Les secrets de fabrication de la grotte de Lascaux IV (1/3)

Les secrets de fabrication de la grotte de Lascaux IV (1/3)

La colline abritant la célèbre grotte de Lascaux avait besoin d'être sanctuarisée. Un nouveau bâtiment distant au pied de la colline est en cours de construction.



Le département a donc lancé la construction du Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux avec un fac-similé quasi complet de la grotte originelle, qui ouvre ses portes fin d'année.

 

Découverte en 1944, la grotte de Lascaux a été fermée au public en 1963 par Malraux. Un bâtiment dit Lascaux II, abritant une réplique partielle de la grotte avec 90% des peintures préhistoriques a été ouvert en 1983 à quelques 300 mètres de la grotte originelle.

 

En 2012, une exposition itinérante dite Lascaux III, était créée et faisait le tour du monde. Néanmoins, les dix millions de visiteurs, généralement motorisés, qui sont venus depuis visiter le fac-similé de Lascaux II, ont augmenté la pollution sur le site dans des proportions non prévues.

 

 

  1. « Il a été décidé de sanctuariser la grotte et sa colline en interdisant tous véhicules à moteur, et de construire un nouveau bâtiment distant, situé à Montignac-sur-Vézère au pied de la colline. », présente Pascal Carlos, directeur régional NGE Langedoc-Roussillon.

 

Un projet soutenu par l'Europe

 

Le budget global de l'opération est de 57 M€ dont 7 M€ pour les aménagements extérieurs. Il a été financé par le département (16,6 M€), la région (16,6 M€), l'Etat (4 M€), l'exploitant Semitour (2 M€) ainsi que de manière conséquente par l'Europe (12 M€).

 

L'appel d'offres lancé en 2012 a été gagné par l'agence norvégienne d'architecture Snøhetta et par l'agence londonienne de scénographie Casson Mann. Snøhetta est associé à SRA Architectes (Châtillon) pour la direction des travaux et pour la phase d’étude à Duncan Lewis Scape Architecture (Bordeaux). 

 

Le macrolot gros œuvre a été confié à Lagarrigue du groupe NGE pour un montant de 17,5 M€, qui a démarré ses travaux en mai 2014. Deux autres filiales de NGE sont présents sur l'opération, Sud Fondations pour les fondations (435 pieux), la paroi parisienne et la paroi cloutée et Siorat pour les terrassements et le VRD.

 

 

  1. Lascaux IV offrira une reconstitution fidèle et complète de la grotte originelle réalisée par l’Atelier des Fac-Similés du Périgord (AFSP), montrant la richesse de l'Art pariétal dans toute sa splendeur. © Casson Mann

 

Un bâtiment discret et minéral

 

L'architecte a conçu le centre d'interprétation comme une longue incision du paysage, en continuité avec la colline. Cette ligne douce et en mouvement de béton gris clair à la façade vitrée, s'étire sur 150 mètres à la lisière de la forêt et se dilate jusqu'à 70 mètres en profondeur.

 

« Le nouveau Centre est situé entre terre et ciel, entre une plaine fleurie et les contreforts de la colline. Les visiteurs pourront découvrir la vallée depuis la toiture végétalisée formant belvédère à dix mètres de hauteur », confie Antoine Metzger, DG de Lagarrigue.

 

La visite est organisée en sept zones différentes faisant découvrir le fac-similé de la grotte mais aussi des applications interactives, des reconstitutions en réalité augmentée, ainsi qu'une salle de projection stéréoscopique. L'architecture du bâtiment est complexe, avec de nombreuses pentes et des lignes brisées.

 

 

  1. Alto Ingénierie a été chargée de réaliser l'indispensable synthèse en BIM 3D avec Revit de la structure et des différents équipements techniques. La synthèse réseau est particulièrement difficile autour du fac-similé de forme très irrégulière. © F. Ploye

 

Un sol faiblement porteur

 

La structure du bâtiment est en béton armé, avec une charpente métallique pour soutenir les toitures végétalisées. En lisière des bois, la colline est retenue par une paroi parisienne (1400 m², 220 ml, 104 pieux et 63 tirants) habillée de pierres du pays. La terre excavée a été remise sur les toitures. Aussi réalisée par Sud Fondations, une paroi clouée (240 m², 350 ml d’ancrages) a permis de dégager la circulation menant à l'entrée du fac-similé.

 

À mi-août 2014, la découverte d’une source a nécessité de modifier les fondations du fac-similé, profondément enterré. « Le bâtiment est semi-enterré. Nous avions prévu de l'enterrer davantage, mais à cause du sol faiblement porteur, avec des sources et une terre argileuse, cela n'a pas été possible », confie Germinal Peiro, président du département Dordogne.

 

 

  1. Les sols et parois, la toiture et le bandeau de façade qui culmine en moyenne à 8 mètres de hauteur sont réalisés dans le même béton architectonique gris clair à finition sablée (15 000 m²). © F. Ploye

 

Béton et toiture végétalisée

 

Pour Lagarrigue, une complexité du chantier est venue des voiles de béton (300 ml) inclinés de 2 à 9°, alternant des bandes lisses et sablées.

 

De son côté la municipalité de Montignac rénove les voies d'accès et le réseau d'assainissement des eaux usées, et a fait construire sur 2015 une chaufferie bois à plaquettes forestières et un réseau de distribution de chaleur, qui doit servir en grande partie pour Lascaux IV.

 

L'ouverture au public du CIAPML était prévue au départ au 1er juillet 2016 afin de profiter de la saison touristique. Le chantier a globalement pris six mois de retard pour des problèmes d'infiltrations d'eau en sous-sol et du fait de la faillite du charpentier Cabrol, un sous-traitant régional. L'ouverture est actuellement prévue le 15 décembre 2016. Suite des Secrets de fabrication dans le second épisode...

 

 

  1. Complexe aussi la toiture de béton de 8000 m² sur charpente métallique dont l'étanchéité est assurée par l'entreprise SNEI et qui sera végétalisée. Une ATEx a été obtenue pour la végétalisation d'une partie en forte pente. © Hervé Hote

 

 

Source : batirama.com / François Ploye

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2253 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique



Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1