Bétons décoratifs : diversification en beauté à tous les étages

Bétons décoratifs : diversification en beauté à tous les étages

De plus en plus appréciés, les bétons esthétiques ou décoratifs pour voiries ou aménagements paysagers ou architectoniques en façades, se diversifient avec des produits luminescents ou drainants.



S'il est difficile d'obtenir des chiffres précis sur l'évolution du marché des bétons décoratifs, les acteurs s'accordent néanmoins sur la croissance continue de ce segment de marché du béton. Ainsi le fabricant Beal International, en particulier connu pour son béton ciré (Mortex), se félicite d'une croissance à 2 chiffres chaque année.

 

2020 s’annonce être une des plus ambitieuses que la PME belge ait jamais connues avec un investissement de 6 millions d’euros dans une extension de 3000 m2 de son site de production et dans la création de deux nouveaux centres, de formation et de R&D.

 

Même enthousiasme chez Chryso France, un industriel producteur et distributeur de bétons décoratifs. Le Directeur Activité Bétons Décoratifs, Christophe Vaissier assure : « Le marché du béton décoratif poursuit sa croissance à plus de 5% tous les ans. Les solutions de bétons décoratifs renforcent l’offre historique bétons esthétiques de Chryso qui regroupait les désactivants et les colorants et les produits de protection. Notre plus forte croissance est enregistrée sur les bétons spéciaux de type imprimé, drainant ou ciré ».

 

Qualité et diversité

 

En extérieur, le désactivé demeure prédominant comme chez Cemex, où ce produit historique représente toujours les deux tiers environ de leur activité en béton décoratif en extérieur et en horizontal.

 

De même chez Unibéton, environ 80% des ventes en bétons pour voiries décoratives se fait avec la gamme de béton désactivé (Unidécor) et 20% avec la gamme de béton lissé et coloré à la main (Colordécor).

 

« En béton esthétique, le client recherche un béton « caméléon » avec une formulation étudiée en amont pour qu'il puisse être travaillé de différentes manières, au choix désactivé, adouci, bouchardé, hydro sablé ou hydro gommé. Une autre tendance forte est la demande pour une finition plus lisse, en finesse et moins grossière », explique Dominique Lacoste, Responsable des bétons spéciaux chez Unibéton Sud-Ouest. Parmi les bétons de plus en plus demandés figure l'imprimé avec une gamme de matrices très étendue.

 

Béton esthétique apparent ou architectonique

 

En vertical, les évolutions continuent aussi en béton esthétique apparent, ou architectonique, en préfabrication ou coulé sur place, avec un grand choix de finitions et de teintes. Des réponses innovantes peuvent être apportées à des cahiers des charges très spécifiques. Par exemple sur Bordeaux, la collectivité impose dorénavant pour les façades de la pierre calcaire typique de la région.

 

« Chez Unibéton, nous avons été sollicités sur un projet où la solution en pierre naturelle s'avérait trop coûteuse. Nous avons mis au point un béton de voile ton « pierre », avec une matrice spécifique proche de la texture de la pierre de Bordeaux et ses joints, qui a été intégrée dans notre gamme Décovoil sous le nom burdigala », se félicite Dominique Lacoste (Unibéton).

 

 

Pour en savoir Plus

 

L'association Betocib publie la nouvelle édition 2020 de son guide de prescription technique datant de 2009 sur « Les bétons apparents ». Destiné aux architectes, aux artisans et applicateurs, il intègre des nouveautés comme le BFUP ou les Prémurs.

 

 

Comment convaincre vos clients

 

© Parutto & Delagarde

 

Valoriser le béton en nocturne

 

De plus en plus diversifiée, l'offre produits en béton décoratif innove par exemple avec le béton luminescent. Des particules ou granulats ou des inserts phosphorescents sont parsemés ou cloutés par zones dans le béton frais pour tracer des circulations ou dessiner des motifs. Ce matériau émet pendant plusieurs heures en début de nuit la lumière qu'il a stocké pendant la journée avec une durée variable suivant l'ensoleillement reçu. Cette technique s’applique à tous types de béton : bouchardé, désactivé ou poli, avec la même résistance et durabilité.

 

Une mise en oeuvre de qualité

 

Avec la floraison d'une demande diversifiée en traitement de surface se pose la question de l'entretien du béton. « Auparavant il fallait attendre 28 jours que le béton sèche pour pouvoir effectuer son traitement de surface et il avait le temps d'être tâché. Maintenant il est possible de le traiter plus rapidement avant qu'il soit utilisé, grâce au recours à des produits de protection par pulvérisation en phase aqueuse. La durabilité est plus limitée mais cela évite l'apparition dès le départ de tâches, de mousses, etc », affirme Dominique Lacoste (Unibéton).

 

 

L’avis d’expert :

 

© Cemex Europe

 

Lucia Alarcon Ruiz, Products Innovation Marketing Leader chez Cemex Europe

 

Quelles sont les évolutions du marché ?

 

Lucia Alarcon Ruiz : Concernant le béton décoratif extérieur et horizontal, le béton désactivé prédomine bien que sa part de marché stagne voire diminue. Les clients sont à la recherche de plus en plus de diversification et de différenciation, avec une volonté esthétique appuyée.

 

Nous constatons en effet un essor des ventes des bétons de type bouchardé, stabilisé, balayé, coloré dans la masse ainsi que de l'imprimé de plus en plus demandé du grand public. Il faut aussi souligner l'importance croissante du béton décoratif perméable qui évolue et qui répond avec élégance à la question de l'imperméabilité des sols et participe à la lutte préventive contre le risque d'inondation.

 

Le perméable est réalisable avec différents traitements de surfaces et finitions comme le teinté, le désactivé, etc. De notre côté en tant que fabricant nous travaillons en R&D à faire évoluer une gamme assez étendue de produits afin de répondre à des enjeux comme la recyclabilité, le bas carbone avec l'inclusion de GBR (Granulats de Béton Recyclés) en évaluant les impacts environnementaux des produits sur l'ensemble de leur Cycle de Vie ».

 

Quels conseils de mise en oeuvre pourriez-vous donner ?

 

Lucia Alarcon Ruiz : L'étape importante est la finition qu'elle soit réalisée mécaniquement comme pour le balayé ou le brossé ou avec une action chimique dans le cas du désactivé. La mise en oeuvre peut être très spécifique, par exemple dans le cas du béton perméable, dont la porosité est supérieure à 15% et qui demande à l'applicateur un savoir-faire. Mais comme cela fait plusieurs années que la demande pour ce produit est réelle, nous sommes arrivés à un stade où les entreprises ont acquis la compétence.

 

Et en façades ?

 

Lucia Alarcon Ruiz : En vertical, différentes solutions existent avec du teinté dans la masse, divers traitements de surface comme du « matricé » de surface. Les contraintes de mise en oeuvre étant différentes, les formulations sont adaptées pour prendre en compte classe d'exposition et résistance. D'un point de vue esthétique, les formulations de bétons sont étudiées pour obtenir un résultat lisse, avec un bullage réduit et un panel de teintes qui puisse répondre aux demandes spécifiques des architectes.

 

 

Des avancées en termes environnemental

 

Chantier de trottoir à Hay-les-Roses associant un béton drainant anti-flaques d’eau de Cemex avec des inclusions de motifs colorés, à base de granulats décoratifs et luminescents fournis par BMC Diffusion (groupe Chryso). © Cemex

 

Le grand sujet actuel en termes d'innovation pour les fabricants réside dans les performances environnementales, avec des solutions de bétons décoratifs qui sont aussi drainantes, bas carbone, dépolluant, avec granulats recyclés, avec cloutage d'éléments recyclés, etc.

 

Chryso apporte également des solutions pour la réfection de surface d’un béton ancien, quelle que soit sa nature (bouchardés, désactivés, etc). La réfection s'effectue en douceur par pulvérisation d’une couche d’usure teintée ou par application d’un enduit minéral millimétrique comme le procédé HardTopping, qui existe en cinq nuances de gris.

 

Traitement mécanique du désactivé

 

La démarche HQE concerne aussi la mise en oeuvre, en particulier du béton désactivé, qui classiquement, après être traité chimiquement, est rincé complètement à l'eau sous pression. Or les eaux de lavage sont polluantes et leur rejet sollicite les usines d'épuration des eaux usées.

 

Plusieurs fabricants comme Unibéton ou Chryso (avec le désactivant Deco Brush), proposent des solutions alternatives pour brosser la surface d'un béton après désactivation. « Cette émulsion désactivante spéciale est brossée à sec et aspirée puis mise en décharge. Les résidus issus du brossage peuvent également être récupérés et être réutilisés en fond de forme dans les gâchés suivantes.

 

Le chantier est propre, avec une moindre consommation et sans rejet d'eau polluante qu'il faut traiter. Le temps de mise en oeuvre est identique pour un coût un peu plus élevé », précise Christophe Vaissier (Chryso).

 

Béton drainant

 

L'usage de béton perméable est encouragé par l'évolution de la réglementation qui demande aux communes de mieux gérer les écoulements des eaux de surface (article L.640 et 641 du Code civil). Auparavant utilisé en sous-couche, le béton drainant pour le traitement des Eaux Pluviales (EP) est disponible en revêtement décoratif avec un large choix de teintes avec des produits comme EasyDrain de Chryso, Hydromedia de Lafarge, Nuantis Perméable de Cemex ou encore Idrodrain d'Unibéton.

 

« Ce produit dont le marché est en développement demande un savoir-faire de la part des applicateurs. Pour l'instant le marché est en grande partie celui des particuliers qui n'ont plus le droit de rejeter les EP dans le domaine public, mais aussi celui des aménagements urbains et domaine tertiaire pour les places de stationnement à forte porosité », constate Dominique Lacoste (Unibéton).



Source : batirama.com / François Ploye

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1173 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Les couvertures en tuiles

Façades rideaux - NF DTU 33.1