Propriétaires bailleurs : une enquête de l’Anil sur les freins aux travaux

Propriétaires bailleurs : une enquête de l’Anil sur les freins aux travaux

L’Anil* a engagé, avant la réforme de MaprimeRenov (1), une étude destinée à mieux comprendre le comportement des bailleurs du parc privé vis à vis des travaux.





* Agence nationale pour l'information sur le logement

 

Les propriétaires bailleurs interrogés expriment, sans surprise, comme principaux freins aux travaux, des préoccupations pécuniaires. Le financement des travaux (43%) constitue assez nettement le frein majeur au sens d’un manque de moyens financiers, de trésorerie ou encore d’un coût de travaux trop important.

 

À cela, s’ajoute l’inquiétude liée au retour sur investissement qui serait limité (29%). Au-delà de ces intérêts financiers, les bailleurs font face à des contraintes pratiques comme par exemple la présence du locataire dans le logement (30%), mais aussi une difficulté dans la recherche d’artisans compétents (20%).

 

Cette difficulté à trouver des artisans de confiance est l’un des premiers freins décrits dans l’enquête qualitative, ce que formule clairement un bailleur saulnois : « trouver une entreprise qui va me faire les choses correctement, c’est la principale chose qui me retient ».

 

Manque d’énergie et de temps pour 10 % des bailleurs

 

D’autres freins sont constatés, dans une moindre proportion : 10% des bailleurs indiquent ne pas avoir le temps ou l’énergie nécessaire pour s’engager dans ce processus de travaux. À l’image de ce bailleur installé dans la Loire, louant des logements à Saint-Etienne et dans le sud de la France qui s’inquiète de ne plus pouvoir se déplacer à l’avenir et se demande qui va s’occuper de ses logements entre deux locataires.

 

À noter que parmi ceux ayant avancé ce frein, 52% ont plus de 60 ans. Par ailleurs, des relations tendues avec le locataire constituent peu fréquemment un frein pour engager des travaux (8% des cas). Les impayés de loyer, cause potentielle de conflit avec un locataire, restent selon l’enquête qualitative une source de découragement pour certains bailleurs rencontrés.

 

Pour d’autres, l’impayé de loyer, bien que regrettable, est un épiphénomène qui fait partie des « règles du jeu» de l’activité. Néanmoins, malgré des freins plus ou moins conséquents, 18% des bailleurs ne déterminent aucun frein important à la réalisation de travaux

 

La difficulté de financement, première cause d’abandon des projets de travaux

 

Parmi l’ensemble des bailleurs interrogés, 35% avaient envisagé des travaux au cours des cinq dernières années mais ne les ont finalement pas entrepris.

 

De façon nette, ce sont les obstacles financiers qui ont été déterminants dans l’abandon des projets de travaux (63% des cas). Ces obstacles relèvent surtout d’un manque de moyens de financement et du coût trop important que représentent les travaux.

 

La logique purement économique de retour sur investissement, elle, ne représente que 14% des causes avancées par ces bailleurs. Les autres causes sont souvent liées à des considérations pratiques pour le bailleur avec notamment des difficultés logistiques dans 18% des cas ou encore des problèmes dans la relation avec les locataires dans 15% des cas.

 

Par exemple, ces difficultés peuvent respectivement se traduire par l’échec dans la recherche d’un artisan de confiance et par la présence du locataire dans le logement. Les autres causes avancées par ces bailleurs sont plus marginales

 

L'épargne, principale source de financement des travaux

 

Les derniers travaux réalisés par les bailleurs ont été en grande partie financés sur leurs économies (65%) et/ou dans une moindre mesure par l’emprunt (23%). 16% des bailleurs déclarent que les travaux ont été financés, au moins en partie, grâce aux derniers loyers perçus. Une part infime de bailleurs (6%) a entrepris des travaux avec le versement d’une subvention.

 

Néanmoins, ces subventions ont eu un fort impact dans le processus de décision de faire des travaux. En effet, ces bailleurs déclarent à 81% que, sans subvention, ils n’auraient, soit, pas entrepris ces travaux (37%), soit, auraient fait moins de travaux ou d’un autre type (44%).

 

Les bailleurs ont une connaissance disparate des aides aux travaux qui leur sont accessibles. Seul un tiers connaît les aides financières aux travaux ou sait auprès de quel interlocuteur s’adresser. Le reste des bailleurs (61%) n’ont jamais entendu parler de ce type d’aides ou déclarent ne pas trouver l’information.

 

Les campagnes nationales d’information et le bouche à oreille sont les deux autres canaux les plus fréquemment cités. L’enquête qualitative apporte également quelques éclairages quant à la connaissance des aides avec l’impression que les modifications réglementaires intervenant au gré des textes de loi perturbent les bailleurs et leur procure un sentiment d’incompréhension.

 

Différents profils de bailleurs en zone rurale et urbaine

 

Enfin, l’enquête permet également la détermination statistique de différents profils de bailleurs afin d’améliorer le ciblage de la communication et/ou le contour des aides à destination de ce public. Le réseau des Adil se dit mobilisé auprès de l’État et des partenaires pour définir des outils de communication adaptés et ainsi informer les propriétaires bailleurs avec des arguments en phase avec leurs différentes situations.

 

Sur le volet des aides, l’Anil a développé en décembre 2019 un outil en ligne mis à jour en continu par les Adil permettant de recenser, centraliser et diffuser les aides aux travaux relatives à l’amélioration de l’habitat proposées par les collectivités locales. Cet outil s’ajoute à l’expertise qu’offre les Adil en matière de conseil aux ménages pour la réalisation de leurs projets de rénovation, conclut l'enquête.

 

 

  1. L’aide Maprimerenov’ de l’Anah bénéficie dorénavant aux bailleurs qui peuvent financer en partie les travaux de rénovation énergétique. Depuis le 1er octobre 2020, maPrimeRénov est en effet devenue accessible à l’ensemble des propriétaires qu’ils soient propriétaires-occupants ou propriétaires-bailleurs.

 


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (895 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Techniques et pratique de la chaux

Fenêtres en travaux neufs Aluminium, bois, PVC - NF DTU 36.5