Armand Suardi, président du CCCA-BTP fait le point...

Armand Suardi, président du CCCA-BTP fait le point...

Armand suardi, président du CCCA-BTP, explique les enjeux de l'apprentissage et les actions du réseau du CCCA-BTP pour aider les jeunes à mieux s'insérer dans cette voie...





Bâtirama : Pouvez-vous nous présenter le CCCA-BTP ?

 

M. Suardi 

: Le CCCA-BTP est le Comité de concertation et de coordination de l’apprentissage du bâtiment et des travaux publics. Nous sommes une association nationale, professionnelle et à gouvernance paritaire. L’ensemble des organisations d’employeurs et de salariés représentatives du secteur de la construction est réuni au sein de notre conseil d’administration.

 

Notre mission est de mettre en œuvre et de coordonner la politique de formation professionnelle initiale aux métiers du BTP par l’apprentissage, définie par les partenaires sociaux de la branche. L’amélioration constante de la qualité de l’accueil et des conditions de formation des jeunes, qui ont choisi les métiers du BTP et l’apprentissage pour se former, est la priorité des professionnels du BTP.

 

Le CCCA-BTP a plus de 70 ans d’existence. Il est riche d’histoire. Ce qui témoigne de la volonté et de la justesse du choix des professionnels du BTP de s’organiser et d’investir très tôt dans la formation des jeunes par l’apprentissage. Je rappellerais d’ailleurs que les professionnels du BTP ont été pionniers en ce domaine, puisque les lois de 1971, qui ont dessiné le cadre juridique de l’apprentissage, ont été largement inspirées de l’organisation et de l’expérience du CCCA-BTP. Une organisation et une expérience qui sont et demeurent aujourd’hui une référence.

 

Nous le sommes car sous l’impulsion des professionnels du BTP, le CCCA-BTP et son réseau national de CFA ont toujours su s’adapter, être précurseurs et innover, notamment dans les pratiques pédagogiques, pour répondre aux besoins des entreprises en main-d’œuvre qualifiée et assurer la réussite du parcours de formation et l’intégration sociale des jeunes que nous formons. C’est là notre double ambition. C’est aussi le cœur de notre action et de nos valeurs.

 

Vous êtes donc incontournables dans le paysage de l’apprentissage aujourd’hui…

 

Le CCCA-BTP anime le réseau de l’apprentissage BTP, avec 103 centres de formation d’apprentis, implantés sur tout le territoire, dont 76 CFA du BTP gérés par des associations régionales et paritaires et 27 CFA associés, dont 9 sont conventionnés pour leurs sections de travaux publics. Réseau numéro un de l’apprentissage, les CFA du BTP présentent une offre de formation dans 27 métiers du bâtiment et des travaux publics, du CAP au diplôme d’ingénieur. Il affiche 80 % de réussite aux examens.

 

Les CFA du BTP sont au service des entreprises du BTP pour les conseiller et les aider à recruter des jeunes et sont leur partenaire tout au long de la formation des apprentis. Ils le sont aussi auprès des jeunes. Nous menons ainsi une politique volontariste d’information auprès d’eux sur nos métiers du BTP et l’apprentissage pour s’y former.

 

Pourquoi la cause des jeunes vous intéresse-t-elle ? Quelles sont leurs difficultés aujourd’hui et comment peut-on les aider ?

 

La cause des jeunes nous intéresse car elle est notre raison d’être, notre cœur de métier, tout simplement ! Notre principal objectif est la qualité de la formation par l’apprentissage que nous assurons, aussi bien en entreprise qu’au CFA. C’est cette coresponsabilité entre l’entreprise et le CFA qui est au centre du contrat d’apprentissage et qui en fait toute sa singularité.

 

Cette coresponsabilité est aussi l’expression de la force et de la richesse de l’apprentissage, comme voie de formation d’excellence et de réussite pour les jeunes qui l’ont choisie pour se former. Elle est enfin l’expression de la mobilisation et de l’engagement quotidien des acteurs de la formation, avec cet incomparable triangle d’or : le jeune, l’entreprise et le CFA. La maîtrise du geste et la technicité de nos métiers du bâtiment et des travaux publics ne s’improvisent pas. Elles s’acquièrent par et grâce à la formation, avec toute la motivation et la passion qui animent les jeunes.

 

Elles s’acquièrent aussi par et grâce à ceux qui, au sein des entreprises et des CFA, transmettent les savoir-faire et les savoir-être indispensables pour faire des jeunes des professionnels qualifiés et des citoyens responsables. Car c’est bien de cela dont il s’agit pour nous : créer et garantir les conditions d’une véritable alternance interactive entre les deux lieux de formation, l’entreprise et le CFA, pour que les jeunes puissent acquérir les compétences et les qualifications prévues au contrat.

 

Je voudrais également souligner un caractère important de notre identité et de nos missions… Depuis la création du CCCA-BTP, celui-ci a développé en complément de la formation professionnelle une véritable activité socio-éducative dans le but de former les jeunes à une responsabilité citoyenne.

 

Est ce que le contexte économique tendu actuel pénalise l’apprentissage ?

 

Le contexte économique encore tendu que nos entreprises connaissent ne favorise pas pleinement le recrutement d’apprentis. Le manque d’activité est assurément un frein, qui rend les entreprises plus prudentes. Cela constitue l’une des difficultés que rencontrent les jeunes qui souhaitent se former à nos métiers par l’apprentissage : trouver une entreprise formatrice. Mais les professionnels du BTP ont réaffirmé leur volonté d’investir dans l’apprentissage.

 

Les mesures gouvernementales en faveur du recrutement d’apprentis devraient constituer un levier supplémentaire, même si la transmission du métier et de son savoir-faire demeurent la motivation première d’une entreprise dans la formation d’un apprenti. Notre réseau de l’apprentissage BTP reste pleinement mobilisé sur cette question. Outre les actions de promotion que nous organisons chaque année, les CFA du BTP conseillent et accompagnent les jeunes dans leur orientation professionnelle et les aident à trouver une entreprise formatrice. De nombreuses initiatives sont menées par l’ensemble des équipes des CFA du BTP.

 

Quelles seront vos actions phares envers les jeunes du BTP pour les trois ans à venir ?

 

Le secteur du bâtiment et des travaux publics, confronté aux changements techniques et réglementaires, est directement concerné par les impératifs liés, notamment, à la performance énergétique. Les jeunes que nous formons sont ainsi en première ligne pour relever les défis du développement durable. Ils sont nombreux. Cette mutation majeure doit s’accompagner d’évolutions en matière de compétences et de qualifications professionnelles.

 

Un philosophe a écrit : « La bataille de la compétence est la mère de toutes les batailles ». C’est vrai. Tellement vrai ! La compétence et la qualification professionnelle sont bien là notre première action phare en direction des jeunes, avec la généralisation d’une offre de formation complète, du CAP au diplôme d’ingénieur. Cela suppose de proposer des filières de formation complètes, par pôle métier, en fonction des besoins en main-d’œuvre qualifiée des entreprises.

 

Je citerai, à titre d’exemple, les formations dans le domaine des énergies renouvelables et surtout l’évolution du contenu même des formations, qui prennent en compte les évolutions techniques, technologiques et réglementaires de nos métiers. Nous sommes engagés dans cette démarche depuis de nombreuses années déjà, mais nous devons aller plus loin et généraliser cette approche pour toutes les filières métiers auxquelles nous formons.

 

Comment faciliter l’intégration des jeunes au sein des entreprises ? C’est parfois difficile pour certains…

 

Il est vrai qu’en concluant un contrat d’apprentissage, les jeunes abandonnent leur statut de collégien, de lycéen ou même d’étudiant, pour adopter celui de salarié. Ce nouveau statut s’accompagne de mutations aussi diverses que variées liées à l'adolescence et au passage vers le monde des adultes.

 

Pour que ce changement se réalise dans les meilleures conditions, nous allons proposer aux apprentis nouvellement recrutés de suivre un module d’intégration en entreprise dès la signature du contrat et avant l’arrivée en entreprise, en particulier en matière de prévention des risques et de savoir-être relationnel.

 

Les Point Conseil BTP, qui existent au sein de chaque CFA du BTP, proposent déjà aux jeunes des sessions d’informations et de formation en amont de la signature du contrat, destinées à leur permettre de travailler sur leur projet professionnel dans le BTP ou à acquérir des bases en matière de technique de recherche d’emploi. Notre ambition est de le faire de façon homogène dans tous les CFA du BTP et d’intégrer pleinement cette démarche dans le parcours de formation des jeunes.

 

Une autre initiative que nous menons au profit des apprentis du BTP, qui concourt à l’amélioration de la qualité de la formation, concerne le renforcement de l’approche globale et interdisciplinaire de la formation des apprentis. L’objectif est d’assurer une meilleure interaction entre enseignement général et enseignement professionnel, pour permettre un lien direct avec l’approche globale du bâtiment et avec la prise en compte de la transition et de la performance énergétique des bâtiments.

 

Enfin, je citerai une dernière action parmi toutes les autres que nous initions. Il s’agit du renforcement de la relation entre l’entreprise formatrice et le CFA, en s’appuyant notamment sur le numérique pour faciliter le suivi des apprentis dans leur parcours de formation.Tout cela fait la spécificité et le professionnalisme reconnu de notre réseau de l’apprentissage BTP.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (713 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Ossatures métalliques