Performance environnementale des bâtiments : la base Inies doit être complétée

Performance environnementale des bâtiments : la base Inies doit être complétée

Présenté par l’Alliance HQE-GBC, le Baromètre Inies 2020 enregistre une hausse des données pour évaluer la performance environnementale des bâtiments. Mais il manque des données.






Photo : Maisons bois &paille pour le logement social à Nogent-le-Retrou /Le Prix National de la Construction Bois pour l'année 2020 a récompensé un projet de logements collectifs en bois-paille, mais la performance émissive de cet ouvrage est difficilement appréciable à partir de la base Inies.©PNCB

 

« En 2020, nous allons dépasser le cap des 2000 Fiches de déclaration environnementale (FDES) et Profils environnementaux produits (PEP) », annonce Mickaël Thierry, adjoint au sous-directeur de la qualité et du développement durable dans la construction à la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP).  

 

Le Baromètre Inie 2020 a en effet l’objet d’une présentation détaillée en juillet par l’Alliance HQE-GBC, propriétaire et gestionnaire de la Base Inies. Ces 2000 fiches, c’est beaucoup… mais pas assez. Et pour cause, ces FDES et PEP issues de fabricants et industriels engagés dans l’évaluation environnementales de leurs produits servent à alimenter la Base Inies.

 

Cet outil de référence est devenu la source pour connaître les impacts environnementaux des produits et équipements de construction. Une fois numérisées avec d’autres informations, ces données alimentent les logiciels d’Analyse de cycle de vie (ACV) pour évaluer la performance environnementale des ouvrages.

 

Or, « le travail de production de données spécifiques doit encore s’accentuer pour améliorer la précision des ACV et leur représentativité », continue Mickaël Thierry.

 

Déjà au-delà de la RE 2020

 

Certes, au cours de l’expérimentation Energie positive et réduction carbone (E+C-) - le cadre de la RE 2020 à l’application escomptée pour l’été prochain - il y a eu des efforts.

 

« Mais, nous voyons encore qu’en dépit du soin apporté par les bureaux d’études pour choisir et optimiser le recours aux données spécifiques, le taux reste assez élevé d’utilisation de données par défaut pour combler les manques. C’est le cas notamment pour la maison individuelle », reprend Mickaël Thierry.

 

Or, ces données spécifiques sont indispensables pour réaliser un calcul précis de l’impact carbone des bâtiments… Quand la base Inies vise déjà l’après RE 2020, « avec notamment l’utilisation des informations en lien avec l’économie circulaire, bien au delà des émissions de gaz à effet de serre pour l’analyse des flux de matière, pour l’impact du transport et pour aussi l’évaluation des impacts sanitaires », précise Mickaël Thierry.

 

Intégrer le stockage carbone pendant la durée de vie des Bâtiment

 

De plus, conformément à la loi Elan au décret attendu pour mi-2021 : la base Inies intègre également des informations sur le stockage carbone présent dans l’atmosphère pendant la durée de vie des bâtiments ; de quantité de matériaux issus de ressources renouvelables, recyclées ou recyclables qui leur sont incorporés ; d’impact sur la qualité de l’air intérieur du bâtiment.

 

Pour répondre à ces enjeux, de nombreuses catégories de produits de construction ou d’équipements ont toujours besoin d’être enrichis. Particulièrement dans certains secteurs encore en manque de données, identifiés par le Baromètre Inies 2020.

 

Un appel à accompagnement #FaistaFDES #FaistonPEP

 

Entre décembre 2019 et février 2020, l’Alliance HQE-GBC avec le soutien financier de l’Ademe a lancé l’appel à accompagnement #FaistaFDES #FaistonPEP auprès des acteurs concernés par des familles de produits ou équipements absents.

 

Objectif : encourager la création de nouvelles déclarations environnementales spécifiques collectives nécessaires. Ainsi, 19 projets ont pu ainsi être lancés sur des produits et équipements : entrée d’air et bouche d’extraction pour VMC, modules photovoltaïques, parquets massifs et contrecollés, volets battants et coulissants aluminium, infrastructures de recharge des véhicules électriques.

 

Les déclarations devraient être disponibles dans le courant du premier semestre 2021. Mais, malgré la progression constante de la base Inies et une forte mobilisation des fabricants, les modélisateurs manquent encore de données environnementales pour certaines catégories de produits et d’équipements dans le cadre de l’ACV des bâtiments.

 

Une liste prioritaire de familles de produits à traiter pour Iniès

 

Pour la seconde fois, Inies publie dans son Baromètre 2020 une liste prioritaire des familles de produits et d’équipements concernés qui restent nombreux*. Les fabricants sont invités à réaliser leurs déclarations environnementales dans cette dernière ligne droite.

 

Un développement plus massif des données spécifiques est indispensable. Car dès l’an prochain, il va falloir répondre à l’ambition de caractériser l’empreinte carbone de nouveaux bâtiments à partir d’un indicateur réglementaire et représentatif des émissions de gaz à effet de serre de l’acte de construire.

* https://www.inies.fr/wp-content/uploads/2020/07/Barometre-2020_16PWEB2.pdf

 

Quelles sont les familles représentées dans la base Inies ?

 

Au 31 mai dernier, le Baromètre Inies 2020 compte un total de 3 537 données (+33%) dont : 1 835 FDES représentant 617 419 références commerciales ; 331 PEP ;  1 324 valeurs par défaut (données de substitution en l’absence de données spécifiques) ; 47 données conventionnelles de services (mises à disposition par l’Etat) ; 188 déclarants dont 48 nouveaux depuis le dernier baromètre publié en septembre 2019.

 

Côté famille de produits et équipements, le Baromètre Inies 2020 donne une vision précise du poids de celles représentées. L’isolation enregistre toujours le plus grand nombre de FDES (835), devant le secteur des produits pour le cloisonnement et les plafonds suspendus (288). Avec 195 FDES, la famille structure/maçonnerie/gros oeuvre/charpente occupe la troisième place devançant, cette année, les revêtements de sols et murs/peinture/produits de décoration (184).
 

Pour les PEP, les appareillages d’installation pour le secteur des réseaux d’énergie électrique et de communication dominent toujours le classement de la base Inies avec 186 documents renseignés et vérifiés, suivis par les équipements de génie climatique (56) puis ceux dédiés à la sécurité du bâtiment (40).

 

En progression constante, l’utilisation du webservice pour accéder au contenu des déclarations environnementales, a compté, au 31 décembre 2019, près de 1 900 utilisateurs (+27,5%) avec une hausse de 38 % du nombre des utilisateurs professionnels (1 087) et de 9 % des utilisateurs académiques (806).

 

Cette base rassemble le plus grand nombre au monde de données spécifiques, devant l’Allemagne, les Etats-Unis, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni.

 


Source : batirama.com / Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (63 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1


Les toitures et terrasses végétalisées