"Pentagone français": le procès prévu du 27 janvier au 5 février


Le procès ordonné à la suite de l'enquête sur des soupçons de corruption et de favoritisme lors de l'attribution du bâtiment du ministère de la Défense, le "Balardgone", a été fixé du 27 janvier au 5 février.





Dans son ordonnance du 29 juillet, le juge d'instruction Serge Tournaire avait renvoyé devant le tribunal correctionnel cinq personnes physiques et une personne morale. Parmi elles, Fabrice Couderc, qui travaillait à la Direction du patrimoine du ministère de la Défense, soupçonné d'avoir dérobé des documents confidentiels sur l'appel d'offres, et Karim Aissa, un homme d'affaires franco-tunisien.

 

La personne morale est Sogea Martinique, une filiale de Vinci, le groupe français qui avait finalement perdu l'appel d'offres face à Bouygues. En revanche, un haut responsable de Bouygues, pour lequel le parquet national financier (PNF) avait requis un procès, a bénéficié d'un non-lieu du magistrat.

 

Le bâtiment, situé dans le quartier Balard dans le sud de Paris (XVème arrondissement), a été inauguré fin 2015 par le président de l'époque, François Hollande, mais le projet avait été lancé en 2007 par son prédécesseur, Nicolas Sarkozy.

 

Il regroupe les états-majors des trois armées (Terre, Air, Marine) avec leur coeur opérationnel, le Centre de planification et de commandement des opérations (CPCO). Le procès doit se tenir sur cinq demi-journées.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (612 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans