La croissance de l’activité s’effondre selon la note de conjoncture de la Capeb

La croissance de l’activité s’effondre selon la note de conjoncture de la Capeb

La Capeb publie les tendances de l’activité des entreprises artisanales du bâtiment pour le 1er trimestre 2020 et révèle que 80 % des entreprises sont à l’arrêt depuis le 17 mars.





La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment dévoile les tendances de l’activité des entreprises artisanales du bâtiment pour le 1er trimestre 2020. La croissance de l’activité s’effondre avec un recul de - 12 % par rapport au même trimestre de l’année précédente.

 

Pour faire face à cette situation exceptionnelle, 66 % des entreprises artisanales du bâtiment ayant des salariés ont fait des demandes de chômage partiel et 15 % l’envisagent toujours. 5 % d’entre-elles ont cependant vu leurs demandes refusées par l’administration notamment du fait que leur activité n’était pas considérée comme « officiellement interdite », indique l’organisation professionnelle

 

Conséquence de la crise sanitaire et économique, 80 % des entreprises sont à l’arrêt, 17 % ont maintenu une activité réduite n’exposant pas les salariés aux risques sanitaires et 3 % poursuivent une activité quasi-normale pour les interventions d’urgence, souligne la Capeb.

 

Les clients refusent de continuer les travaux

 

La principale raison de cet arrêt des chantiers s’explique par le refus des clients particuliers (71 %) et des clients professionnels, publics ou privés (45 %) de continuer les travaux. Pour 46 % des chefs d’entreprises, la baisse d’activité s’explique également par la volonté de protéger leurs salariés.

 

Enfin, les difficultés d’approvisionnement en produits et matériaux par les fournisseurs font également parties des critères mis en avant par 39 % des chefs d’entreprise. Un chiffre corroboré par les chefs d’entreprises ayant poursuivi leur activité et qui déclarent pour 84 % d’entre eux éprouver des difficultés à obtenir les matériaux nécessaires.

 

Les raisons de l’arrêt d’activité

 

Plusieurs réponses possibles

Pourcentage d’entreprises artisanales

Refus de vos clients particuliers de poursuivre les travaux

71%

Refus de votre part d’exposer vos salariés

46%

Refus de vos clients professionnels, publics ou privés, de poursuivre les travaux

45%

Impossibilité d’intervenir car les locaux (commerces, entreprises, entrepôts, …) de vos clients sont fermés

39%

Fournisseurs habituels fermés

39%

Refus d’un ou plusieurs de vos salariés de travailler compte tenu du risque sanitaire

21%

Absence de recommandations officielles pour pouvoir reprendre une activité dans des conditions maîtrisées

20%

Salariés en arrêt maladie

12%

 

Source : Capeb

 

La maçonnerie et les métiers de la finition particulièrement touchés

 

L’activité est en net recul de – 12 % et concerne l’ensemble des entreprises artisanales, quelle que soit leur taille. Les entreprises employant 10 à 20 salariés ont subi une perte de croissance de - 13 % et celles de moins de 10 salariés sont concernées par une baisse de de – 12 %, selon la Capeb.

 

Ce recul de la croissance concerne également l’ensemble des corps de métier. Cependant, certains métiers comme la maçonnerie (- 16%), l’aménagement décoration plâtrerie (- 12 %) ou l’électricité et la menuiserie (- 10 %) sont particulièrement touchés.  

 

La construction neuve très impactée

 

Avec - 14 % de baisse par rapport au 1T2019, la construction neuve est la plus touchée. Une situation provoquée en partie par l’arrêt soudain des chantiers après un essoufflement régulier de l’activité chaque trimestre depuis 2016. Ainsi, les permis de construire affichent un recul de 1,6 % au cours des 12 derniers mois (de février 2019 à janvier 2020 par rapport à la même période de l’année précédente), soit 451 500 autorisations au total.

 

De son côté, le nombre de logements commencés, cumulés sur douze mois (de février 2019 à janvier 2020), a reculé de 1,2 % (par rapport à la même période l’année précédente), soit 409 200 logements commencés.

 

L’ancien ou l’activité en entretien-rénovation est également affectée par la baisse d’activité de - 10,5 % par rapport au T12019. Le volume des travaux d’Amélioration de Performance Energétique du Logement (APEL) est également concerné par ce net recul et fait face à une baisse de - 8,5 %, contre 1,5 % de croissance au trimestre précédent. 

 

Une trésorerie encore plus détériorée 

 

Le solde d’opinions concernant la trésorerie s’établit à - 29 points (contre – 11,5 points pour la moyenne de long terme). Une situation inédite qui met à rude épreuve les entreprises, selon la Capeb : la trésorerie est en nette détérioration pour 34 % d’entre elles, contre 14 % au 1T2019 (soit 20 points d’écart).

 

Seulement 5 % des entreprises parlent d’une amélioration. Enfin, le montant moyen des besoins de trésorerie de ces entreprises atteint 24 000 €  (contre 20 000 € un an auparavant).

 

Territoires : le Grand Est et l’Ile-de-France très impactés

 

L’activité diminue fortement dans l’ensemble des régions et est comprise entre - 14 et – 10 % au cours du premier trimestre 2020. La chute d’activité est davantage marquée pour les entreprises artisanales implantées en Île-de-France et dans la région Grand-Est (- 14 %), les deux régions les plus touchées par la pandémie.

 

L’activité dans les Hauts-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes recule de 13 %. Les entreprises installées sur la façade Ouest de la France comme la Bretagne, les Pays-de-la-Loire, la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie se montrent légèrement moins affectées avec une baisse de 10 % de leur activité.

 

Face à cette situation inédite, le président de la Capeb, Patrick Liebus réclame des aides spécifiques pour aider les entreprises du BTP. 

 

Selon le président de la Capeb, il est essentiel de « couvrir, au moins une partie des surcoûts découlant de la mise en œuvre de règles sanitaires (le transport des salariés, la réorganisation des chantiers, la gestion de la co/activité, le réaménagement des bases de vie, des vestiaires, des sanitaires sur site, la désinfection des surfaces, la gestion des déchets, et bien évidemment la fourniture des équipements de protection nécessaires), alors qu’il est bien souvent impossible de répercuter ces surcoûts aux clients notamment lorsqu’il s’agit de particuliers. »

 

Photo ©Edilteco


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (615 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Isolation en sous face des planchers bas - NF DTU 27.1