Les plaques spéciales : Une offre très diversifiée et technique

Les plaques spéciales : Une offre très diversifiée et technique

Il existe des plaques spéciales pour de nombreux usages spécifiques, depuis la décoration jusqu’à l’épuration de l’air intérieur. Mais aucune n’est en mesure de couvrir tous les usages.


©Placo Phonique

 

Les plaques de plâtre classiques sont des produits massivement utilisés. On ne construit plus un seul bâtiment, quelle que soit sa nature, sans y poser des plaques de plâtre.

 

A côté de ces plaques standardisées, difficilement différentiables entre-elles, apparaissent quantité de plaques de plâtre spéciales, hautement techniques, conçues pour répondre à des objectifs très précis de tenue au feu, de résistance sismique, de protection acoustique, de résistance à l’eau et aux atmosphères humides, de conduction ou de stockage de chaleur, de qualité de l’air intérieur, de résistance mécanique élevée pour une pose au sol, de protection contre les rayons X, …

 

L’univers de ces plaques spécialisées est largement plus ouvert que celui des plaques standard.

 

Des fabricants plus nombreux

 

En plus des grands ténors que sont Placoplâtre, Knauf et Siniat, on trouve aussi Fermacell, Jakon Insulation, Promat, Isolava, Cellumat, Geostaff, Arts Béton Design, … Les matières utilisées sont plus diverses.

 

On trouve du plâtre bien sûr, mais souvent largement mélangé à des ingrédients spécifiques, à propos desquels les fabricants demeurent discrets. On rencontre aussi de la lave pulvérisée et agglomérée, de la pierre, du ciment, etc.

 

Chaque matière répond à un objectif précis. Aucune plaque n’est en mesure de couvrir tous les usages spécifiques. Mais de manière croissante, les fabricants proposent des plaques capables d’assurer deux ou trois missions à la fois : résistance à l’humidité + acoustique + décoration, par exemple.

 


CE QU'EN DIT LA RÉGLEMENTATION

 

Les plaques spéciales couvrent des secteurs très hétérogènes et sont donc régies par des règlements différents. Un domaine cependant les contraint à une approche commune.

 

Les émissions dans l’air intérieur

 

Depuis le 1er janvier 2012, les produits de construction et de décoration sont munis d’une étiquette qui indique leur niveau d’émission en polluants volatils. Les cloisons sont concernées dans la mesure où elles sont destinées à un usage intérieur. Ce qui est clairement le cas de nos plaques spéciales.

 

Le niveau d’émission du produit est indiqué par une classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions), selon le principe déjà utilisé pour l’électroménager ou les véhicules. Depuis le 1er septembre 2013, tous les produits visés vendus en France doivent posséder une étiquette. L’absence d’étiquette constitue une infraction.

 

L‘exemple des solutions coupe-feu

 

Tous les fabricants de plaques spécifiques le soulignent : leurs plaques font partie d’un système. La plaque peut être coupe-feu, mais elle ne suffit pas à réaliser une cloison coupe-feu.

 

Il faut en plus que les autres composants du système – ossatures, bandes, colles, vis, agrafes, etc. - soient en cohérence avec l’objectif poursuivi. Et que le système dans sa globalité, soit mis en œuvre de manière cohérente, notamment en respectant le nombre de vis ou d’agrafes nécessaires et leur écartement maximum.

 

Tout ceci est contenu en grand détail, soit dans les documents techniques disponibles sur le site internet des fabricants, soit dans les Avis Techniques (ATec) ou autre Documents Techniques d’Application (DTA) qu’il a obtenus.

 

Par exemple, le DTA portant la référence d’Avis Technique 9/15-1015 « Cloisons séparatives Pladur Métal SA 900 et Pladur Métal SD 900 », obtenu par Yesos Ibericos (www.pladur.com), indique que ces cloisons ont fait l’objet d’essais et de classement de résistance au feu, joints au DTA.

 

Chaque fabricant peut demander des essais et obtenir des classements de résistance au feu pour les configurations – hauteur maximale, nombre et nature de plaques, types d’ossature, etc. – qu’il a choisies et qui ne seront pas nécessairement similaires à celles retenues par ses concurrents.

 

Bref, il faut lire tous les ATec, FTA et PV d’Essais pour se faire une idée précise des configurations retenues lorsqu’un fabricant met en avant la résistance au feu de telle ou telle solution. Cela vaut pour chaque mission spécifique : écran aux rayons X, tenue à l’eau, etc.


Solution 1 : Des plaques cintrées, anti-feu et hydrofuges

 

© Promat

 

Voici des plaques trois-en-un, cintrées, anti-feu et hydrofuges. L’intérêt des plaques spéciales est leur possibilité d’additionner les performances.

 

Pour cette concession BMW Mini à Lattes, près de Montpellier, l’architecte François Fontès a conçu deux halls de verre et d’acier, recouverts d’une toiture en forme de vague. Ce qui se traduit par un plafond extérieur suspendu sous abri de 2500 m².

 

L’entreprise Sodac, adjudicataire du marché, cherchait donc des plaques de grandes dimensions, très résistantes, faciles à mettre en œuvre, cintrables, dotées d’une bonne tenue au feu et hydrofuges. Son choix s’est porté sur des plaques Promat Masterimpact-RH de 2600 x 1200 x 9 mm.

 

Ce sont des plaques autoclavées, en silicate de calcium renforcé de fibres cellulosiques. Elles bénéficient de l’ATec 9/16-1044 jusqu’au 30/04/2023. Le sous-plafond est constitué d’une ossature métallique Donn DX Rapid’Fix MC, directement fixée à la structure de la toiture en bac acier par des tiges filetées de 10 cm.

 

Chaque plaque à bords amincis est fixée à l’aide de vis Hi Low. Le joint entre les plaques est traité par une bande portant une grille en fibre de verre, complétée par un enduit Masterjoint pour une plus grande élasticité. L’ensemble apporte une résistance au feu EI 60 (classement au feu A2-s1, d0), une tenue au vent jusqu’à 130 km/h et une résistance hydrofuge importante.

 

  • Intérêt

    : 400 m² de plaques ont été cintrés sur le chantier. Ces plaques peuvent être posées en toutes zones de sismicité (1 à 5) en France Métropolitaine et Dom-Tom
  • Limite

    : rayon de cintrage de 9 m

 


Solution 2 : Traiter l’acoustique entre deux pièces

 

© Siniat


Les plaques acoustiques ne suffisent pas toujours, il faut un système cohérent et complet

 

La réduction de la transmission du bruit entre deux pièces adjacentes est prise en charge par une ou plusieurs plaques de plâtre vissée sur une ossature métallique. Cette ossature se compose de rails hauts et bas, d’un ensemble de montants verticaux, simple ou doubles selon la hauteur visée.

 

Les montants sont communs aux deux faces des cloisons. L’épaisseur, le nombre de parements, les caractéristiques de l’ossature métallique et l’ajout éventuel d’une isolation en fibres minérales dans l’épaisseur de l’ouvrage, déterminent ses performances thermiques, acoustiques et de résistance au feu.

 

Les principaux industriels proposent des solutions courantes pour des cloisons jusqu’à 7 m de haut, une résistance au feu jusqu’à EI 120 (coupe-feu deux heures) et des performances acoustiques élevées. La plupart des fabricants proposent des plaques cumulant au moins deux propriétés : les plaques KA 25 Phonik + Feu chez Knauf, per exemple.

 

Des configurations types testées

 

Pour faciliter votre tâche, les fabricants ont conçu des configurations de cloisons acoustiques spécifiques, les ont fait tester en laboratoire et peuvent attester de leurs performances grâce à un PV d’essai clairement identifié.

 

Chacune de ces configurations est décrite précisément avec la nomenclature des produits utilisés, les quantitatifs, les conditions d’emplois et les performances obtenues. Si vous respectez l’ensemble de ces prescriptions, le résultat attendu sera obtenu.

 

Dans leurs documents, les fabricants soulignent des points importants dans la mise en œuvre. Par exemple, pour un bon résultat acoustique, il faut assurer l’étanchéité à l’air du pied et du sommet de la cloison par un calfeutrement du jeu sous la plaque à l’aide d’un mastic, dont ils fournissent en général la référence précise.

 

Tous ces systèmes de cloisons relèvent des Règles de l’Art traditionnelles, décrites dans le DTU 25.41 révisé « Ouvrages en plaques de plâtre » et de leurs DTA (Documents Techniques d’Application) respectifs.

 

 

PRODUITS

 

Carreau 60x60 par Cellumat : 

Béton cellulaire

Les carreaux Cellumat 600 x 600 sont disponibles en épaisseurs de 15, 10, 7 ou 5 cm. Leur conductivité thermique λ est de 0,124 W/mK. Leur mise en œuvre obéit au DTU 20-1 “Ouvrages en maçonnerie de petits éléments – Parois et murs”. Il faut 2,78 carreaux par m² et entre 0,5 kg/m² (7 cm), 0,7 (5 et 10 cm) à 1,11 kg/m² (15 cm) de colle à la mise en oeuvre. Ils sont destinés à la réalisation de murs isolants et non-porteurs en maisons individuelles, groupées, logements collectifs, bâtiments tertiaires et industriels.

Aestuver par Fermacell : Béton léger

Les plaques Aestuver de Fermacell sont pare-feu, résistantes à l’eau et au gel. Composées de béton léger armé de fibres de verre, elles se présentent sous forme de panneaux à bords droits en 1200 x 2600 mm, avec des épaisseurs de 10 mm (980 kg/m3, λ = 0,185 W/(m.K) et 10 kg/m²) ou de 15, 20, 25, 30, 40, 50 et 60 mm (640 à 730 kg/m3, λ = 0.2 W/(m.K) et 12 à 41 kg/m²). Leur classement au feu est A1 et A+ en émission dans l’air intérieur. Elles peuvent être sciées, fraisées, percées, clouées ou vissées.

Knauf FEU KF Par Knauf Bâtiment : Anti-feu
 

La résistance au feu des plaques Knauf KF Feu a été renforcée par l’incorporation de vermiculite et de fibre de verre. Classées A2-s1, d0 en réaction au feu, A+ en émissions dans l’air intérieur, disponibles en épaisseurs de 13 (10,6 kg/m²) ou 15 mm (12.7 kg/m²) x 1200 x 2500 à 3000 mm, elles servent à réaliser des ouvrages à résistance au feu améliorée. Pour une identification plus facile, leur couleur de parement est rose. Elles sont autorisées pour les locaux EA – EB en fonction de l’exposition à l’eau.

Placo-phonique par Placoplâtre : 50% de bruit en moins

Avec un gain de 3 dB par rapport à un ouvrage en plaques de plâtre standard et grâce à l’échelle logarithmique des décibels, la plaque Placo Phonique divise par deux la perception du bruit d’une pièce à l’autre. Reconnaissable à son parement bleu, la plaque Placo Phonique est disponible en 13 x 1200 mm pour des hauteurs de 2500, 2600, 2700, 2800 et 3000 mm. Elle est classée A+ en émissions et A2-s1, d0 en réaction au feu. Elle est destinée aux cloisons, doublages sur ossature, plafonds et gaines techniques.

Greenline par Fermacell : Purifier l’air ambiant

Greenline de Fermacell est un système : plaques de plâtre armées de cellulose et dotées d’un revêtement actif à base de kératine sur les deux faces qui neutralise les COV contenus dans l’air, colle à joint et colle pour plaques de sol. Les plaques sont disponibles nues ou bien avec une couche isolante en fibres de bois. Avec un classement A+ en émissions, un classement au feu A2,-s1, d0, elles sont disponibles en 10, 12,5 ou 15 mm d’épaisseur, et en 1500 x 1000, 2600 x 600, 2600 x 1200 et 3000 x 1200 mm.

PrégyAir Par Siniat :

Air pur dans maisons bois

Les plaques Prégyplac Iar et Prégyroc Air de Sinait absorbent 80% des formaldéhydes contenus dans l’air intérieur (essai RE CSTB n°SB 10 44**). 3 à 4 fois plus résistantes aux chocs, bénéficiant d’une FDES (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire), classées A+ en émissions dans l’air intérieur, ces plaques participent au contreventement en maison à ossature bois à hauteur de 13,5 kN (charge maximale supportée par un panneau de 2,4 x 2,4 m sur ossature bois selon EN 594) pour une plaque Prégyroc BA13 clouée.

Novlam par Siniat : Résistance au feu

La gamme Novlam de Siniat est destinée à la réalisation de toutes parois nécessitant une résistance au feu de 30 à 120 minutes, selon les montages. Elle comporte les plaques Novlam BA13, disponibles en 1200 x 2600, 2800 et 3000 mm, ainsi que les plaques Novlam HRAK 18, disponibles en 18 x 1200 x 2000 mm ou 2500 mm. Ces deux plaques sont constituées d’un cœur de plâtre hautement résistant au feu, classées A2-s1, d0 et arborent un parement rouge. Novlam HRAK 18 est particulièrement recommandée en tertiaire et ERP.

Jackoboard par Jackon Insulation : Aménagement des salles de bains
 

Les panneaux de construction Jackoboard offrent une solution complète pour l’aménagement des pièces humides : Jackoboard Plano (4 à 80 mm d’épaisseur, 600 ou 900 mm largeur, 1300 ou 2600 mm hauteur) pour la construction de meubles, l’habillage des baignoires , les murs et les sols, Jackoboard Flexo et Flexo Plus pour réaliser des formes arrondies, Jackoboard Aqua pour des receveurs de douche à l’italienne, Wabo pour habiller les baignoires, Canto pour habiller les tuyaux et canalisations, Sabo pour l’habillage de WC suspendus.

Promatect L500 par Promat : Protection des structures en acier

D’un poids de seulement 500 kg/m3, la plaque Promatect L500 est disponible en épaisseurs de 20 à 60 mm. Classée A1 (incombustible) en réaction au feu et A+ en émission dans l’air intérieur, elle est destinée à la protection au feu des structures en acier, des conduits de ventilation et de désenfumage, des plafonds, des gaines techniques, etc. Les conduits de ventilation et de désenfumage réalisés en Promatect L500 atteignent la classe d’étanchéité D selon EN 13403, soit un débit de fuite < 0,42 m3.h-1.m-2.


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saississez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saississez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

Le projet du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, vous êtes plutôt... (722 votants)
pour
contre
indifférent