L'activité de Tarkett tirée par le Sport, dans un marché plus difficile

L'activité de Tarkett tirée par le Sport, dans un marché plus difficile

Le fabricant français de revêtements de sols Tarkett a enregistré des ventes en hausse de 8% au troisième trimestre, à 907,1 millions d'euros, toujours soutenues par le segment Sport.



Le groupe a renoué avec la croissance organique (à périmètre et changes constants) au 3e trimestre (+2,6% après -0,6% au deuxième trimestre), "malgré des conditions de marché plus difficiles", a-t-il souligné.

 

Outre la bonne dynamique des gazons artificiels ou autres dalles pour gymnase commercialisés par son pôle Sport (+16,1%), les ventes ont bénéficié de l'appréciation du dollar face à l'euro et d'une acquisition du fabricant de moquette Lexmark l'an dernier aux Etats-Unis.

 

Le président du directoire Fabrice Barthélemy a estimé que les mesures prises pour améliorer la rentabilité, dans le cadre d'un plan de développement à quatre ans, "commencent à porter leurs fruits au troisième trimestre". L'excédent brut d'exploitations (Ebitda) ajusté (avant application de la norme IFRS 16) est en hausse de 10% sur un an à 107,5 millions d'euros, soit une marge de 11,8% (contre 11,6% il y a un an).

 

Mais cette amélioration de la rentabilité a été "pénalisée par la faiblesse de la performance en Amérique du Nord", a souligné Fabrice Barthélemy. Les ventes dans la région ont reculé de 2,2% à périmètre et changes constants.

 

Vers une offre complète avec moquettes, dalles vinyles et accessoires

 

Le groupe a donc lancé un plan d'action spécifique pour "donner une nouvelle impulsion" à cette région, avec différentes mesures: fusion des équipes commerciales, regroupement des produits sous la marque Tarkett, nouvelles gammes de produits plus alignées sur la demande des clients, délais de livraison plus courts.
 

L'objectif est de proposer "une offre complète" avec des moquettes, des dalles vinyles et des accessoires, a expliqué le directeur financier Raphael Bauer, lors d'une conférence téléphonique. Il a ajouté que "la performance industrielle se redresse" en Amérique du Nord, grâce aux restructurations engagées.

 

Les autres grandes régions ont été relativement stables sur le trimestre: +0,1% pour l'Europe en organique et +0,2% pour la Russie et CEI, toujours en organique. Evoquant les perspectives pour la fin d'année , le directeur financier a confirmé que "l'environnement est moins favorable qu'en 2018" et s'est dit "prudent sur les perspectives de croissance".

 

Accélérer les réductions de coûts

 

Dans ce contexte, les priorités resteront à la gestion des prix pour compenser intégralement les hausses de coûts (matières premières, énergie, transport) en 2019 et accélérer les réductions de coûts (avec un objectif de 30 millions d'euros sur l'année).

 

L'Ebitda ajusté devrait être "légèrement en hausse" en 2019 avec une marge "globalement en ligne" avec celle de l'année dernière, a prévu le groupe.Tarkett a confirmé son objectif de réduction de l'endettement à 2,5 fois l'Ebitda ajusté à la fin 2019.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2308 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer