Objectif BBC : une étanchéité à l’air dans les règles de l’Art

Objectif BBC : une étanchéité à l’air dans les règles de l’Art

Pour atteindre le niveau BBC d’une maison, impossible désormais d’éluder la question de l’étanchéité à l’air.





 

Garantir une bonne étanchéité à l’air est devenu incontournable lors de la construction de maison BBC. Dans tous les cas, elle doit être réalisée en conformité avec les DTU, car une grande partie des défauts constatés proviennent de leur non respect. Les procédés utilisés doivent être sous Avis techniques.

 

L’objectif étant de supprimer toute fuite d’air, l’étanchéité demande de traiter toutes les jonctions de la membrane utilisée avec l’isolant en laine minérale à chaque changement de matériaux, et au cas par cas selon les liaisons: entre les menuiseries, la maçonnerie et le doublage, également entre la maçonnerie, la charpente et l’isolation.

 

Elle doit aussi être particulièrement soignée au niveau des réseaux de ventilation et des pourtours de jonctions de tous les percements dans les parois ; au passage des câbles, des pourtours de prises, ainsi qu’entre les planchers, les passages de conduits, les trappes et l’isolation.

 

Certes, cette mise en œuvre est nouvelle. Mais, elle reste facile et accessible aux plaquistes qui doivent l’intégrer dans leur cœur de métier, après avoir suivi une formation. Cependant, elle demande beaucoup de minutie.

 

Il convient donc de ne pas percer la membrane ou de ne pas effectuer de jointoiement avec des procédés qui ne font pas partie du système proposé par le fabricant.

 

Un nouveau savoir-faire à acquérir

 

Au-delà de la mise en œuvre, l’étanchéité à l’air induit une autre manière de travailler. En fin de chantier, elle doit être mesurée et sa valeur <0,6m3/(h.m2). Les objectifs seront fixés dès le début de chantier, en collaboration avec tous les intervenants.

 

Par conséquent, chaque corps d’état doit connaître les limites exactes de son intervention et les points singuliers à traiter tout au long du chantier. C’est un véritable travail d’équipe, qui nécessite que les différents corps de métier qui se succèdent soient dans la même démarche.

 

Pratiquer un auto-contrôle

 

En outre, parce qu’il existe un objectif de résultat, il convient de pratiquer l’auto-contrôle pendant le déroulement du chantier afin de corriger les défauts au fur et à mesure. Le but étant d’éviter le démontage si la mesure de l’étanchéité à l’air n’est pas conforme.

 

A noter qu’il existe des machines d’auto-contrôle qui, en mettant le bâtiment en dépression, permettent de déterminer s’il existe ou non des fuites d’air. Pratiquer une bonne étanchéité à l’air, fait appel, en termes de compétence, à un savoir-faire traditionnel mais complémentaire et qu’il faut acquérir pour répondre à ce marché de la maison BBC.




 

 

  1. La première couche de laine minérale, adaptée dans ce cas à une maison ossature bois, est posée entre chevrons. Elle est surfacée d’un voile doux et robuste pour optimiser et rendre plus agréable la mise en œuvre.

 

 

  1. L’isolation est mise en œuvre en double couche afin d’obtenir une meilleure performance thermique des murs.

 

 

  1. L’ossature est fixée sur la seconde couche d’isolant en laine minérale. La rangée de fourrure a été mise en place devant l’isolant.

 

 

  1. L’appui intermédiaire de fourrure permet d’embrocher l’isolant et de maintenir un écartement constant entre le mur et la fourrure verticale, support du parement plaque de plâtre. Outre un réglage rapide et précis de la planéité, il contribue à réduire les ponts thermiques.



 

 

  1. La membrane d’étanchéité à l’air est fixée ensuite sur les montants à l’aide d’un adhésif double face, qui fait partie du système.

 

 

  1. Le pare-vapeur est toujours posé côté chaud. Lors de l’isolation, la membrane est posée vers l’intérieur de la pièce à isoler.

 

 

  1. Une fois que l’adhésif double face a été positionné sur les fourrures métalliques, la membrane est déroulée horizontalement, maintenue collée avec l’adhésif double face. Pour la pose du deuxième lé et des suivants, la pose s’effectue de la même manière en respectant un recouvrement de 10cm minimum.

 

 

  1. Les lés sont jointoyés par l’adhésif fourni dans le système du fabricant, sur toute la longueur et largeur de leur recouvrement.



 

 

  1. Afin d’assurer une parfaite étanchéité à l’air, les passages de gaines font l’objet d’un soin particulier. Le passeur de gaine adhésif, fourni dans le système, est posé à l’endroit où la gaine doit passer. Après avoir pratiqué une encoche dans son centre, la gaine est passée au travers.

 

 

  1. Autre point singulier à particulièrement soigner : le cas des tableaux et fenêtres. L’ensemble du procédé est traité au mastic pour l’étanchéité à la périphérie.

 

 

Source : batirama.com / Stéphanie Lacaze Haertelmeyer

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par PIER
  • 1
  • 0

Je ne cesse d'être troublé par des exemples de mise en oeuvre systématiquement présentés en laine minérale... Quid de la fibre de bois notamment pour les MOB et des films d'étanchéité non pare-vapeur mais régulateur ou frein vapeur. La perméance étant respectée, là où la laine minérale continue à produire des maisons "cocotte-minute".

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (885 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Les volets roulants