Groupe Villemain : la filiale aquitaine en cessation de paiements

Groupe Villemain : la filiale aquitaine en cessation de paiements

Le spécialiste de la restauration de monuments historiques va déclarer sa filiale aquitaine en cessation de paiements. En cause, le chantier Laennec à Paris géré par Bouygues (©C.Roussel)






La direction du Groupe Villemain a réuni un comité d'entreprise à Martillac, en Gironde, afin de l'informer de cette décision qui s'explique par la "perte de confiance" d'un fournisseur au niveau local en raison de problèmes de trésorerie, a-t-on expliqué de même source.

 

Le groupe réputé pour ses tailleurs de pierre intervenant sur des chantiers aussi prestigieux que le Grand Palais à Paris ou la cathédrale de Chartres, et comptant 14 filiales en France, affronte des difficultés liées à un surcoût sur le chantier de rénovation de l'ancien hôpital Laennec à Paris, propriété de l'assureur Allianz.

 

Le chantier, estimé dans un premier temps à onze millions d'euros, enregistre un surcoût de 15 millions, entraînant un trou d'air de trésorerie de quelque cinq millions d'euros et un conflit avec Bouygues Bâtiment Ile-de-France, chargé du chantier. Ce surcoût serait lié à une erreur d'estimation sur le nombre de pierres nécessaires attribuée par Villemain à un architecte travaillant pour le compte d'Allianz.

 

Or, en Aquitaine, le principal fournisseur "ne veut ni produire, ni livrer, compte tenu de la note Banque de France du groupe", en dégradation, a-t-on expliqué de source proche de la direction, en expliquant que le groupe n'a de ce fait pas le choix, en dépit d'un carnet de commandes de 30 millions d'euros et d'un chiffre d'affaires qui a atteint en 2013 50 millions d'euros.

 

Bouygues assigné en justice

 

Villemain, qui emploie quelque 600 personnes en France, va donc saisir le tribunal de commerce de Bordeaux pour que cette filiale soit liquidée. Le groupe a par ailleurs assigné Bouygues devant le TGI de Paris, estimant qu'un protocole de conciliation conclu entre les deux parties n'a pas été respecté.

 

Bouygues Bâtiment Ile-de-France a de son côté assuré dans un communiqué à l'AFP qu'au cours du chantier "des ajustements ont été rendus nécessaires" mais qu'ils ont été "réalisés au travers de divers avenants".

 

"Bouygues Bâtiment Ile-de-France tient à préciser qu'il a réglé à Roc (Restauration Orléanaise et Construction, la maison mère, ndlr) Villemain l'intégralité des prestations réalisées, en particulier les sommes prévues dans un protocole de conciliation", a indiqué le groupe. En attendant que la justice tranche, des chantiers en cours en Aquitaine pourraient être arrêtés.



Source : batirama.com / AFP

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (192 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Techniques et pratique de la chaux