Velux, mécène pour restaurer le fort Saint Nicolas

Velux, mécène pour restaurer le fort Saint Nicolas

Surplombant le Vieux-Port de Marseille, le Fort Saint-Nicolas s’offre un long lifting.



Soutenu par les Fondations Velux, il est orchestré par Acta Vista, une association qui œuvre à l’insertion grâce à la restauration de patrimoine de prestige.

 

Sous le soleil de la Cité Phocéenne, au milieu d’une majestueuse cour en pierre imaginée en 1660 par le chevalier de Clerville, – rien de moins que le maître du célèbre Vauban -, Benoît Fabre sourit. L’objet du délice : un tout nouveau mécénat mené par Les Fondations Velux.

 

« Nous avons été évidemment séduits par la volonté de l’association Acta Vista d’aider au retour à l’emploi des personnes en difficulté, mais également par sa démarche pédagogique », commence le président France du leader de la fenêtre de toit.

 

D’abord conçue pour asseoir l’autorité de Louis XIV et classée Monument Historique depuis 1969, la citadelle monumentale est aujourd’hui pansée par l’association Acta Vista. Une restauration haut de gamme, financée à hauteur de 2 millions d’euros par Les Fondations Velux.

 

« Ces dernières prennent part à notre défi qui est celui de remettre en situation de travail des personnes qui en étaient éloignées », décrit Vincent Nicollet, le directeur général de l’association en question. Avec son partenaire BAO Formation, elle a installé ici une véritable école à ciel ouvert qui les emploie, les  forme, et les  qualifie.

 

À gauche, Benoît Fabre, président France de Velux, et à droite, Vincent Nicollet, directeur général d’Acta Vista.

 

Soigner un bâtiment pour reconstruire des hommes

 

Des pierres de taille rose Sepulveda qu’il a fallu aller chercher en Espagne - le filon de La Couronne à Martigues (13) étant épuisé - du moellon, et des compagnons se pressent autour des remparts du Fort Saint-Nicolas, et de Martin, leur formateur.

 

Ils donnent un nouvel éclat à ces murailles du XVIIe siècle, qui structurent pas moins de 6 hectares assaillis par les embruns de la Méditerranée. Face à un chaînage qui a retrouvé sa splendeur, Vincent Nicollet confie : « nous avons accueilli jusqu’à 37 nationalités différentes. Nous sommes convaincus que c’est en donnant ce que nous avons de plus beau à des personnes en difficulté que nous leur offrons le maximum de chance de se reconstruire ».

 

En 15 ans, l’organisme philantrope a offert marteau, burin, bétonnière ou encore trusquin à plus de 5 000 personnes. Leurs seuls points communs : avoir connu un échec vis-à-vis de l’emploi, et montrer leur motivation. Ensuite, en entrant sur un chantier de réinsertion qui sera toujours de prestige, elles réapprennent à être valorisées « grâce à deux leviers que sont la confiance et de la fierté », continue le directeur général.

 

90 postes de travail sont répartis sur tout le site du Fort Saint-Nicolas pour apprendre les métiers du patrimoine.

 

Qualification en poche pour 90 % des compagnons d’Acta Vista

 

Après avoir été salariées pendant un an par Acta Vista et formées par BAO Formation, ces personnes acquièrent un Titre Professionnel de niveau V, validé par l’AFPA.

 

Ces nouveaux candidats au marché du travail peuvent alors devenir maçon du bâti ancien, tailleur de pierre, métallier ou menuisier, « quand ils renouent avec la vie active, ils trouvent aussi d’autres débouchés que le bâtiment », ajoute le patron de l’association.

 

Deux sur trois décrochent un emploi, ou une formation complémentaire. Et 90 % des compagnons d’Acta Vista repartent avec une qualification en poche.

 

Les Fondations Velux se sont engagées par un don de deux millions d’euros en faveur d’Acta Vista : une association d’insertion par la formation professionnelle aux métiers du patrimoine.

 

Diffuser la démarche hors les murs du Fort

 

Benoît Fabre ajoute : « Les Fondations Velux sont particulièrement fiers de participer à ce projet, car ils marient trois valeurs essentielles : l’utile, le durable et le beau ». Outre l’engagement sociétal et le volet pédagogique, « il valorise la transmission des savoir-faire traditionnels pour restaurer le prestige des bâtiments ».

 

Et le motif de satisfaction ne s’arrête pas là. Car ce partenariat s’envisage aussi de manière globale. Programmé sur trois ans, « et reconnu pour son impact social et son efficacité économique, nous voulons le porter en dehors de Marseille, sur toute le territoire », continue le président de Velux France

 

Un espace dédié dans le Fort Saint-Nicolas a été aménagé pour que les salariés en formation d’Acta Vista s’entraînent au Titre Professionnel validé par l’Afpa.

 

« Nous souhaitons aussi diffuser et poursuivre la pertinence de la démarche d’Acta Vista en organisant des formations des entreprises dans les locaux du Fort Saint-Nicolas. Ainsi, elles découvrent le travail réalisé par l’association. Nous pourrons aussi accueillir des salariés d’Acta Vista dans nos locaux pour les former.

 

Il faut gommer les frontières entre le monde associatif et celui de l’entreprise. D’autant qu’à l’image des personnes qui participent à la restauration du Fort Saint-Nicolas, les salariés de Velux France sont très fiers de ce mécénat qui donnent du sens ». Et des compagnons formés aux métiers du patrimoine, quand pas moins de 30 000 postes sont à pourvoir dans le bâtiment. Rien que pour cette année.

 

Dans l’atelier Métallerie, revue de détails de la première pièce réalisée par les salariés d’Acta Vista avant de s’attaquer aux ouvrages à restaurer du Fort Saint-Nicolas.

 

600 mètres linéaires de remparts ont pour l’instant étaient restaurés par les salariés d’Acta Vista en insertion grâce à la formation professionnelle aux métiers du patrimoine.

 

 

En chiffres

 

2007, c’est la date de démarrage de la restauration du Fort Saint-Nicolas. Elle devrait durer encore au moins 20 ans.

  • 90 postes de travail sont répartis sur tout le site
  • 200 personnes y travaillent chaque année
  • 600 mètres linéaires de rempart ont été restaurés
  • 2 000 m2 de bâti ont déjà fait peau neuve
  • 1 000 m2 d’espaces intérieurs ont été réaménagés
  • 450 personnes sont salariées, formées et accompagnées chaque année par Acta Vista.

 

Source : batirama.com / Légende photo ouverture : Le Fort Saint-Nicolas à Marseille (13) est rénové depuis 10 ans par l’association Acta Vista qui insère des personnes en difficulté en les formant aux métiers du patrimoine.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (329 votants)
Oui
Non
 

Boutique


Installation d'assainissement autonome - NF DTU 64.1

La ferronerie d'art