Poujoulat 2014 Lumiance
Actualité batiment : batirama.com
Articles  Produits  Chiffrage  Emplois  Formations 
ARTIDEVIS Autopub
Partager cette page de batirama.com sur facebook

 

Partager cette page de batirama.com sur twitter

 

Partager cette page de batirama.com sur linked in

 

|  

Ajouter batirama.com à vos favoris

 Favoris  |  

Ajouter batirama.com à vos favoris

 Votre panier  |  

Se déconnecter

 Se connecter   

Une maison BBC en bois, chanvre et roseaux, c’est possible

Une maison BBC en bois, chanvre et roseaux, c’est possible

Près de Marzens (81), une maison à ossature en bois avec production d’énergie renouvelable (photovoltaïque) a vu le jour. Construite en matériaux naturels, cette maison BBC sera conforme à la RT 2012.


Articles qui devraient vous intéresser :
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique

 

Le maître d’ouvrage, ancien ingénieur thermicien, s’est adjoint les services d’une architecte spécialisée dans la construction de maison à ossature bois. Seize mois d’étude et une simulation thermique dynamique ont été nécessaires pour finaliser le projet.

 

L’étanchéité à l’air n’a pas été négligée puisque l’objectif est d’atteindre 0,16 m3/h/m². Pour limiter les coûts, seul le gros œuvre (fondation maçonnée, structure bois et charpente) a été confié à des entreprises de la région ; le reste étant fait par les propriétaires.

 

Cette maison R+1 affiche 90 m² de surface habitable par plancher. Seul le niveau bas sera habité. Le niveau haut étant pour l’heure, un soleillou (typique de la région Tarnaise) qui pourra ultérieurement être annexé lorsque la famille s’agrandira.

 

Poteaux-poutres bois sur pilotis

 

La structure de la maison est en poteaux-poutres bois assis sur pilotis pour s’adapter au terrain légèrement pentu. Le plancher bas est fait de poutres bois en I recouvertes en OSB 4 de 22mm. Le tout sera isolé en sous-face avec 34 cm de ouate de cellulose en caisson. Le plancher haut sera isolé avec le même matériau mais en 40 cm d’épaisseur.

 

L’ensemble des murs extérieurs de la maison est isolé en blocs de chanvre de 20 cm d’épaisseur (Chanvribloc) puis recouvert d’un enduit de finition à la chaux. En complément du côté intérieur, l’isolation des murs de façade a été également étudiée.

 

Cette isolation est constituée de laine de bois (ep.14 cm), d’un frein vapeur, de liège (ep.2 cm) et de panneaux de roseaux qui seront enduit à la terre. Ce type d’isolation 100% naturelle permet ainsi d’emmagasiner les calories et de réguler leur diffusion en hiver.

 

Laine de bois, frein vapeur et liège

 

Elle régule aussi l’humidité intérieure et joue le rôle de "climatisation naturelle" par évaporation en été. L’ensemble est complété par des menuiseries extérieures adaptées à l’orientation qui captent les apports solaires au sud et renforcent l’isolation au Nord. Au final, la résistance thermique (R) pour l’isolation périphérique est de 7,18 m².k/W.

 

Enfin, l’ensemble des équipements à installer sera économe pour une faible consommation d’énergie (poêle à bois mixte de 4 kW, miroir chauffant dans la salle de bains, récupérateur de chaleur sur eaux de douche). La ventilation naturelle se fera par simple ouverture manuelle des fenêtres.

 

 

  1. Avec un terrain en léger dévers, l’ensemble de la structure a été positionnée sur des plots cylindriques en béton armé. La sous-face du plancher du Rez-de-chaussée sera isolée lors du second œuvre une fois que la mise hors air et hors eau auront été effectuées.

 

 

  1. Les toilettes sèches sont réalisées en plaçant une cuve sous le plancher du niveau bas. Encore plus écologique, ce modèle à lambris-compostage ne nécessite pas d’être vidé périodiquement. Il suffit simplement d’ouvrir occasionnellement le robinet de purge situé en bas de cuve pour récupérer les jus qui feront par ailleurs un excellent fertilisant naturel pour les plantations après dilution dans de l’eau.

 

 

  1. Sur l’évacuation de la douche un récupérateur de chaleur va être raccordé. Grâce à l’échangeur à plaques, ce modèle permet de réchauffer l’eau froide qui arrive au ballon ECS attenant. Ce dernier demande donc moins d’électricité pour chauffer l’eau. Un investissement relativement vite amorti.
Publié le 19/11/2012
Batirama.com

1
2
Partager cette page de batirama.com sur facebook

 

Partager cette page de batirama.com sur twitter

 

 

Partager cette page de batirama.com sur linked in

 

Version Imprimable

Articles qui devraient vous intéresser

:
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
Efficacité énergétique
 
cellumat

Commentaire

Ajouter un commentaire  
Votre commentaire
 
 
 * Pseudo :  
C'est sous ce nom que votre commentaire sera publié.
 * Email :  
Une alerte sera envoyée à cette adresse lors de la publication de votre commentaire.
 * Commentaire :  
Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.
 
 
batirama.com sur Facebook
Retrouvez nous sur ...
Actualités batiment
Le label RGE et l'éco-conditionnalité des aides publiques à la rénovation énergétique c'est ... (928 votants)
davantage de paperasse, ce n'est pas le moment !
une valorisation du savoir-faire des entreprises labellisées
un bon moyen de nous soutirer encore de l'argent alors que nous avons déjà fait nos preuves
l'espoir de voir disparaitre du marché les entrepreneurs incompétents ou peu sérieux
une usine à gaz, je n'y comprends rien !
 
batirama.com sur Twitter
Retrouvez-nous sur Twitter
batirama.com sur Twitter
Actualités batiment
Articles
Les + commentés
Les + lus
Les + récents
Beissier 2014
Mewa Mars