La taille de charpente se réinvente

La taille de charpente se réinvente

La première machine de fraisage à commande numérique portative au monde, destinée aux travaux de charpente et de construction bois, sera visible à l'occasion du Forum International Bois Construction, le 3 avril.



Le lancement mondial par la société Epur de l’Oakbot, la première machine de fraisage à commande numérique portative au monde, destinée aux travaux de charpente traditionnelle et de construction bois, aura lieu dans le cadre des sessions inaugurales du Forum International Bois Construction, le 3 avril prochain au Campus Bois de l’ENSTIB d’Epinal.

 

 

Exposée sur un stand, la machine portative d’Epur est dotée de son chariot. ©Epur

 

L’idée d’Epur est née sur les chantiers, pour faire face à une contrainte : comment reproduire des usinages parfaitement identiques pour assembler les charpentes, tenons, mortaises et queues-d’aronde ? Deux charpentiers alsaciens, Pierre Giusti et Ilias Zinsstag, créent l'entreprise Epur à Rodome (Aude) en 2016, afin d’améliorer la productivité des artisans du bâtiment.

 

Depuis, la jeune start-up a été reconnue JEI (Jeune Entreprise Innovante) et s’est entourée de collaborateurs dans les domaines administratif, financier, commercial, technique, informatique et mécanique. Les prototypes se sont succédé au fil des années pour aboutir au modèle commercialisable qui sera présentée durant toute la matinée du 3 avril sur le Campus Bois de l’ENSTIB.

 

Polyvalence

 

L’Oakbot permet de réaliser directement sur le chantier un large ensemble de géométries d'assemblages, grâce à un appareil portatif, pouvant reproduire des usinages identiques, en toutes situations et à faible coût. Grâce à une IHM (Interface Homme Machine) intuitive, la taille est automatisée pour toute une panoplie d’assemblages avec une seule machine.

 

Selon Ilias Zinstag, l’oakbot permet d’augmenter la productivité d’au moins 50 % et de conserver la valeur ajoutée au niveau du charpentier en limitant l’appel à la sous-traitance. La précision et la qualité d’usinage est équivalente aux meilleurs machines numériques stationnaires. Particulièrement flexible, l'outil s'utilise en stationnaire, en portatif ou tête en bas. Gage de sécurité, l'outil travaille seul. 

 

 

La légèreté de la machine facilite les démonstrations en atelier ou sur chantier ©Epur

 

Version 4.1

 

Après cinq longues années de recherche et développement, la version 4.1 a vu le jour fin 2018, c’est la version qui va servir de support au programme de bêta-test et qui sera présentée lors du Forum Bois Construction d’Epinal Nancy : son design a été revisité et étudié pour une plus grande ergonomie d’utilisation. Ses programmes de pilotage ont été fiabilisés et développés afin d’intégrer de nouvelles fonctionnalités de fraisages.

 

La mise en référence a été automatisée. Les quelques organes identifiés comme sensibles ont reçues les correctifs nécessaires. Ses composants, au-delà d’une sélection rigoureuse afin de garantir leur solidité, ont également été choisis dans le but de pouvoir les remplacer facilement. L’Oakbot est de ce fait une machine-outil durable !

 

 

Test de l’interface homme-machine : la génération montante est tout à fait en mesure d’utiliser ce type d’outils.© Epur

 

Bêta-testeurs

 

Fin 2018, le temps est venu d'amorcer l'expérimentation in situ par le biais du programme de bêta-test. Il s’agit de solliciter des entreprises ayant de gros volumes de taille de charpente, de leur confier l’outil à un prix très attractif, afin d’éprouver au maximum ses capacités et de faire remonter les possibles améliorations à apporter.

 

A l’issue de l’intégration machine des améliorations, lorsqu’une version commercialisable est mise sur le marché, ces entreprises partenaires voient leurs machines-test remplacées automatiquement et gratuitement par la version aboutie. Huit machines sont dédiées à ce programme.

 

Les partenaires ont été sélectionnés avec soin. Selon lias Zinsstag, "Ces derniers ont en commun un profil d’entrepreneurs dynamiques et tournées vers l‘avenir. Ils ont à cœur de faire évoluer les pratiques et leurs métiers, avec pour objectif principal de ramener la taille au centre de leur activités. Ils sont conscients qu’il est impératif de rendre attractif un métier qui souffre d’un déficit d’image auprès de la jeune génération, par le biais d’un outillage plus moderne et qui abaisse significativement la pénibilité.

 

Ils sont motivés par le fait de participer à une aventure industrielle française innovante, adaptée aux besoins des artisans et respectant les traditions. Depuis toujours dans les métiers du bâtiment les avancées technologiques se sont déployées grâce à l’ingéniosité des faiseurs, ici encore le programme de bêta-test s’appuie sur le savoir-faire des partenaires identifiés".

 

 

L’une des principales qualité de l’Oakbot est qu’il est utilisable en atelier et sur site.© EPUR

 

Des places à prendre !

 

Les sociétés qui participent au programme des bêtas-testeurs sont : Corrihons Charpentes Couverture (40290 Saint André de Saignanx), La Menuiserie Daubigney (39500 Champdivers), Mab Tivoli (47130 Bazens). Trois autres entreprises vont intégrer sous peu le programme. Il reste deux places en bêta-test à attribuer. Avis aux amateurs.

 

Suite aux premières remontées et dans le but d’étoffer l’offre de la société Epur, divers modules complémentaires et optionnels ont déjà développés : des modules de bridages additionnels un châssis stationnaire sont en cours de développement, ainsi qu'une solution de manutention-positionnement, pour optimiser la fonction portative de l’Oakbot de nouveaux programmes d’usinages (génériques ou sur-mesure).

 

Pour couvrir le territoire national, Epur a noué des partenariats commerciaux avec des revendeurs locaux reconnus des charpentiers. Ilias Zinsstag sera à Epinal lors de la journée de démonstration du 3 avril 2019, puis les deux jours suivants sur l’espace d’exposition du Forum Bois Construction, Hall 2, stand C32. Des démonstrations auront également lieu sur demande pendant cette période en Alsace et en Lorraine, sur chantier ou en atelier.

 

 

La fraiseuse à l’œuvre. On remarque que la pièce à tailler est sommairement bloquée sur un tréteau. La mise en service sur site s’en trouve facilitée.© Epur


Source : batirama.com / Jonas tophoven

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1419 votants)
Oui
Non
 

Boutique



La ferronerie d'art