supports bien plans.

 

Qu’il s’agisse de mortier-colle, de mousse-colle PU ou d’adhésif en dispersion, la colle doit être adaptée au support (nature, planéité,..) et a? l’isolant. On peut effectuer :

  • Le collage en plein : le mortier de collage est appliqué sur au moins 40% de la surface du panneau isolant au moyen d’une taloche dentée.
  • Le collage par plots : le mortier de collage est appliqué sous forme d’une bande continue sur le pourtour du panneau isolant et en un certain nombre de points, les « plots », répartis sur la surface du panneau. Il ne peut pas y avoir de mortier de collage dans les joints entre les panneaux. Au moins 20% de la surface du panneau doit être recouverte de colle. Cette solution est plus adaptée aux supports présentant des irrégularités de planéité.
  • Le collage par bandes : le mortier de collage est appliqué sous forme d’une bande continue sur le pourtour du panneau isolant, ainsi que dans l’axe de ce dernier. Au moins 20% de la surface du panneau doit être ici aussi recouverte de colle. Ce mode de fixation est exclu pour les isolants de faible résistance comme les panneaux en laine de roche ou laine de bois.

 

A noter

: Il faut veiller à ce que les rives soient toujours complètement collées pour empêcher toute déformation et à effectuer une force et une durée de pressage suffisantes, au plus tard 10 minutes après l‘application de la colle.

 

Solution 2 : la fixation mécanique par chevilles + encollage


 

©WIENERBERGER

 

La tenue de l’isolant sur la paroi est assurée par l’encollage du panneau isolant, mais aussi mécaniquement par des chevilles à rosaces, à frapper ou à visser.

 

Cette technique est applicable en rénovation comme dans le neuf. La première étape consiste à encoller le panneau isolant avec un mortier colle adapté. Ensuite, on opte entre deux types de chevilles : soit des chevilles à frapper, qui se présentent sous la forme d’une cheville et d’un clou. Elles sont très faciles à poser, puisqu’il ne s’agit que de les enfoncer au ras de l’isolant. Soit des chevilles à visser. Beaucoup plus solides que les précédentes, elles résistent trois fois plus que les autres à l’arrachement.

 

La cheville doit être par ailleurs adaptée au support, c’est la raison pour laquelle on en trouve différentes classes dont la marque se trouve sur chaque cheville: A pour le béton, B pour les matériaux pleins, C pour les matériaux creux, D pour le béton allégé, E pour le béton cellulaire. L’isolant tient parfaitement grâce à la colle qui aura pour but au préalable de caler la plaque et d’assurer la planéité du système, puis la cheville, qui va la fixer définitivement à la paroi.

 

A noter

: plus compliqué à mettre en œuvre que le collage, mais avec des avantages : on peut l’employer pour n’importe quel type d’isolant et sur n’importe quel support (brut ou revêtu). Attention cependant aux ponts thermiques au moment de la pose, une cheville métallique ayant tendance à conduire le froid ou le chaud : une rondelle de même nature que l’isolant élimine les ponts thermiques.

 

Solution 3 : la fixation mécanique


©KNAUF INSTALLATION

 

Ce système s’effectue sans calage préalable. Il est utilise? dans la construction bois ou? les isolants sont simplement vissés sur la structure bois. Il concerne aussi la pose de polystyrène rainure? sur rails.

 

La fixation mécanique sur rail est destinée à la rénovation, aux supports douteux, inadaptés au collage ou recouverts d’une peinture ou d’un enduit. Elle est aussi réservée aux supports offrant une résistance insuffisante et des inégalités inférieures ou égales à 0,5 cm (planéité presque parfaite). Ce système permet d’augmenter la résistance à la dépression au vent des panneaux isolants.

 

Ceux-ci se fixent à l’aide de profils de démarrage, de profils intermédiaires et raidisseurs, ainsi que de chevilles tape-vis homologuées. Les panneaux doivent être posés avec des profils raidisseurs verticaux qui permettent de les stabiliser. Les panneaux devront par ailleurs être posés en joints décalés. L’isolant sera entouré de rails de maintien sur deux ou quatre côtés. Les panneaux sont détalonnés pour compenser l’épaisseur du matériau des profils.


A noter

: l’emploi de cette méthode peut se faire sur n’importe quel site et la fixation est immédiate, sans temps de séchage. Mais elle ne concerne qu’un seul type d’isolant : le PSE blanc.

 


La réglementation

 

  • Le classement reVETIR

    , qui indique que l’emploi du système de chevillage est limité aux expositions au vent correspondant aux dépressions maximales, suivant le mode de fixation. (Classement V1 à V4). Seuls les systèmes collés n’ont pas de limitation relative à la résistance au vent.
  • L’annexe 1 du cahier 3707 de Mars 2012

    qui définit pour chaque zone de vent (1 à 5), les valeurs de sollicitations en fonction du type de site (protégé, normal ou exposé) et de la hauteur de la construction.
  • Le

    DTU Règles NV 65

    , à partir duquel on obtient les niveaux de pression et dépression au vent pour un bâtiment donné et qui permet de valider la zone d’exposition au vent.
  • Les

    DTU 20.1, DTU Règles Th-G et DTU 36.1/37.1

    , qui définissent la hauteur du mur au dessus du sol. Lorsque la construction est située au-dessus d’une dénivellation de pente moyenne supérieure à 1, la hauteur au-dessus du sol doit être comptée à partir du pied de la dénivellation, sauf si la construction est située à une distance de celle-ci supérieure à deux fois la hauteur de cette dénivellation.
  • Le

    cahier 237 du CSTB de mars 1983

    « conditions générales d’emploi des systèmes d’Isolation Thermique par l’Extérieur »,
  • Le

    Cahier des Prescriptions Techniques d’emploi et de mise en oeuvre des systèmes d’Isolation Thermique Extérieure par enduit mince sur polystyrène expansé, cahier 3035 V2 de juillet 2013

    édité par le CSTB. L'annexe 2 de ce cahier intègre les spécifications définissant la charge admissible par cheville déterminée par les essais d’arrachements réalisés sur chantier, sur un support dont on ignore les caractéristiques mécaniques. Le nombre minimal de chevilles sera calculé à partir des efforts dus au vent normal en fonction de l’exposition et de la charge admissible dans le support considéré.
  • les

    Agréments Techniques Européens (ATE)

    et

    Documents Techniques d’Application (DTA)

    , au nom du système d’Isolation Thermique sélectionné.
  • l’ATE du mortier colle

    , qui définit la consommation moyenne de colle.

 

PRODUITS

 

 

Inco d’Etanco : Cheville à frapper

 


Ces chevilles à frapper en polypropylène avec rosace sont proposées en quatre modèles: pour la fixation sur matériaux pleins ou creux de panneaux isolants souples ou rigides, sur matériaux pleins de panneaux rigides à enduire. La mise en œuvre s’effectue par enfoncement au marteau.

 

  • Couleur

    : blanc, noir ou gris.
  • Conditionnement

    : 200/ 250/ 400/ 500 pièces/boîte selon modèle.

 

L'équerre AB45C de Simpson Strong-Tie : Équerre angle sortant

Cette équette est utilisée lors de la réalisation d'isolation par l'extérieur des façades. Elle permet de fixer le chevron d'angle, dans le cas d'un angle sortant. Ce chevron d'angle appartient à l'ossature secondaire de la structure, cette ossature servant de support aux revêtements extérieurs de type bardage.

 

En acier galvanisé S250GD + Z250 suivant la NF EN 10346, elle permet de s'affranchir du chevron de rive. Applications possibles sur support porteur (béton, maçonnerie!) ou porté (bois massif).

 

Ejotherm STR-Tool 2GS d’Ejot : Outil pour fixation noyée

 

Cet outil de pose est destiné à la mise en place de chevilles de fixation pour panneaux isolants dans un système d'ITE. Composé d'une cloche de découpe à collerette d'arrêt et d'une tige crantée traversant la cloche, réglable à la longueur de perçage voulue et recevant l'embout de vissage.

 

Il permet le montage à cœur des chevilles du fabricant dans les panneaux isolants sans pré-fraisage. Livré en kit avec cloche supplémentaire courte, une clef six-pans 3 mm et un embout spécial.
Diamètre : 8 mm (tige chevilles) et 30 mm (tête chevilles).

 

Thermax 12+16 de Fischer : pour stores extérieurs sur ITE

 

Cette fixation mécanique est conçue pour les stores bannes au travers d’une ITE. Elle est composée d’une tige filetée en acier zingué recoupable à sceller, d’un cône de liaison en nylon renforcé de fibres de verre permettant la rupture thermique et d’une tige filetée M12 en acier inoxydable assurant la fixation du store.

 

Elle est proposée en deux longueurs : 110 et 170 mm d'épaisseur. Elle est destinée à une mise en oeuvre en murs maçonnés type béton, parpaings ou briques.

 

Armaterm Quick Fix PU de Zolpan : mousse de collage pour isolant.

 

Spécialement conçue pour le collage/calage de panneaux isolants sur tous types de supports de construction, cette mousse de collage est adaptée à tous types d'isolants (PSE, laine de roche, fibre de bois, XPS).

 

Le fabricant indique que la pose est plus facile (grâce à l’absence de mélange) et plus rapide qu'une solution humide (chevillage après 3 heures). Mise en oeuvre avec le Pistolet YA222 (Z149310). Prise définitive après 3h environ.

 

Calcifin de Parexlanko : enduit de finition à la chaux pour ITE

 

Cet enduit de parement minéral mince à la chaux aérienne offre un aspect taloché fin et est disponible en 24 teintes. Destiné à la finition de système d’ITE et à la décoration des façades, il s’agit d’un produit bactéricide et fongicide hautement perméable à la vapeur d’eau. L’application s’effectue sur sous-enduits du fabricant, support béton, enduit hydraulique, anciennes peintures minérales, etc.

 

Chevilles de Placo

: pour plaques de plâtre

 

Le fabricant propose des chevilles expansées en sous-face d’une plaque de plâtre occupant une grande surface d’ancrage et évitant l’arrachement selon le principe du parapluie. Les chevilles métalliques à expansion multiplient de leur côté les points d’appui contre la plaque de plâtre, ce qui rend la résistance à l’arrachement bien plus performante. Les chevilles plastiques MZK s’expansent sans pince, avec un tournevis et multiplient les points d’appui derrière la paroi. Enfin, les chevilles NP pour doublages collés se fixent directement dans la maçonnerie, à travers le doublage.

 

Gamme Rhéa de Vpi-Vicat : mortier-colle

 

Le mortier colle Rhéacol PSE est un mortier de collage ou de calage d'isolant des systèmes d'ITE et sert à la fixation des isolants en polystyrène expansé et laine de roche. Il est destiné au collage et calage des plaques d’isolant des systèmes d’ITE Rhéa 400 et Rhéatherm 500, en pose collée ou calée-chevillée. En pose collée, les supports doivent être plans à base de liants hydrauliques, tels que béton et enduits hydrauliques. La pose calée-chevillée convient à des supports de toutes natures, plans ou non. Il est conditionné en sac de 25 kg.



Source : batirama.com / Michèle Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2258 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique



Ventilation double flux dans le résidentiel