Rue Saint Sabin (3) : L’intérieur en cohérence

Rue Saint Sabin (3) : L’intérieur en cohérence

A la Fondation Charles Léopold Mayer, rue Saint Sabin à Paris, les choix pour l’enveloppe, l’aménagement intérieur et les équipements sont en cohérence parfaite.



 

 

  1. Exploitant les possibilités du PLU, le projet habille la cour d’un bardage en bois prépeint. © François Flohic

 

L’opération de rénovation énergétique menée depuis 2004 par la Fondation sur un immeuble de logements à Lausanne montre que l’isolation par l’extérieur n’est pas la panacée. Elle s’impose néanmoins en préalable, notamment pour ce bâtiment parisien dont toutes les façades sont exposées.

 

Un article clé du PLU de Paris ouvre la voie à une isolation en saillie. Reste à convaincre les copropriétés limitrophes.

 

 

  1. ITE en cours de pose sur les murs mitoyens. © François Flohic

 

Les murs mitoyens aveugles seront pourvus d’une ITE Sto sur isolant graphite de 15 cm. Seul un pan de mur, donnant sur une terrasse mitoyenne, se voit refuser ce dispositif, engendrant en conséquence une ITI.

 

Ecologique, le PSE sous RPE (revêtement plastique épais) ? Pierre Truong affirme : « Le PSE permet une très bonne épaisseur d’isolation, sans pont thermique donc des économies d’énergie.

 

Certes, l’énergie grise (l’énergie nécessaire à sa fabrication, Ndlr) du système est élevée. Mais sur une telle hauteur de bâtiment, avec une telle épaisseur d’isolant, compte tenu de la mitoyenneté et afin de convaincre les copropriétaires avec un produit qu’ils connaissent bien, ce choix s’imposait ».

 

 

 

 

  1. Une nouvelle charpente pour un complexe d’isolation de 50 cm, avec des poutres en BLC de 16 x 32 cm ! © François Flohic

 

Enveloppe continue

 

La charpente métallique est entièrement démontée et remplacée par une charpente en bois de ligne analogue, mais légèrement surélevée afin de pouvoir y ménager une isolation de 16+20 cm de laine de roche, pour un complexe avec plaque Fermacell 15 mm et panneau OSB  de 18 mm, d’une épaisseur totale de 50 cm.  

 

Tout est fait pour que l’enveloppe soit continue. Une attention particulière est portée aux jonctions entre la façade et la toiture, y compris pour les acrotères. Même précaution à la jonction de l’ITE et de menuiseries bois alu triple vitre argon de MC France sur précadre en bois. Dans le même esprit, au rez-de-chaussée, la pose d’un isolant en PSE de 20 cm, sous chape, a entraîné une surélévation de 35 cm.

 

Les murs vitrés donnant sur la cour d’accès vont perdre leur cachet industriel et il faudra orchestrer le prolongement des bandeaux de bâtiments voisins. Le choix s’arrête sur un bardage bois pré-peint en usine de Sivalbp, sous garantie de 10 ans.

 

Le bardage couvre 20 cm de laine de roche. Les joints des lames verticales sont masqués par des claies horizontales en guise de prolongement de bandeaux.

 

 

 

  1. Vue sur l’ossature et un précadre bois de la façade sur cour. © François Flohic

 

ITE inside

 

En cours d’études, le maître d’œuvre Pierre Truong se voit confier la mission de créer l’ensemble du mobilier et de réaliser l’aménagement des espaces intérieurs : un rêve pour un maître d’œuvre issu du design et de l’architecture intérieure.

 

Il fabrique entre autres de magnifiques lampes en impression 3D. D’autant que le maître d’ouvrage fournit les moyens d’aller au bout de la démarche exemplaire.

 

 

 

  1. La solution d’habillage intérieur en chêne fait écho à celle du bardage. © François Flohic

 

En habillage intérieur, Pierre Truong adopte la même approche que pour le bardage : lambris en lames verticales de chêne massif de 21 mm, joints masqués à mi-hauteur par une clé support d’objets.

 

Les lames alternent avec des panneaux en contreplaqué de peuplier cadrés par des méplats en aluminium, et par des grandes surfaces murales communes tapissées de pavés de bois de bout en chêne français. Le menuisier métallique qui intervient en façade se charge également de la serrurerie intérieure.

 

 

  1. Effet de continuité pour la menuiserie métallique, mariée à un rarissime et majestueux revêtement en bois de bout. © François Flohic

 

Partout, on retrouve le souci de recourir à des matériaux sains, dont la mise en œuvre pénalise peu l’environnement, au sens large. Plafonds en laine de bois liée à la magnésie (Knauf) ou en toile tendue, chêne français, revêtements de sol et de table en linoléum… tout cela génère aussi une fabrication française par des entreprises artisanales, et donc une valeur ajoutée et des prestations sociales locales.  

 

 

 

INTERVENANTS

  • Gros-œuvre : EERTC, Carency (62)
  • Bardage extérieur : Menuiserie Durand, Allain (54)
  • Charpente, couverture et étanchéité : ITS couverture, Tomblaine (54)
  • Menuiseries extérieures et serrurerie intérieure : Klein, Hartzviller (57)
  • Menuiseries intérieures et habillages muraux, mobilier sur mesure et agencement : EMAG, Liverdun (54)



 

Source : batirama.com / Jonas Tophoven

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2107 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique


Garde-corps de bâtiments