La brique de terre cuite : Les évolutions du DTU 20.13

La brique de terre cuite : Les évolutions du DTU 20.13

De structure ou de décoration, la brique de terre cuite fait face à une demande de plus en plus forte. La parution prochaine des DTU maçonneries et cloisons va contribuer à promouvoir ce matériau à la fois de tradition et d’avenir. Le point sur les changements à venir…





 

Hier, considéré comme un matériau du passé, la BTC (Brique de Terre Cuite) a aujourd’hui le vent en poupe grâce au Monomur de terre cuite (mur porteur sans isolation complémentaire), fer de lance de la filière de la terre cuite, qui profite ainsi de son large succès.  Le marché de la terre cuite se porte donc  bien, même très bien : en 2004, plus de 2 millions de tonnes de briques (de murs, de cloisons, de boisseaux, de hourdis,…) ont été fabriqué. Le marché est en constante progression, notamment grâce à la maçonnerie à joints minces. D’ailleurs, sous la pression des maîtres d’ouvrages séduits par les aspects thermiques, environnementaux ou esthétiques, la brique de terre cuite s’impose de plus en plus dans les régions qui ne sont pas de tradition briquetière.

 

Un surcoût de 2 000 €

 

Certes, les maisons en Monomur de terre cuite ne se situent pas dans le créneau des maisons à moins de 100 000 € (le surcoût s’élève à environ 2 000 € pour une maison de 100 m2), mais au final, le client constatera (avec plaisir), outre une qualité de vie meilleure en été et en hiver, des économies d’énergie, qui ne lui feront pas regretter son choix…

 

Source: batirama.com / Hubert KOENIG

 

 





3 atouts techniques 

 

• La thermique : depuis le 1er septembre 2006, tous les ouvrages neufs de bâtiment doivent être conformes à la RT 2005. (Relire le dossier RT 2005 dans Bâtirama n° 385 de mai 2006). La réglementation impose des valeurs minimales de performances, appelées garde-fous, en l’occurrence ce garde fou pour les murs en contact avec l’extérieur est de 0,45 watt / (m2. K). Le produit sera d’autant meilleur thermiquement que son « U » sera petit ! En tête des produits se positionnent les briques Monomur à isolation répartie, thermiquement performantes. Une performance qui concerne également les  ponts thermiques, car les briques Monomur autorisent un isolant entre la planelle et l’about du plancher ou l’utilisation d’une planelle isolante (exemple de la planelle de rive Terreal)…

 

• La sismique : Depuis quelques temps, un projet de nouvelle cartographie sismique (Bâtirama n° 382 de février 2006) qui risque de concerner 40 % du territoire métropolitain. Aujourd’hui, rappelons que les règles de construction parasismiques imposent aux ouvrages de maçonnerie le remplissage des joints verticaux. Opération, qui augmente de 30 % le coût de la main d’œuvre…or, il a été démontré (sous certaines conditions) la possibilité pour des murs en briques de terre cuite de déroger à cette obligation (Avis Technique 16/02-425).

 

• L'environnement : thermiquement performante, ne dégageant aucun gaz toxique en cas d’incendie et recyclable à faible coût, la brique de terre cuite se situe dans la gamme des produits intéressants ; les industriels ayant considérablement amélioré les paramètres liés aux processus de fabrication (cuisson notamment)…

 

Solution n° 1 : Monter des briques apparentes

 

La brique pleine ou perforée de 5 x 10,5 x 22 (dite brique de 11) règne sur ce créneau où désormais chaque fabricant propose ses collections, et où les teintes et les aspects sont multiples (Terca de Wienerberger, gamme de la briqueterie Rairies Montrieux…).

 

brique1.jpg

Le montage de la brique apparente : Attention aux efflorescences

 

Le montage des briques pleines ou perforées est classique et doit être conforme à l’actuel DTU 20.1- Maçonnerie de petits éléments. Un point demeure malgré tout sensible : les efflorescences. Il s’agit de sels blanchâtres hydrosolubles, qui cristallisent à la surface des maçonneries en terre cuite après leur pose. La plupart du temps, ces sels s’éliminent…mais il faut être patient ! Sans prétendre éradiquer ce risque, il est toutefois possible de le limiter. Tout d’abord, il faut rappeler qu’il est indispensable de  protéger de la pluie les briques de terre cuite, ceci est valable pour le stockage des palettes partiellement « déhoussées » ou pour les maçonneries en cours de montage. Néanmoins, par temps chaud leur humidification, puis leur égouttage sont nécessaires avant la mise en œuvre.

 

brique2.jpg

L'appui de fenêtre réalisé en briques sur chant :

 

Réalisé en briques 5,5 x 10.5 x 22 montées sur chant, l’appui de fenêtre a un cachet indéniable, notamment dans le Nord de la France mais nécessite un savoir faire du maçon, savoir faire qui sera, nous l’espérons, précisé dans le nouveau DTU maçonnerie (Attention à ne pas oublier l’indispensable bavette d’étanchéité sous l’appui). Le hourdage des briques et l’assise de mortier doivent être soigneusement réalisés, en effet, des infiltrations peuvent se produire au niveau des joints, générant de la pathologie. Le mortier bâtard (Exemple : chaux NHL + Ciment CEM I) s’impose, comme d’ailleurs l’addition d’un hydrofuge de masse.

 

brique4.jpg

 

La brique préassemblée prête à poser PACEMA :

 

Ce concept n’est pas nouveau, puisqu’il existe depuis une vingtaine d’années et connaît un vif succès auprès des maçons qui souhaitent du beau travail,  facile et rapide à poser. Sont concernés, les appuis de fenêtres, les linteaux de portes ou de fenêtres, les corniches, les couronnements de cheminées, les couvre-murs…voir des kits d’angles, dans une large gamme  de dimensions et de teintes.

 

 




 

Solution n° 2 : Monter des cloisons en terre cuite

 

Les cloisons en terre cuite ont considérablement évolué : désormais elles se déclinent de 40 à 150 mm d’épaisseur et si le montage peut toujours se faire au plâtre, d’autres liants doivent être utilisés comme les liants colles avec les briques rectifiées. Et ce n’est pas tout, leurs performances acoustiques et thermiques en font également des produits de partition ou de doublage appréciés par les maîtres d’ouvrages exigeants.Le montage des briques de terre cuite peut s’effectuer au plâtre, au mortier bâtard ou de chaux, toutefois les  mortiers colles ou les liants colles s’imposent de plus en plus pour les mêmes raisons que pour les briques de structure rectifiées : rapidité-confort d’exécution et propreté du chantier, qualités appréciées  par le maçon.

 

Attention : le montage au plâtre n’est possible que pour les locaux EA ou EB (parois de locaux dits secs ou moyennement humides). A noter que le montage des produits rectifiés à joints minces peut se faire soit  par trempage, soit par application du mortier colle au moyen d’un rouleau.

 

Les tolérances d'exécution couramment admises sont les suivantes :

 

Type d’exécution

Planéité d’ensemble rapportée à la règle de 2,00 m

Désaffleurement et planéité locale rapportée au réglet de 0,20 m

Joint mince collé : Spécifications dans Avis Technique ou Document Technique d’Application

5 mm (Exemple : Carrobric – IRB AT 9/98-651)

5 mm au droit des joints

Joint épais

1.5 cm

0.7 cm

Principaux fabricants : Bouyer Leroux, Imerys structure (Carrobric), Terreal (Cloison M) ; Porotherm-Wienerberger (Cloisobric)…

 

brique3.jpg

 

Solution n° 3 : Monter de la brique de structure

 

brique7.jpgRappelons qu’il existe deux types de montage : le montage à joint épais et le montage à joint mince. Une évolution majeure de l’actuel DTU maçonnerie intègrera cette technique de  montage à joint mince, preuve incontestable que cette technique est désormais traditionnelle.

 

Le montage à joints minces présente des atouts pour l’artisan, parmi lesquels la faible consommation de mortier colle (de l’ordre de 250 à 300 kg pour une maison individuelle classique contre 10 tonnes de mortier en technique traditionnelle). La bétonnière peut donc rester au magasin et être remplacée par un seau et un simple malaxeur : moins de matériaux, moins de déchet, un chantier plus propre… Notons cependant que ce type de  maçonnerie de précision (plus coûteuse que celle à joint épais) exige un certain niveau de technicité de la part du maçon. Les fabricants l’ont bien compris et proposent des programmes de stage ou d’assistance lors du lancement du premier chantier. Même si certains sont encore réticents  à cette technique, le maçon qui a réalisé un premier chantier de maçonnerie à joint mince ne souhaite plus de retour en arrière.

 

 

Briques à perforations horizontales et verticales

 

Montage traditionnel selon le DTU 20.1, dit à joint épais. Différents liants peuvent être utilisés purs ou en bâtard ou des liants spéciaux destinés à la maçonnerie de briques

Joint épais de 1 à 1.5 cm

Briques rectifiées à perforations verticales

Mise en œuvre selon l’Avis Technique au moyen de mortier colle à joint mince

Joint mince de 3 mm frais et 1 mm durci

 

Phasage de maçonneries de structure à joint mince

 

brique9.jpgPhase 1 : L’étape essentielle est la réalisation de l’arase de mortier hydrofugé sur laquelle reposera la maçonnerie. Cette arase devra être parfaitement de niveau, car elle conditionne l’aplomb du mur. La bétonnière peut, dans ce cas, être utile !

 

 
 

brique8.jpg

Phase 2 : Sur arase molle (de préférence) et en commençant par poser les angles entre lesquels un cordeau est tendu, le maçon pose son premier rang en ajustant au moyen d’un maillet.

brique10.jpg


Phase  3 : L’application du mortier colle s’effectue au moyen d’un rouleau distributeur adapté à l’épaisseur du mur. Une longueur d’application de 5 mètres est classique, mais qui peut être réduite en cas de fortes chaleur.

brique11.jpg

 

Phase 4 : La pose du second rang et des rangs supérieurs peut s’effectuer  par emboîtements successifs en faisant descendre la brique afin d’écraser  le joint (sous le contrôle du cordeau). Attention au remplissage des joints verticaux.

 





Solution n° 4 : Coller des plaquettes au mortier colle

 

En attendant la parution prochaine d’un DTU spécifique à la pose collée, un Cahier des Prescriptions Techniques fait office de référentiel. Il s’agit du CPT n° 3266, téléchargeable gratuitement sur le site du CSTB. La pose est également classique et s’effectue par encollage à la spatule crantée avec un mortier colle adapté au support préalablement enduit (sauf pour du béton banché). Les joints seront prémarqués soit à la corde, soit au liteau de bois, puis remplis de mortier de jointement lissés au fer ou brossés selon l’aspect souhaité…Mortiers colles ou mortiers de jointement sont proposés par les fabricants de plaquettes ou de mortiers comme Parex Lanko…

 

brique12.jpg

 

Sur un support préalablement préparé, la colle est étalée à l’aide à l’aide d’une truelle puis à l’aide d’une taloche crantée

 

brique13.jpg

 

Beurrage de l’envers de la plaquette, puis application et ajustement par tapotage au moyen du manche de la truelle, les joints sont ici marqués par un liteau de bois.

   

brique14.jpg

 

Le lendemain avant de réaliser les joints, le support étant humide, le mortier de joint doit être préparé.

 
 

brique15.jpg

 

Le produit de joint est appliqué à l’aide d’une truelle langue de chat ou d’un fer à joint en appuyant fortement. Les joints étant terminés, un nettoyage à l’aide d’une taloche éponge propre et légèrement humide élimine les éventuelles bavures.

 

 

Un matériau très ancien !

 

Quel est le point commun entre les Jardins suspendus de Babylone, la Muraille de Chine et le Chrysler Building de New York ? Réponse : la brique de terre cuite ! Née il y a 5 500 ans, la brique parallélépipédique de terre cuite est sans doute le plus vieux matériau manufacturé, notamment dans les régions riches en argile et pauvres en calcaire, ce qui est le cas des régions Nord et Sud-Ouest de la France. En effet, dans ces régions une maison sur deux est utilisatrice de briques creuses ou pleines, ce qui est certes beaucoup, mais peu par rapport à l’Allemagne ou au Benelux (85 % du parc immobilier faisant appel à la maçonnerie).

 

 




 

Le marché français se partage entre quatre majors, à savoir : Bouyer-Leroux, Imerys structure, Terreal et Wienerberger qui fabriquent des briques, voire des briques de hauteur d’étage, des bardeaux, des plafonnettes…mais également des tuiles et des boisseaux ! Ces quatre industriels proposent des catalogues papiers ou téléchargeables particulièrement bien rédigés. Pour se les procurer (gratuitement) :

 

Fabricant 

 

Principaux produits ou gammes

 

 Contact Web

 

Bouyer-Leroux

BP 5 L’Etablère

49280 La Seguinière

Téléphone : 02 51 87 78 00
Télécopie : 02 51 00 17 79

 

(Eco’Bric, Thermo’Bric G7, BGV, Monomur Bio’Bric…)

 

www.bouyer-leroux.fr

 

Imerys Structure

BP 413

31773 Colomiers Cedex

Téléphone : 05 61 30 61 39
Télécopie : 05 61 30 61 28

 

(Optibric, Monomur Gelis,

Carrobric…)

Logiciel gratuit

« Devis Brique » destiné au métré d’ouvrages en briques

 

www.imerys-structure.com

 

Terreal

15 rue Pagès

92150 Suresnes Cedex

Téléphone : 01 49 97 20 30
Télécopie : 01 49 97 20 56

 

(Gamme très complète de produits destinés à la façade en maçonnerie de terre cuite… comme le système Calibric)

 

www.terrealfacade.com

 

Wienerberger S.A.S

8, rue du Canal

Achenheim

67087 Strasbourg cedex 2

Tééphone : 03 90 64 64 64
Télécopie : 03 90 64 64 61

 

 

(Porotherm, Terca, Pacema…)

PACEMA SAS

ZI de la Saunière 89600 ST FLORENTIN

Téléphone : 03 86 35 91 00

Télécopie : 03 86 35 91 01 

 

 

www.wienerberger.fr

www.pacema.fr 

 

 

D'autres fabricants briquetiers sont référencés sur le site de Fédération Française des Tuiles et Briques : www.fftb.org 

 

Pour en savoir plus :  

 

Concernant la pose de maçonnerie en briques apparentes, l’Agence Qualité Construction a publié en 2005 un  « Mémo ChantierÒ » qui s’intitule : Murs en briques apparentes, quelques bonnes pratiques et   qui se présente sous la forme d’un dépliant cartonné.

 

Renseignements auprès de l’AQC au 01 44 51 03 51 ou www.qualiteconstruction.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (614 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Installation d'assainissement autonome - NF DTU 64.1