À Villeurbane, un bâtiment bas carbone au service des entreprises du BTP

La toute nouvelle Maison du Bâtiment et des Travaux Publics. © Rodolphe Savereux

À Villeurbanne, la Fédération BTP Rhône et Métropole, la FFB et FRTP Aura et leurs partenaires ont inauguré la Maison du Bâtiment et des Travaux Publics, un bâtiment bas carbone au service des entreprises du BTP.




À Villeurbanne, ce lundi 27 mai, la Fédération BTP Rhône et Métropole, la FFB Auvergne-Rhône-Alpes, la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes et leurs partenaires BTP Banque, L’Auxiliaire BTP, infra2050 et Indura ont inauguré la Maison du Bâtiment et des Travaux Publics.
 
Il s'agissait de la rénovation du siège de la profession Bâtiment et Travaux Publics en Auvergne-Rhône-Alpes, construit comme un modèle de rénovation énergétique et se voulant comme une vitrine des savoir-faire et métiers de la construction. À l'origine, le bâtiment servait de siège aux Syndicat des Entrepreneurs. Dessiné en 1968 par les architectes Genton, Dussud et Rostagnat, il était considéré comme un fleuron du patrimoine architectural de Villeurbanne (69).

Désormais, ce bâtiment bas carbone à énergie positive s'est doté d’une façade bioclimatique, d’un chauffage-rafraichissement en géocooling, d’un système de récupération d'eaux pluviales (pour l’arrosage et l’eau sanitaire), d’une toiture photovoltaïque conçue comme une 5e façade, etc.

Un bâtiment qui, selon les trois présidents de fédérations (Norbert fontanel, Samuel Minot et René Coiro) "répond aussi aux exigences de modernité, fonctionnalité et modularité afin d’accompagner la hausse de fréquentation des lieux !"


 

De gauche à droite : Thibault Richard, président de L’Auxiliaire, René Coiro président de la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes, Sophie Cruz, conseillère régionale, présidente Auvergne-Rhône-Alpes Orientation, François Guillon, Comité de pilotage des travaux pour BTP Rhône, ancien président de la section TP de BTP Rhône, Alain Grizaud président de la FNTP, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Norbert Fontanel, président de la Fédération BTP Rhône et Métropole, Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne (2nd rang), Samuel Minot président de la FFB Auvergne-Rhône-Alpes, Oriane Viguier, vice-présidente de la Fédération BTP Rhône et Métropole (2nd rang), Christophe Guilloteau, président du Conseil départemental du Rhône, Marie-Myriam Favre, vice-présidente de la Fédération BTP Rhône et Métropole (2nd rang), Agnès Thouvenot, 1ère adjointe au maire de Villeurbanne, déléguée à la transition écologique, la ville durable, l’urbanisme et l’habitat, Bruno Bernard, président de la métropole de Lyon (2nd rang), Olivier Salleron, président de la FFB, Bruno Arcadipane, président Action Logement Groupe et vice-président du MEDEF, Sébastien Michel Maire d’Ecully, (2nd rang), Marc Favaro, architecte AFAA et Jacques Blanchet, Vice-président la Région Auvergne-Rhône-Alpes délégué à la formation professionnelle et à l'apprentissage. © Rodolphe Savereux

 

 

 

 

 

Une maison d'accueil pour les entreprises de la construction

Les trois organisations professionnelles ( Fédération BTP Rhône et Métropole, la FFB Auvergne-Rhône-Alpes, la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes) et leurs partenaires se partagent les 5 800 m² du bâtiment réhabilité, où un travail de restructuration majeur a été mené au rez-de-chaussée, en trois axes revus et corrigés :

– une entrée, s’ouvrant sur un large parvis accessible par un escalier mais aussi une nouvelle rampe afin de faciliter l’accueil des personnes à mobilité réduite ;  

– Un nouvel auditorium, désormais excentré afin de libérer la partie centrale du bâtiment ;

– Et, enfin, un espace adhérents autonome, situé le long de la façade principale à côté de l’entrée.

 

Selon Norbert Fontanel, le président de la fédération BTP Rhône et Métropole, ce bâtiment met l’accent sur les services de proximité et de conseils personnalisés aux adhérents "qu’une équipe de 30 personnes leur apporte en matière de : droit social, droit des marchés publics et privés, droit des assurances, droit de la construction, droit fiscal, environnement, formation, apprentissage, technique et prix, emploi, cession et transmission, prévention, hygiène et sécurité, handicap au travail…".

Quant à René Coiro, le président de la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes, les "femmes et hommes entrepreneurs qui franchiront les portes de cette maison du bâtiment et des travaux publics y trouveront toutes les fonctions support nécessaires au développement de leur entreprise. Avec une équipe de 9 personnes dont 5 à Lyon et 4 à Clermont-Ferrand, nous les accompagnons au quotidien à chaque étape, sur les questions économiques, sociales, fiscales, juridiques et environnementales, avec la proximité pour priorité !"

Pour Samuel Minot, le président de la FFB Auvergne-Rhône-Alpes, le "bâtiment, réalisé par et pour les entreprises du bâtiment, est une formidable démonstration en matières de réhabilitation et de rénovation énergétique. Vitrine de nos métiers et de nos savoir-faire, la Maison du Bâtiment et des Travaux Publics est le point de convergence de tous les acteurs économiques et politiques qui participent à l’acte de construire et d’aménagement du territoire".

 

 

 

 

Une façade bioclimatique pour préserver l’architecture originale

En terme de rénovation énergétique, l'objectif était de répondre à pléthore d'enjeux, dont ceux de :

– développement durable et de confort en revoyant le système de chauffage, l’isolation thermique ainsi que la ventilation du bâtiment ;

– De fonctionnalités et de praticité, en créant des espaces divers (bibliothèque numérique, salons, places de stationnement pour les véhicules électriques, ...) ;

– De design et architectural, et ce en repensant l’accueil ou encore l'accès au bâtiment, en améliorant l’usage des terrasses, etc.

 

Il s’agissait pour le cabinet AFAA Architecture à Lyon (69) de préserver l’architecture originale tout en rendant ce bâtiment de 5 800 m2 plus performant sur le plan énergétique. Pour Damien Poyet, architecte associé et Trevor Scott Ablott, architecte AFAA Architectes, "l'enjeu était de s'inscrire dans ce geste architectural fort effectué il y a 50 ans, en gardant la valeur patrimoniale tout en repensant en profondeur la valeur d'usage au regard des contraintes contemporaines, en particulier environnementales. De donner un nouvel élan à ce bâtiment, pour les 50 ans à venir. En écho avec la vocation du site, de faire aussi la part belle aux savoir-faire des entreprises de « l'art de construire les villes »". © Rodolphe Savereux 

 

 

 

De fait, tout en conservant 60 % de surfaces vitrées, la façade bioclimatique permet en hiver un gain de température de 4° à 6° C sur les parois extérieures du bâtiment, et, en été, une diminution de la nécessité de fraîcheur d’environ 60 % pour une consommation d’énergie réduite de 47 % pour des espaces de bureaux demeurés particulièrement ouverts et lumineux. Au dernier étage, la réalisation de la nouvelle enveloppe thermique a tiré parti du mode constructif d’origine, de manière à ne pas altérer l’étanchéité à l’eau et à l’air du bâtiment, tout en assurant une protection efficace aux terrasses et salles de restauration contre le vent et les intempéries.

 

 

 

 

Un large panel de solutions mises en œuvre

Afin d'optimiser la réduction de l’empreinte carbone du bâtiment, une trentaine d’entreprises ont mis en œuvre un large panel de solutions, dont (dans une liste non exhaustive) des protections solaires extérieures fixes (coursives en caillebotis) et mobiles (stores toile), une ventilation naturelle comme une ventilation en double flux avec récupération d’énergie sur l’air extrait, 1 700m2 de surface végétalisée, un système de thermofrigo-pompes sur eau de nappe fonctionnant prioritairement en géocooling, des LED associés à un système de gestion optimisé, la mise en place d'une production d’électricité photovoltaïque, des équipements hydro-économes, un système constructif bas carbone avec l’intégration massive du bois comme des matériaux biosourcés, etc.

 

 

Les travaux, exécutés par des entreprises adhérentes de la fédération BTP Rhône et Métropole, et donc locales, ont duré trois ans, pour un montant total de l’opération de 13 millions d’euros HT.



Source : batirama.com / Laure Pophillat

L'auteur de cet article

photo auteur Laure Pophillat
Laure Pophillat est rédactrice web polyvalente depuis plusieurs années. Curieuse, éclectique et investigatrice, tous les thèmes pertinents (et donc passionnants) l’intéressent ! Pour Bâtirama, elle rédige avec bonheur sur un large spectre de sujets couvrant l’entièreté de la filière BTP (actualités, conjoncture, réformes, innovations, etc.). Elle apprécie notamment réaliser des portraits de femmes et d’hommes engagés, inspirés et inspirants, dans un environnement, celui du BTP, toujours en mouvement.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous impatient de voir Notre-Dame de Paris réouverte au public ? (99 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits

Synea

TRAPFEU