ecoConception et pompes à chaleur : Carrier prend de l’avance

ecoConception et pompes à chaleur : Carrier prend de l’avance

A partir du 26 septembre prochain, la Directive ErP du 21 Octobre 2009 (2009/125/CE), dite aussi ecoConception ou ecoDesign, entre en application. Carrier place ses pions !






La prochaine Directive ErP du 21 Octobre 2009 (2009/125/CE), dite aussi ecoConception ou ecoDesign, va profondément modifier la manière dont on calcule la performance des pompes à chaleur et dont les données techniques sont présentées par les fabricants. Carrier devance l'appel à propos de ses pac air/eau de grande puissance 30RQP.

 

 

La nouvelle gamme de pac réversibles Carrier 30RQP est la première évaluée en mode chauffage selon les nouvelles exigences du Règlement 813/2013 pris en application de la Directive ErP.
Doc. Carrier

Pour mettre en musique la Directive ErP, la Commission Européenne publie des Règlements Européens. Contrairement aux Directives, ces Règlements n'ont pas besoin de transposition en droit national. Ils s'appliquent dès leur parution.

 

En ce qui concerne les pompes à chaleur, il s'agit du Règlement (UE) n°813/2013 de la Commission du 2 août 2013. Ce texte ne porte que sur l'aspect chauffage des générateurs thermodynamiques.

Le règlement qui détaille les exigences en matière de production de froid n'est pas encore paru. La seule référence connue est le document de travail "Professionnal Refrigeration", publié en janvier 2014 afin que toutes les parties prenantes puissent donner leur avis. Le texte européen officiel est en attente de publication.

 

Le COP disparaît, vive le SCOP !

 

En attendant, le règlement 813/2013 porte sur les pac dont la puissance est ≤ 400 kW, qu'elles soient à compression électrique, à moteurs à gaz, à absorption ou hybrides associant une pac et une chaudière gaz ou fioul.

 

Il traite à la fois de l'aspect chauffage de ces générateurs, mais aussi de leur production d'eau chaude sanitaire, s'il en existe une. Il comporte trois échéances : 26 septembre 2015, 26 septembre 2017 et 26 septembre 2018. Enfin, il pose des exigences de rendement énergétique, d'émissions sonores et de qualité des produits de combustion pour les pac à moteurs à gaz, hybrides ou à absorption.

 

Principale nouveauté, l’efficacité énergétique minimale admissible, en chauffage comme en production d'ECS, est désormais calculée en énergie primaire et de manière saisonnière. Ensuite, un coefficient de transformation de l'électricité en énergie primaire de 2,50 est adopté. Il est identique pour toute l'Europe.

 

Un coefficient de transformation de 2,58

 

Rappelons que les différentes Réglementations thermiques en France utilisent un coefficient de transformation de 2,58. En chauffage, l'efficacité est exprimée de deux manières.

 

Premièrement en SCOP ou coefficient de performance saisonnier qui est le rapport entre le besoin annuel de chauffage et l'énergie consommée par la pac, ses auxiliaires et la source annexe de chauffage pour compléter la puissance de la pac si celle-ci ne couvre pas la totalité des besoins de chauffage dans l'année.

 


La formule est complexe et repose sur 26 points de calcul des rendements, pour des températures extérieures comprises entre -10 et +15°C, à différents taux de charge et même sur la consommation de la machine compresseur à l'arrêt : consommation de la carte électronique, des éventuelles résistances électriques, etc.

 

Deuxièmement, le rendement ηs - prononcé éta s - est exprimé en %. Le but de ce dernier affichage est de faciliter la comparaison en termes d'efficacité énergétique entre différents matériels fournissant un même service : entre pac et chaudières, par exemple.

 

De manière plus précise, le Règlement 813/2013 distingue les « pompes à chaleur basse température », définies comme « ne pouvant fournir de l’eau de chauffage à une température de 52°C pour une température d’entrée de bulbe sec de -7°C », et les autres pompes à chaleur.

 

Type de PAC Conditions 26 septembre 2015 26 septembre 2017
extérieures intérieures + (loi d'eau retour/départ) ns en% SCOP ns en% SCOP

Air/eau

Air+7°C(+6°Cbulbehumide) 30/35°C 115 2,95 125 3,20
47/55°C 100 2,58 110 2,83

Eau/eau

10/7°C 30/35°C 115 3,08 125 3,33
47/55°C 100 2,70 110 2,95

Eau glycolée/eau

0/-3°C 30/35°C 115 3,08 125 3,33
47/55°C 100 2,70 110 2,95


Les lignes du tableau avec des lois d'eau de 30/35°C correspondent aux pac basse température.

 

A chaque échéance, les pac n'atteignant pas le rendement minimum demandé ne peuvent plus recevoir le marquage CE et ne peuvent donc plus être vendues dans l'Union Européenne.

 

115% ce n'est pas énorme

 

Face à cette nouvelle approche et à ces nouvelles exigences, on ne savait pas trop à quoi s'en tenir : est-ce très sévère ? A quelle valeur moyenne de COP correspond un rendement annuel de 100 ou de 125% ? Il n’existe pas encore de réponse générale. Il faut attendre pour en obtenir qu'un grand nombre de fabricants publient leurs données sous la forme exigée par le Règlement 813/2013. Il existe cependant deux premiers indices.

 

Tout d'abord, le Règlement 813/2013 indique dans ses toutes dernières pages, la valeur de référence du rendement « ns ». Elle est de 145%. Ce rendement de référence correspond au meilleur rendement observé parmi les appareils mis sur le marché en Europe en 2012, au moment où ce règlement a été finalisé.

 

Les valeurs de 100, 115% exigées en septembre 2015, et mêmes les 110 et 125% prévus pour septembre 2017 demeurent nettement en deçà de ce que l'on faisait de mieux en 2012. Sans vouloir polémiquer, ça ressemble un peu à la réforme du collège en France : il s'agit avant tout de remonter nettement le niveau des plus mauvais élèves.

 

En ce qui concerne les pompes à chaleur, les fabricants plus pointus proposaient déjà des machines avec un ns = 145% en 2012. Ils auront certainement encore progressé en 2017 parce que c'est leur différenciation commerciale. Mais les moins bons auront atteint des niveaux plus honorables. Ce qui pour l'ensemble des utilisateurs se traduira par des consommations énergétiques plus faibles.

 

La gamme de pac 30RQP de Carrier

 

Deuxième indice, Carrier vient de publier les données de ses pompes à chaleur 30RQP dans le langage du Règlement 813/2013. Il est le premier fabricant à se lancer, mais tous les autres devront y passer d'ici au 26 septembre 2015.

 

La gamme 30RQP rassemble 12 pac air/eau, de 179 à 434 kW de puissance chauffage et de 156 à 511 kW froid. Comme il n'existe pas encore d'approche ErP pour le mode froid, Carrier publie trois ensembles de données : le froid selon l'usage Eurovent classique, le chaud selon Eurovent et le chaud selon le Règlement 813/2013. Voici les données pour trois modèles de la gamme :

 

Modèle 160 310 520
Mode froid

Puissance

kW 156 301 511

EER

kW/kW 2,80 2,90 2,75

Classe Eurovent Froid

  C B C

ESEER Eurovent

kW/kW 4,05 4,19 4,20

Mode Chauffage « H1 » pour une loi d'eau 30/35°C

Puissance

kW 179 339 434

COP

KW/kW 3,69 3,70 3,57

Classe Eurovent Chauffage

  D D E

SCOP

KW/kW 3,24 3,27 3,38

ns

% 127 128 132

Puissance selon 813/2013

kW 127 224 379



Clairement, les méthodes d'évaluation sont différentes. Premièrement, une machine classe E en chauffage selon Eurovent parvient à un SCOP de 3,38 et un rendement ns de 132% selon le Règlement 813/2013.

 

Censée exprimer l'efficacité énergétique, la classe E n'est que la 5ie dans un classement de A – la meilleure classe - à G. Pourtant, cette machine atteint un SCOP de 3,38 très honorable. Ensuite, le rendement ns de 127 à 132% peut paraître faible, alors que le SCOP atteint 3,24 à 3,38.

 

C'est attribuable à la conversion en énergie primaire des consommations électriques des pac à l'aide d'un coefficient de 2,50 : la consommation des pac est multipliée par 2,50. Ce qui diminue mécaniquement leur rendement.

 

Selon cette logique, les meilleures pac, celles avec les SCOP et les ?s les plus élevés, devraient être celles qui consomment peu d'électricité : les pac à absorption, à moteur à gaz, etc. Nous attendons avec impatience que leurs fabricants publient des données pour vérifier ce point.

 

 

Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (192 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans