Le spécialiste des rupteurs parie sur la France

Le spécialiste des rupteurs parie sur la France

Un nouveau musée dédié à l’histoire du groupe, une nouvelle unité de production pour le marché français, le spécialiste des systèmes d’isolation thermique et acoustique Schöck, fête cette année ses 50 ans.





A l’occasion de son 50e anniversaire, le spécialiste des rupteurs de ponts thermiques Schöck a inauguré cet été son musée dédié à l’histoire du groupe et situé sur son siège de Steinbach près de Baden Baden en Allemagne.

 

«Eberhard Schöck souhaitait a 15 ans devenir agriculteur, mais il fait des études de maçonnerie avant de devenir ingénieur et de révolutionner le monde du bâtiment en inventant le 1er rupteur de pont thermique en 1983», commente Raphaël Kieffer, directeur général de Schöck. C’est en effet, ce que retrace, ce musée d’une superficie de 120 m2 inauguré cette année au siège de l’industriel Schöck.

 

L’histoire passionnante et la philosophie de l’entreprise y sont présentés à travers une fresque historique ainsi que sept pôles thématiques multimédia (internationalisation, collaborateurs, innovation…).  La visite de ces derniers permet une immersion dans l’univers d’Eberhard Schöck à travers des documents d’archives numérisés, des stations audio et vidéo, des maquettes et des objets historiques. 

 

Rutherma, une gamme créée en 1983

 

Ce jubilé est aussi marqué par l’ouverture d’une nouvelle unité de production de rupteur de ponts thermiques «dédiés exclusivement au marché français», précise le directeur général. Ce nouveau bâtiment d’un investissement de 3,6 millions d’euros se compose de 6 pôles de montage et fabrique son principal produit, le Rutherma, un rupteur de ponts thermiques pour l’isolation de toutes les parties saillantes du bâtiment.

 

Inventé en 1983, ce rupteur assure la continuité de l’isolation du bâtiment là ou celle-ci serait interrompue par les jonctions de structure et de balcons. Il est composé d’un corps isolant et d’armatures pour la reprise des sollicitations de structure.

 

La partie isolante est fabriquée à partir de Neopor, une mousse de polystyrène graphitée, qui affiche une conductibilité thermique de 0,031 W/(mK), et les armatures qui passent à travers l’isolant contiennent de l’acier (70%) et de l’inox (30%).  

 

La gamme de Rutherma avec les Schöck Rutherma DF et K peuvent être mis en place en isolation par l'intérieur (ITI), en isolation par l'extérieur (ITE) ou en isolation répartie (ITR).

 

 

Source : batirama.com / Aude Moutarlier

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1553 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Maisons et bâtiments à ossature bois

Fenêtres en travaux de rénovation Aluminium, bois, PVC