Pompe à chaleur: bientôt classée comme une énergie renouvelable ?

Pompe à chaleur: bientôt classée comme une énergie renouvelable ?

Premier en Europe, le marché français de la pompe à chaleur connaît un très fort développement, dans un contexte réglementaire en constante évolution et discussion...






Les pompes à chaleur se portent bien. Les Pac Air/Eau mono- et bi-bloc ont en effet vu leurs ventes augmenter de 22%, tandis que la croissance des CETI avoisine également ce chiffre.

 

Quant aux Pac hybrides, elles ont progressé de 16%. Seules les Pac géothermiques restent en berne (-15% sur le premier quadrimestre 2015), ainsi que les Pac Air/Air (-10%), victimes d'une TVA à 20%

 

Satisfaite de ces résultats dans l'ensemble, l'Afpac* a cherché à aller plus loin en matière de valorisation de la Pac en effectuant un travail de prospective.

 

Elle a ainsi publié un ouvrage de référence destiné à préparer la filière, définissant les ambitions pour la pompe à chaleur sur les marchés du résidentiel et du tertiaire jusqu’en 2030, avec des points de passage en 2018 et 2023.

 

Trois scénarios prévus d'ici à 2030

 

Cet outil a pour vocation de fixer des perspectives à la filière, afin qu’elle planifie son développement et qu’elle assure sa pérennité. Les fabricants entendent en effet jouer un rôle de premier plan dans le cadre de la loi sur la transition énergétique.

 

C'est ainsi que l'Afpac a produit trois scenarios de développement. Alors qu'en 2014, 2,21 millions de Tep ont été valorisées par les Pac, permettant d'éviter l'émission de 6,48 millions de tonnes de CO2, le scénario le plus pessimiste conduirait à 3,93 Millions de Tep d' EnR valorisée par les Pac, le médian à 5,10 Millions de Tep et le plus optimiste à 6,33 Millions de Tep (voir encadré).

 

Ces trois hypothèses sont différentes selon que l'on reste au même niveau de marché qu'aujourd'hui, que l'on compte sur une légère reprise ou sur une reprise significative portée par des dispositifs d’accompagnement adaptés. Entrent également en ligne de compte les prix des énergies, la prise en compte du coefficient de conversion en énergie primaire, etc.

 

Opportunités et obstacles

 

Pour envisager ces scénarios, l'Afpac a dressé un tableau de la situation de la filière. Celle-ci se heurte à plusieurs problèmes: contre-références des années 2008-2010, absence réelle de communication sur les EnR, instabilité des prix des énergies fossiles et des politiques publiques sur les EnR.x

 

S’y ajoutent l’effondrement de la géothermie, la TVA à 20% pour les Pac air/air en rénovation, l’iniquité entre chaleur EnR et électricité EnR (x 2.58), une croissance 2014 uniquement due au développement dans la construction neuve, imposée par la RT 2012, et la frilosité des installateurs pour vendre le produit, etc.

 

Pourtant, la filière bénéficie aussi d'un environnement offrant de nombreuses opportunités pour se développer, notamment avec la Directive Eco-Conception qui situe la Pac en tête des technologies efficientes répondant à l’ensemble des objectifs de la transition énergétique, ainsi qu'aux exigences des Smart grids.  

 

PAC : une énergie renouvelable ?

 

"Le fonctionnement de la pompe à chaleur classe celle-ci dans le domaine des énergies renouvelables. De plus, l’ensemble de ses caractéristiques la positionne comme un acteur majeur de l’économie circulaire, souligne Thierry Nille Président de l'Afpac.

 

Et de rappeler au passage la définition de ce concept encore nouveau, proposée par l'Ademe, soit un "système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits, vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en permettant le bien-être des individus".

 

Forte de ces arguments, l'Afpac va prendre son bâton de pèlerin pour une concertation avec l'Ademe, ainsi que les ministères de l'Ecologie et du Logement.

 

* Association Française pour les Pompes à Chaleur



Source : batirama.com / Michèle Fourret

 

La filière en chiffres


 

  • Chiffre d’affaires : 2,4 milliards d’euros
     
  • 24 000 emplois filière (fabrication, distribution, installation et maintenance)
     
  • 20 sites industriels en France
     
  • 4 154 qualifications actives QualiPac « Chauffage et ECS », soit +128% de demandes
     
  • 4 qualifications actives et 13 entreprises engagées dans la démarche de qualification QualiPAC « CET » de  mai 2015
     
  • 33 qualifications actives pour Qualiforage
     
  • Parc existant des Pac (hors CET) : 1 800 000 unités
     
  • Impact environnemental : 5 MTonnes de CO2 évitées, 1,73 MTep économisées
     
  • Contribution EnR des PAC en secteur résidentiel (aérothermie + géothermie + air/airchauffage seul + CET) : 20 TWh.

Articles qui devraient vous intéresser

4 Commentaires


- -
  • par Treompan
  • 0
  • 0

Désolé de m'être mal exprimé, je pensais simplement que la production hydraulique "18%" était renouvelable, pas vous? Ne confondez vous pas renouvelable avec intermittent? Auriez-vous la gentillesse de refaire votre calcul avec les éléments donnés sur nos factures, quant aux rendements parlez vous des 22% de l'éolien et photovoltaïque? Merci de m'éclairer de vos lumières...


- -
  • par Energiestro
  • 0
  • 0

Treompan, vous n'avez rien compris à mon message ! Vous confondez le rendement et la part de la production. Ce que je dis est qu'une PAC est comme une voiture électrique : elle est propre localement, mais si la production d'électricité est polluante, alors la PAC pollue. En France la PAC n'est PAS une énergie renouvelable, contrairement à d'autres pays qui ont plus d'énergies renouvelables.


platine
  • par Treompan
  • 3
  • 1

Energiestro, pourquoi parlez vous d'un rendement de 30%, notre production nucléaire est de plus de 70% mais que faites vous des 17 % d'hydraulique qui elle doit être proche des 100% de rendement. Quant à dire que les pompes à chaleur sont très polluantes il y a un pas que vous seul franchissez... Dans mon village plusieurs copains en ont installé dont une Suédoise et ils en sont enchantés, confort, économie, etc, etc.


- -
  • par Energiestro
  • 2
  • 1

Blanchiment ! Une PAC n'est ni renouvelable ni polluante dans l'absolu, comme toutes les technologies électriques : tout dépend de la production de l'électricité. Dans les pays où l'électricité est polluante (charbon), les PAC sont polluantes. En France, avec une production nucléaire qui a un rendement de 30%, et une PAC qui a un COP de 3, on constate que la PAC donne autant d'énergie que ce qui a été dépensé pour produire l'électricité (30% x 3 = 1). Le terme de renouvelable est donc totalement abusif. Et pendant les vagues de froid, le COP des PAC s'effondre, alors que l'électricité est produite par des centrales à flamme : le chauffage par PAC devient très polluant.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (200 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Techniques et pratique du plâtre