Les entreprises du BTP attendent un retour de la croissance

Les entreprises du BTP attendent un retour de la croissance

75 % des entreprises de la construction dans 29 pays du monde s’attendent à un lent retour de la croissance du secteur d’ici deux à cinq ans, selon une étude KPMG.





Plus d’un dirigeant sur deux interrogés (54 %, +8 points par rapport à 2012) a constaté une hausse d’au moins 5 % de ses prises de commandes. En outre, 4 entreprises sur 5 prévoient une stabilité ou une faible augmentation de leurs marges.

 

19 % des dirigeants s’attendent à un redémarrage rapide, dans les deux ans, contre 35 % des dirigeants américains « On retrouve dans cette différence d’appréciation de la vitesse à laquelle le secteur va retrouver une croissance durable, la réalité d’une crise économique qui semble s’achever en Amérique du Nord alors qu’elle est toujours prégnante pour les acteurs européens du secteur »,précise Xavier Fournet, associé KPMG.

 

Selon 66 % des dirigeants, les plans gouvernementaux de construction d’infrastructures constituent le principal levier de croissance du secteur.

 

Pour deux entreprises de la construction sur trois, les projets de constructions gouvernementaux constituent le principal facteur de développement, devant la croissance économique mondiale (citée par 42 % des dirigeants interrogés), l’évolution démographique (38 %) et l’urbanisation (37 %).

 

Cette dernière implique non seulement la construction de nouvelles infrastructures (logements, routes, ponts…) mais également une politique volontariste de création d’équipements (écoles, hôpitaux,…).

 

Moindre attrait pour les contrats PPP

 

Les contrats de Partenariat Public Privé n’arrivent cette année qu’en 6e position des facteurs de croissance mentionnés par les entreprises (28 %) alors qu’en 2012 ils étaient parmi les premiers cités.

 

En Europe, les dirigeants ne sont que 22 % à considérer cet outil comme un vecteur de croissance alors qu’ils sont 48 % aux Etats-Unis.

 

« En Amérique du Nord, le recours aux Partenariats Public Privé est plus récent qu’en Europe la complexité et les coûts des montages de ces contrats redonnent de l’intérêt aux schémas plus classiques de commandes publiques, explique Xavier Fournet, chez KPMG.

 

Les acteurs de la construction anticipent peut-être également la désaffection des investisseurs privés pour ce type de projets en lien avec la récente attractivité d’autres classes d’actifs». Les entreprises du secteur, bien que prudentes analysent toutefois les opportunités qui leur sont offertes, sur de nouveaux métiers et de nouvelles zones géographiques

 

La prudence demeure dans un environnement économique encore jugé instable. 78 % des entreprises interrogées choisissent en priorité de faire croître leur activité en se concentrant sur les métiers qu’elles connaissent et sur des zones géographiques elles sont déjà implantées.

 

L’Afrique, nouvel eldorado ?

 

En termes d’opportunités, près d’une entreprise sur deux (47 %) réfléchit à se positionner sur une nouvelle zone géographique, en restant sur son cœur de métier. L’Afrique est la plus citée : 44 % des entreprises basées en zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) ciblent cette région, 40 % des entreprises d’Asie Pacifique et seulement 7 % des entreprises américaines.

 

Vient ensuite la zone Etats-Unis Canada (ciblée par 17 % des acteurs de la zone EMEA, 20 % de l’Asie Pacifique et 64 % des entreprises américaines). En troisième position arrive le Moyen-Orient  (cité par 25 % des entreprises de l’EMEA, 27 % de l’Asie-Pacifique et 7 % des entreprises américaines)

 

Parallèlement à leur réflexion sur la géographie de leurs développements futurs, 44 % des acteurs sont prêts à diversifier leur activité. Parmi eux, 57 % ciblent le secteur de l’énergie et de l’électricité.

 

« Cette tendance s’explique par l’exploitation de ressources non conventionnelles (gaz de schiste, pétroles bitumineux,…), le développement des énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse,…) et les avancées technologiques (off shore profond, fracturation hydraulique,…) qui permettent d’anticiper de nouveaux besoins (transformation, stockage et transport du GNL, production d’électricité,…) générateurs de business à moyen terme ».

 



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (655 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Les volets roulants