RGE : ces artisans qui organisent la fronde

RGE : ces artisans qui organisent la fronde

Ils ne s’opposent pas à l’éco conditionnalité des aides publiques mais dénoncent un système qu’ils jugent couteux et inefficace…




Ils se comptent sur un à peine plus des doigts d’une main… Pourtant le collectif « RGE pas comme ça » bénéficie d’un grand élan de sympathie de la part de nombreux artisans opposés au dispositif RGE et ses actions sont très suivie sur les réseaux sociaux.

 

Tout a commencé en juin 2014 lorsqu’un petit groupe d’artisans a lancé l’opération « Reconnu Grenouille de l’environnement », pour marquer son opposition à l’entrée en vigueur du label Reconnu Garant de l’Environnement…

 

Différentes actions ont été menées : diffusion d’un cahier de doléances auprès des médias et des politiques, lettre ouverte adressée aux Ministres de l'écologie et du logement, lancement d’un blog d’information et d’une « cyberaction » qui a recueilli plus de 2200 signatures… Le Collectif a officiellement été créé en octobre 2014 pour déposer un recours en annulation auprès du Conseil d’Etat et présenter un référé suspension…

 

Aucune garantie de résultat

 

En vain pour l’heure puisque l’éco conditionnalité des aides publiques est entrée en vigueur pleinement au 1er janvier. « Nous ne sommes pas opposés à l’éco conditionnalité, précise Denis le Goff, président du collectif et plombier chauffagiste au sein de la Scop Energies Réfléchies.

 

En revanche, nous estimons que le dispositif tel qu’il a été créé est trop coûteux et surtout qu’il n’offre aucune garantie de résultats. On continue à jeter l’argent des contribuables par la fenêtre après avoir obligé les entreprises du bâtiment à investir dans des formations inefficaces ! ».

 

Sur le site internet du Collectif, les témoignages se multiplient. « Combien de temps vont ils encore nous « enfler » ?, « Fin d’adhésion à la Capeb », « Spirale négative »,  « RGE, parcours du combattant », « Qualibat : au secours »…. les artisans souvent au bout du rouleau se lâchent. L’un d’entre eux explique dans le détail pourquoi il ferme son entreprise… Combien seront ils à terme dans ce cas ?




Source : batirama.com / Céline Jappé

4 Commentaires
logo
bronze
  • par GUIBERT Christine
  • 27/06/2015 15:59:42

Ils veulent simplement pousser tous les bons vieux artisans en retraite rapidement... ou au chômage pour gonfler déjà toutes ces caisses surchargées ! Fatigué de toutes ces normes complexes et inadaptées, de ces étiquettes "Qualibat", RGE, et autres qui ne servent à rien sauf encore à escroquer parce que vous avez eu les moyens de faire la formation... Mais sur le terrain, c'est souvent autre chose (c'est même désolant, des chantiers mal faits, de l'isolation non posée (encore en rouleau sous les combles...). Un bon artisan, c'est l'expérience, la formation sur le terrain, l'apprentissage, le temps d'apprendre le métier (pas en 6 mois comme beaucoup de formations actuelles), le sérieux de ces compétences prouvés par ses chantiers bien finis... On ponctionne toujours ceux qui bossent jusqu'à plus soif... Même le RSI est devenu un mic-mac de paperasserie abusive... C'est un vrai grand Ras-le-Bol qui vous dégoûte du métier... On n'encourage plus nos jeunes car c'est devenu compliqué, injuste... Les artisans sont débordés par la paperasserie obligatoire, on n'embauche pas car on n'y comprend rien du tout... et il faut payer des caisses sans logiques (congés payés) et sans transparence (où vont nos cotisations ?)...

logo
- -
  • par Jean
  • 16/06/2015 22:05:45

Oui effectivement le RGE est une contrainte. Son obtention demande un peu de temps est un peu d'argent. C'est quoi qu'il en soit le passage nécessaire à toute demande d'habilitation. Les chauffagiste l'on fait il y a 20 ans avec l'obtention elle époque du label avec l'obtention elle époque du label PGN OU PGP. Certes ce n'est pas l'idéal, mais quoi qu'il en soit cela permet de mettre en place le contrôle d'une qualité nécessaire à l'obtention d'une performance Énergétique à minima. Nos professions n ont elle pas à une époque exiger un accès plus contraignant, afin d'éviter que tout à chacun ne puisse installer sens de réelles qualification. Est-ce que ce nouveau label ne aurait-il pas permis de tendre vers ce pré requis ? Ce débat reste forcément ouvert, mais quelles propositions ont les « contestataires » pour garantir un minimum requis nécessaire à l'exigence énergétique de demain ?

logo
- -
  • par gilbert
  • 16/06/2015 17:51:12

Fumisterie exactement, on prend de l'argent à droite à gauche et tout cela ne sert à rien. Les artisans font du travail de qualité et cela est réfléchi. Occupons plutôt de sauver la planète en empêchant les pesticides dans les champs, véhicule électrique à développer depuis si longtemps et la ce sera efficace. Arrêtons de jeter l'argent par les fenêtres pour aucun résultat probant.

logo
- -
  • par Marcel
  • 16/06/2015 17:25:58

Tout à fait d'accord, c'est une vaste fumisterie cachée sous le manteau du développement durable. Autant c'est très bien d'arrêter les désherbants qui donnent le cancer, autant c'est nul d'imposer des labels à des artisans qui travaillent très bien tout seul depuis plus de quarante ans pour la plus grande satisfaction de leurs clients.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (192 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits

Service Cloud