Surélévation sur la Tour Montparnasse: appels à abandonner le permis de construire

Surélévation sur la Tour Montparnasse: appels à abandonner le permis de construire

Deux associations de défense du patrimoine ont demandé à Anne Hidalgo, d'abandonner son projet de construction sur le faîte de la Tour Montparnasse (210 m) d'une surélévation de 22 mètres de haut.



Confirmant une information du Parisien, Julien Lacaze, vice-président de Sites et Monuments, a indiqué qu'un recours gracieux avait été présenté pour que la maire revienne sur son permis de construire et délivre d'autres permis qui dénatureraient moins l'espace urbain.

 

Un projet de construction d'un espace vitré de 22 mètres de haut, dans laquelle serait installée une serre, a reçu en juillet un feu vert de la mairie, alors que sont engagés de coûteux travaux de désamiantage de la tour. La réaction des parisiens est venue de Monts14, association du 14e arrondissement, qui a lancé une pétition en ligne sur change.org, intitulée "Il faut empêcher la surélévation de la Tour Montparnasse". Elle a déjà été signée par 155 personnes.

 

Sites et Monuments a toujours critiqué cette tour de 210 m qui s'élève seule, contrairement aux tours de la Défense qui forment un ensemble. Oeuvre de plusieurs architectes (Jean Saubot, Eugène Beaudouin, Urbain Cassan et Louis de Hoÿm de Marien), elle avait été inaugurée en 1973, suscitant des vives polémiques.

 

Une tour qui cristallise toutes les rancoeurs

 

Incongrue dans le paysage urbain de Paris, ville à six étages depuis le XIXe siècle, la tour Montparnasse (59 étages) cristallise toutes les rancoeurs. A tel point que dès 1977, Giscard d'Estaing, devenu président de la République, impose à Paris une hauteur maximale de 37 mètres.

 

Selon Julien Lacaze, ce projet, "équivalent d'un immeuble haussmannien de belle taille, n'est pas dans la continuité de la tour et est fait pour être encore plus voyant. Ce sera dans la nuit une sorte de bouffon éclairé", a-t-il déploré. Selon les deux associations, le dossier d'urbanisme comporte une présentation trompeuse du projet et doit donc être revu.

 

On est dans le gadget écologiste le plus total, on verdit la tour pour qu'elle apparaisse plus sympathique, alors qu'elle a très mauvaise image", selon M. Lacaze. "Non

 

Un effet de mode avec une serre sur le toit

 

seulement on ne profite pas du désamiantage mais on a pire. Il est temps pour la maire de repenser l'ensemble", affirme le responsable de l'association.

 

Selon Patrice Maire, de Monts14, vouloir mettre une serre végétalisée sur le toit répond à "un effet de mode". Présenter le projet comme une construction amovible est trompeur, car des éléments en dur pourraient se trouver à l'intérieur comme des ascenseurs, et le risque existe que le verre soit remplacé par une construction en dur.

 

Le groupement d'architectes Nouvelle AOM avait été désigné par les copropriétaires comme lauréat d'un concours international d'architecture lancé en 2016. L'objectif était de redo nner à l'horizon 2024 "une identité forte, innovante, dynamique et moderne à la tour, en y intégrant des objectifs d'usage, de confort et de performance énergétique".



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2196 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique


Plancher Rayonnant Electrique (PRE)

Écrans souples de sous-toiture