Une isolation de R > 6 m².K/W en 8 h…

Une isolation de R > 6 m².K/W en 8 h…

Sarking, panneaux sandwichs, panneaux à forte résistance à la compression : l’ITE s’applique aux toitures en pente et ’aux toitures terrasses.



L’isolation thermique des toitures (ITE) constitue une rénovation lourde. Il faut détoiturer –enlever les tuiles, les liteaux, les chevrons et vérifier l’état des pannes de la charpente– et laisser la maison un temps sans protection contre la pluie et le vent.

 

Si les pannes de toiture sont en bon état, on peut alors appliquer une ITE. L’ITE des toitures se justifie entièrement dans le cas la toiture doit être refaite. Par rapport au coût d’une réfection de toiture, ajouter une ITE majore le devis de 20 à 25% environ.

 

L’ITE en toiture libère l’espace sous la toiture et ne réduit pas la hauteur habitable dans les combles. Les niveaux d’isolation atteints sont élevés et parfaitement compatibles avec les exigences du label BBC en rénovation ou de la RT2012 en construction neuve.

 

Dans le cas d’une maison construite dans les années 80, les déperditions de la toiture sont aisément réduites de 40 à 50% grâce à une ITE.

 

Trois solutions pour les toitures en pente

 

Trois solutions sont proposées pour l’ITE des toitures en pente : le sarking, le panneau en caisson et le panneau sandwich. Le Sarking est un élément isolant thermique en PSE (Polystyrène Extrudé), en PU (Polyuréthane) ou en fibres de bois, non-porteur, d’une longueur de 2,40 m le plus souvent, avec emboîtement par tenon-mortaise entre les éléments.

 

Comme le sarking n’est pas porteur, il doit être posé sur une volige continue –une sorte de plancher bois posé sur les pannes de la charpente– qui assure la résistance mécanique. Le sarking doit également être protégé contre le risque d’incendie venant de l’intérieur.

 

Les deux autres solutions font appel à des panneaux porteurs posés directement sur les pannes de charpente, de grandes longueurs, pouvant atteindre 2,5 à 8 m pour les panneaux Knauf Fibratec Xtherm Ultra 30 ou 31 de Knauf Bâtiment.

 

Ce qui se traduit par des portées de 3,30 m entre pannes pour une charge de 100 daN/m². Les panneaux portent une finition en sous-face qui joue un rôle esthétique et antifeu à la fois. Il existe deux types de panneaux : les caissons et les sandwichs. Les caissons sont plutôt de dimensions standardisées, tandis que les sandwich sont entièrement sur mesures.

 

 

AVIS D'EXPERT

 

Jean-Pierre Lafon,
directeur commercial de Quickciel

 

« Le sandwich est plus léger que le caisson »

 

Quickciel se consacre à la commercialisation de panneaux sandwichs de 2,5 à 8 m de long. Par rapport au caisson, le sandwich offre une isolation totalement continue sur toute la surface de la toiture. Dans le cas des caissons, les planches latérales en bois présentent une résistance thermique inférieure à celle de l’isolant.

 

Une photo réalisée à la caméra thermique révèle immédiatement les ponts thermiques à la jointure entre deux caissons et sur toutes leurs longueurs. Avec leurs ajustements latéraux par tenon-mortaise dans l’épaisseur même de l’isolant, les sandwichs offrent une résistance thermique continue.

 

Les sandwichs sont réalisés sur mesure selon un plan de calepinage, ce qui diminue les chutes et le coût. Nous pouvons même les fournir avec la découpe biaisée en tête et en pied. Enfin, le sandwich est plus léger que le caisson : réduction de pénibilité.


Solution 1 : R de 6 à 12 m².K/W avec du Sarking sur une toiture en pente

 

 

©Recticel

 

Les éléments sarking à base de polyuréthane permettent d’atteindre des valeurs d’isolation compatibles avec le BBC rénovation ou la maison passive.

 

L’intérêt principal de l’ITE en toiture est sa rapidité de mise en œuvre. Deux personnes peuvent, en une seule journée, détuiler un toit de 120 m² et, selon la technologie employée, poser des panneaux ou des éléments sarking pour rendre la couverture hors d’eau et hors d’air.

 

La pose des sandwichs, calpinés, fabriqués sur mesures et repérés, est plus rapide que la pose du sarking ou des caissons. Il se pose en France environ 2,3 millions de m² de panneaux chaque année, dont 40% de sandwichs, 60% de panneaux et 450 000 m²/an d’éléments sarking.

 

Le sarking croît de 15% par an environ depuis trois ans. La plupart des panneaux sont sous Atec ou ATE, même si ce n’est pas indispensable en maison individuelle. Les éléments sarking bénéficient plutôt d’enquêtes de techniques nouvelles de la part de Bureaux de Contrôle.

 

Le coût des panneaux atteignant R = 8 est d’environ 55 € HT/m² avec une sous-face plâtre. Leur pose revient à 15 - 20 € HT/m². Le coût d’un sarking en PU de 140 mm d’épaisseur (R = 6,5) revient à 25 € HT/m² en fourniture, 40 € HT/m² fourni et posé.

 

Dans le cas du sarking, il faut encore ajouter le coût éventuel de la volige en sous-face et des contre-liteaux en surface. Dans les deux cas, panneaux et sarking, il est possible d’atteindre des résistances thermiques de l’ordre de 12 m².K/W, en deux couches avec le sarking, en monocouche avec des panneaux.

 

Intérêt :

résistance thermique très élevée

Limite :

économiquement difficilement justifiable si on ne refait pas la toiture


Solution 2 : Isolation inversée des toitures terrasses

 

 

©Knauf

 

Le choix de l’isolant pour une toiture terrasse dépend de son accessibilité

 

Dans le cas d’une “toiture chaude”, l’isolant thermique est posé au-dessus de l’élément porteur. Ce qui élimine les ponts thermiques et évite tout risque de pathologies sur les éléments porteurs qui ne sont pas exposés au froid. L’isolant est soit placé sous le revêtement d’étanchéité, soit sur le revêtement d’étanchéité dans le cas des toitures “inversées”.

 

Placer l’isolant thermique sur la couche d’étanchéité permet de protéger celle-ci des variations de température entre le jour et la nuit. Ce qui allonge sa durée de vie. L’isolant thermique des toitures terrasses est choisi en fonction de sa classe de compressibilité (A, B, C ou D) et selon le type de toiture-terrasse.

 

Les isolants thermiques les plus résistants à la compression (classe D) conviennent pour les terrasses accessibles aux véhicules : verre cellulaire ou Foam Glass et la perlite fibrée. Pour les toitures accessibles aux personnes, (classe C), le polystyrène expansé (PSE) ou extrudé (PSX), le polyuréthane (PU), les mousses phénoliques et certaines laines minérales conviennent.

 

Les toitures uniquement accessibles pour leur entretien (classe B) peuvent être isolées par de la laine minérale. L’étanchéité à l’eau et l’isolation thermique des toitures terrasses sont liées et doivent être abordées en même temps. Les industriels proposent des systèmes isolant + solution d’étanchéité, toujours sous Atec.

 

Intérêt :

compatible avec tout support physique (béton, bois, acier)

Limite :

en cas de pluviométrie importante, il faut une membrane étanche entre le lestage et l’isolant.

 

 

Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

3 Commentaires


argent
  • par olibiobus
  • 1
  • 0

Dans le cas du starking, l'utilisation du Multipor (béton cellulaire léger), parfaitement insensible au feu me semble une bonne chose. Et il est toujours possible de fixer par dessus et à travers l'isolant les liteaux qui supporteront les tuiles; en effet le matériau a une résistance à la pression importante même s'il est friable.


- -
  • par jpch
  • 1
  • 0

Et j'ajoute qu'un isolant léger comme la ouate de cellulose n'aura d'efficacité en été contre la chaleur que s'il est tassé avec une densité de 65 kg / m3, sinon il n'aura d'efficacité que l'hiver contre le froid. Alors insuffler de la ouate ouate ou autre chose dans les combles sans densité importante ne sert à rien contre la chaleur et la surchauffe. Qu'on se le dise, et j'ai payé pour apprendre !


- -
  • par jpch
  • 1
  • 0

Jamais d'isolation légère dans une toiture pour le confort d'été, contre la chaleur. L'isolant doit être lourd, laine ou fibre de bois, de cellulose, qui ont une capacité thermique importante pour avoir un déphasage important. Donc, jamais de polystyrène, jamais de polyuréthane, jamais de laine de verre dans une isolation de toiture. Voilà la vérité honnête pour les futurs candidats.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2107 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

Techniques et pratique de la chaux


Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1