Batimat concours : cap sur le développement durable

Batimat concours : cap sur le développement durable

Les projets présentés au concours EPAA (Energy Performance-Architecture Award) du salon Batimat 2015 proviennent de trois continents. La démarche de développement durable est privilégiée.




Première tendance, pour tous les projets EPAA 2015, une performance énergétique très élevée est atteinte d'emblée, en construction neuve, comme en rénovation. Avec des approches différentes imposées par leur lieu de construction –à Rio de Janeiro les bâtiments sont rafraîchis mais pas chauffés, tandis qu'à Nantes le chauffage est indispensable– tous les bâtiments présentés au concours EPA mettent l'accent sur la performance énergétique.

 

La transformation d'un bâtiment ancien sur l'île de Nantes en bureaux performants par l'Agence Magnum et Pouget Consultants est par exemple labellisée Bepos Effinergie 2013.  La tour Super-Montparnasse rénovée par Architecture Pelegrin associé à Lair  & Roynette Architecture, divise par deux ses consommations d'énergie.

 

Tandis que le projet CoBlogó de SUBdV Architecture à  São Paulo au Brésil réussit à eviter tout chauffage et rafraîchissement actifs grâce à une conception de son enveloppe simple, mais très originale.

 

Les technologies employées sont très diverses, mais trois constantes émergent : l'enveloppe du bâtiment est toujours conçue pour minimiser les besoins de chauffage et de rafraîchissement, l'éclairage naturel est partout favorisé, la ventilation naturelle avec surventilation nocturne pour le rafaîchissement est systématiquement recherchée, même en bureaux.

 

 

  1. Le projet de transformation d'un bâtiment ancien sur l'île de Nantes en bureaux (Agence Magnum et Pouget Consultants) atteint une performance énergétique supérieure à celle que demanderait la RT2012 en construction neuve. © PP

 

Vers le développement durable

 

Seconde tendance, si la performance énergétique devient une sorte de prérequis, les concepteurs des bâtiments présentés à l'EPAA 2015 vont au-delà et s'engagent résolument vers la définition –changeante selon les implantations, mais toujours reproductible– d'une démarche de développement durable.

 

Tous prêtent une grande attention à la qualité de l'air intérieur et donc au choix des matériaux de revêtement des sols, plafonds et murs. Le gymnase CAP construit par Gálvez & Márton Arquitetura à São Paulo fait appel à un plancher massif dont le traitement n'émet aucun COV (Composés Organiques Volatiles) et provient de forêts brésiliennes, dont l'exploitation durable est certifiée.

 

Nombre de projets mettent en avant l'emploi de matériaux de construction locaux. L'école maternelle sénégalaise proposée par Ababacar Wade, sera construite en argile cru, extrait et transformé sur site.

 

 

  1. Le gymnase CAP, construit à Rio de Janeiro par Gálvez & Márton Arquitetura, utilise un parquet en bois massif, sourcé de forêts brésiliennes, dont l'exploitation durable est certifiée. © Gálvez & Márton Arquitetura

 

 

  1. La tour Super Montparnasse rénovée à Paris par Architecture Pelegrin, associé à Lair & Roynette Architecture, a servi de chantier test pour l'utilisation du BIM dans un grand projet de rénovation. © PP

 

Captage, stockage et réutilisation des eaux de pluie !

 

Tous les projets mettent en avant le captage, le stockage et la réutilisation des eaux de pluie, soit pour l'arrosage des plantations, soit même, comme dans le cas du Corujas Building, des bureaux neufs à São Paulo , présentés par FGMF Arquitetos, pour l'alimentation des réservoirs de chasse d'eau grâce à un double réseau de distribution d'eau froide dans le bâtiment : eau potable pour toutes les robinetteries, eau de pluie filtrée mais non-potabilisée pour les chasses d'eau.

 

La plupart des projets soumis à l'EPAA 2015 utilisent la végétalisation des terrasses et des parois extérieures pour éviter la formation d'îlots de chaleur dans les villes, préserver la bio-diversité locale et organiser un rafraîchissement de l'air neuf introduit en été par la ventilation naturelle.

 

 

  1. Corujas Building, un bâtiment de bureaux neufs, construit à São Paulo par FGMF Arquitetos, a été conçu de manière à ce que chaque bureau, à chaque étage, bénéficie d'un jardin extérieur privatif, planté d'essences locales. Il s'agit de favoriser le travail et les réunions en extérieur (moins de climatisation, moins de ventilation) quand le temps s'y prête. ©FGMF Arquitetos

 

Un effort collaboratif certain

 

Troisième tendance, très nette, pour atteindre de telles performances environnementales et énergétiques, les projets sont conçus, puis construits, grâce à une étroite collaboration entre le Maître d'ouvrage, les architectes, les bureaux d'études techniques et environnementaux, puis les entreprises.

 

Il est très clair que l'époque n'a plus cours où chacun travaillait isolément avec un échange d'information réduit au minimum. Désormais, d'une part la période de conception est plus longue, d'autre part la concertation et la collaboration deviennent permanentes.

 

Le projet Green Office de Rueil-Malmaison, par exemple, est présenté au concours EPAA par l'Agence Wilmotte et Associés, mais le document explique très clairement qu'il a été mené à bien grâce à la concertation entre toutes parties prenantes : Bouygues Construction, le Maître d'Ouvrage, Tribu Energie comme BE Energie, Phung Consulting en tant que BET Fluides et d'Arcobat en tant que coordonnateur des études.

 

Une concertation complète sur le Projet Green office

 

Balas a réalisé la plomberie et équipé le RIE. Cofely Axima a pris en charge le lot climatisation. Les calculs de consommations d'énergie prévisionnels menés par Tribu Energie ont été refaits par Aveltys, une société créée par Bouygues et Schneider Electric qui agit comme AMO Bepos, puis assurera la maintenance et l'entretien du bâtiment et s’engagera sur le résultat d’exploitation.

 

Ainsi, Aveltys s’est chargé du commissionnement des installations de Génie Climatique et de production d'ECS. Lorsque des bâtiments visent de très hautes performances énergétiques et environnementales, comme c'est le cas pour les projets présentés au concours EPAA 2015, la plus petite déviation remet en cause le résultat visé.

 

Il faut donc une collaboration profonde durant la conception, la construction, puis aussi durant la vie du bâtiment, pour assurer le maintien dans le temps des performances. C'est l'un des enseignements principaux que l'on peut tirer de l'ensemble des projets soumis au concours EPAA 2015.

 

 

  1. Le bâtiment RB 12, rénové par Triptyque Architecture, propose 21 étages de bureaux dans le centre de Rio de Janeiro au Brésil. Ses deux façades seront végétalisées et sont conçues pour favoriser une ventilation naturelle traversante. © Triptyque Architecture
     

 

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (27 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits
Foamglas Triflex