Edilians modernise ses usines de tuiles dans un contexte conjoncturel tourmenté

Edilians modernise ses usines de tuiles dans un contexte conjoncturel tourmenté

Alors que le marché de la tuile terre cuite s’envole, tout comme les prix de l’énergie, Edilians modernise ses usines dont Phalempin, l’une des onze appellations terroirs du groupe.





Tensions sur les prix de l’énergie et sur les matières premières, fortes demandes de matériaux et tensions sur la main d’oeuvre (y compris celle nécessaire au fonctionnement des usines) composent le paysage actuel des industriels de la construction.

 

Edilians, leader français de la tuile terre cuite, n’y échappe pas et doit s’adapter, comme ses confrères, à une situation conjoncturelle inédite de marché. C’est la raison pour laquelle, son président Pascal Casanova n’hésite pas à annoncer que son groupe augmentera en moyenne les prix de ses produits de 10 % en 2022. Il ne sera pas le seul : d’autres industriels de la terre cuite dont Wienerberger feront de même.

 

Le prix des énergies a en effet été multipliée par trois sur un an, toutes énergies confondues, et l’industriel, devra donc réviser ses prix. Le groupe (1 100 personnes) fort de 14 usines (et une au Portugal) prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 350 millions d’euros en 2021 contre 320 millions en 2020, l’année du Covid.

 

Envolée du marché de la rénovation des maisons

 

La forte hausse de la demande en 2021 est due, selon Olivier Lafore, directeur marketing et communication chez Edilians, à l’envolée des marchés de la rénovation dont « l’accélération de la transition énergétique portée par les aides publiques telles MaPrimeRenov ».

 

Par ailleurs, la crise Covid a précipité l’achat de maisons à rénover par les Français et le secteur de la toiture, en a bénéficié.

 

Cette année de reprise coïncide avec une stratégie d’investissement pour le groupe qui annonce un montant de 25 millions en 2021, dans « trois petites usines ». Il s’agit en effet de remettre l’appareil de production au niveau, à l’instar de ce qui s’est passé dans l’usine de Phalempin.

 

 

Usine Phalempin et sa carrière de Wardrecques, à 20 km de Lille.

 

Phalempin, 3 tuiles plates et une appellation Terroir

 

L’usine de Phalempin, située dans le Nord près de carrière d’argile de Wardrecques, produit depuis 1918 la tuile éponyme qui fait partie des 11 appellations gérées par le groupe Edilians. Ces tuiles plates typiques de l’Artois (1) sont vendues dans le nord-est de la France mais aussi en Angleterre (50 % des ventes aujourd’hui). Ce qui représente une zone de chalandise de 300 km.

 

Extraites de la carrière de 6,15 hactares, l’argile est acheminée en circuit court jusqu’à l’usine. Et pour garantir une production à la pointe de la technologie, avec un engagement qualité et la mise en sécurité des équipes, Edilians a investi plus de 3,5 millions d’euros dont 2 millions en 2021.

 

 

Tuile plate tradition 17 x 27 Phalempin reconnaissable à son système anti-siphonnage en chevrons. Outre Phalepin, Edilians compte 10 autres appellations terroirs : Gelis, Sans, Poudens, Aubois, Doyet, Ste Foy, Jacob, Huguenot, Profimo et Umbelino.

 

Rénovation de 25 % de la ligne de production à Phalempin

 

Ces 2 millions d’euros ont permis de rénover 25% de la ligne de production : modernisation des accès à la zone du circuit claies, du convoyage en sec et de l’espace d’engobage, et implantation de 5 robots.

 

A noter que 1,5 million d’euros avaient été investis en 2016 dans l’acquisition de nouveaux outils (nouvelle robotisation de la zone d’encastage, entretien du matériel et sécurisation des machines).

 

« Ces investissements ont permis d’augmenter la production de l’usine de 10 % », reconnaît le directeur d’exploitation du site, Mathias Van Agt. En effet, les nouveaux équipements ont résolu les « pannes » rencontrées lors de la fabrication des tuiles et permettent de fabriquer des tuiles de qualité, sans arrêt.

 

 

Un investissement de 2 millions d’euros a permis de rénover 25 % de la ligne de production de l'usine de Phalempin. D'où un gain de productivité dans la fabrication des tuiles courtes avec une capacité de production remarquable : 70-80 palettes par jour contre 4 auparavant !

 

Un plan sur 30 ans pour transformer les usines sur le plan énergétique

 

En outre l’usine de Phalempin maîtrise mieux ses consommations d’énergie grâce à la récupération et réintroduction de l’eau de ruissellement du site dans le process. Enfin, elle recycle la chaleur du four dans les séchoirs.

 

Le groupe réfléchit à utiliser d’autres énergies dont le biogaz, (avec un « accompagnement des communes » qui seraient parties prenantes) et l’hydrogène vert. Dans l’usine de Phalempin, 75 % de l’alimentation énergétique du site est assurée par le gaz et 25 % par l’électricité.  « Nous avons un plan sur 30 ans pour transformer chacune de nos usines sur le plan énergétique » confirme Pascal Casanova.

 

La réflexion porte également sur le découplage des fours et des séchoirs avec des technologies permettant de soustraire l’humidité des séchoirs. Ces derniers, moins consommateurs d’énergie, pourraient être alimentés en électricité plutôt qu’au gaz.

 

Le groupe étudie enfin d’autres pistes industrielles notamment dans le cadre du programme européen Life HeroTile. Objectif : mettre au point des tuiles ventilées (micro perforées) de couleur claire, avec un lancement prévu en 2025. De nouveaux produits susceptibles d'apporter un bénéfice économique et environnemental, en limitant la surchauffe des bâtiments grâce à une reflexion d'une partie de l'énergie solaire vers le ciel ...

 

(1)Trois modèles phares de tuiles plates : 17 x 27 ; 16 x 24 et la tuile plate Tradition 17 x 27

  

   

Photovoltaïque : un chiffre qui devrait doubler d’ici à un an

 

Lancée il y a 15 ans par le groupe, la production de tuiles photovoltaïques intégrées en toiture demeure un cap important pour Edilians. Les deux gammes de produits dédiés représentent à ce jour un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros qui devrait doubler d’ici à fin 2022. Outre les tuiles solaires standard, le groupe produit en effet des doubles tuiles PV dotées d’un branchement électrique simplifié.

 

« Nous avons trois modèles de tuiles et deux teintes, rouge et noir, correspondant aux besoins d’intégration des produits en toiture » souligne Olivier Lafore. Toutefois une difficulté demeure, relève le directeur marketing et communication : « convaincre les couvreurs à poser ces produits, ce qui suppose qu'ils passent une barrière psychologique ».

 

Pour les aider, le groupe a ouvert 5 centres de formation orientés sur la pose de produits d’isolation et photovoltaïques. « Nous devons les aider à vendre ces solutions et à monter en compétence. Nous mettons au point des produits faciles à mettre en oeuvre et nous avons même développé des paquets de tuile à taille humaine ne dépassant pas 20 kg » termine Olivier Lafore.

 


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 499 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (940 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Chauffe-eau solaire individuel - NF DTU 40 & DTU 43