Cloisons maçonnées : Un prochain DTU et de nouvelles exigences

Cloisons maçonnées : Un prochain DTU et de nouvelles exigences

Qu'elle soit réalisée en terre cuite, en béton cellulaire, voire en béton granulats, la cloison maçonnée doit répondre aux exigences du nouveau DTU cloisons. Si le hourdage des cloisons aux moyens de liants hydrauliques ou gypseux est toujours d'actualité, de nouveaux types de mise en oeuvre sont, aujourd'hui, proposés par les fabricants...





 

Autrefois intégrées dans le DTU maçonnerie, les cloisons maçonnées vont désormais bénéficier d’un DTU spécifique, il s’agit du NF DTU 20.13 – Cloisons en maçonnerie de petits éléments, dont la parution est prévue à l’automne 2008, conjointement avec celle du DTU maçonnerie. Ainsi, avec l’arrivée de ce nouveau DTU, la famille des cloisons s’agrandit de la façon suivante :

 

 

TITRE DU DTU 

REFERENCE DU DTU

•Cloisons sèches 

Ouvrages en plaques de plâtres (février 2008)

NF DTU 25.41

Ouvrage de doublage et habilage en complexes et sandwiches plaques de parement en pâtre isolant

NF DTU 25.42

• Cloisons à hourder

Exécution des cloisons en carreaux de plâtres

NF DTU 25.31

Cloisons en maçonerie de petits éléments

NF DTU 20.13

Comme tous les DTU, le DTU 20.13 sera disponible à l'automne 2008 aurpès de l'AFNOR (www.afnor.fr ) ou du CSTB (www.cstb.fr ).

 

Attention toutefois, à certaines cloisons maçonnées qui répondent aux exigences d’Avis techniques du CSTB. Par cloisons maçonnées, on entend des parois verticales en briques de terre cuite, en blocs en béton de granulats, ou en blocs de béton cellulaire?; elles sont non porteuses, hourdées au plâtre traditionnel, au mortier d’usage courant, au mortier-colle ou au liant-colle… et mi­ses en œuvre à l’intérieur d’une construction. La première fonction d’une cloison est de délimiter des espaces (cloisons de distribution go_tal_ouv_bis.jpgou de séparation) ; la deuxième fonction, liée à la précédente, est, le cas échéant, l’isolation thermique et/ou acoustique, la protection contre l’incendie ou le risque sismique…

 

De 40 à 150 mm d’épaisseur

 

Les fonctions étant définies et connaissant les dimensions de l’ouvrage à réaliser, il ne reste plus qu’à appréhender la nature des éléments à mettre en œuvre, les revêtements qu’il est prévu d’appliquer, l’accrochage des charges lourdes, les éventuelles déformations des planchers, le risque de remontées capillaires… Même si la cloison n’a pas de rôle de porteur, elle constitue  un ouvrage technique, auquel il est nécessaire d’apporter le plus grand soin. Selon le nouveau DTU, les cloisons maçonnées se déclinent de 40 à 150 mm d’épaisseur et pour une hauteur maximale de 4 m?; hauteur largement dépassée par certains produits sous Avis techniques.

 

Le joint mince monte en puissance

 

Comme pour les travaux de maçonnerie (NF DTU 20.1) le joint épais est encore de tradition, mais le joint mince monte en puissance, de par les avantages qu’il procure. Les fabricants proposent aujourd’hui des mises en œuvre plus simples et plus rapides. Il est à noter que le montage à joints minces peut s’effectuer par trempage, par application du mortier-colle ou d’un liant-colle au moyen d’un rouleau ou d’une  poche de colle. Dans le cadre de ce dossier, ne seront détaillées que les cloisons en maçonnerie de terre cuite ou de béton cellulaire autoclavé, dont les principaux fabricants, et leurs coordonnées, sont référencés en fin d’article.

 

Source: batirama.com / Hubert Koenig

 




 

Solution n°1 : Cloisons en terre cuite : 4 types de montages

 

Rapidité, confort d’exécution et propreté du chantier, sont, en effet, des qualités appréciées par le maçon… D’où le recours aux mortiers colles et liants-colles aujourd’hui. Le montage s’effectue soit par trempage, soit par application du mortier-colle au moyen d’un rouleau.

 

cloisons2-405.jpgType 1 : Montage au plâtre traditionnel, au mortier de chaux ou au mortier bâtard.

 

Le montage des cloisons est effectué à joints croisés ; le décalage des joints verticaux doit être au moins égal au tiers de la longueur de la brique utilisée. La brique est garnie sur deux tranches de la quantité de plâtre (photo) ou de mortier. L’épaisseur du joint est de 5 à 8 mm pour le plâtre ; 8 à 12 mm pour le mortier de chaux hydraulique et 10 à 15 mm pour le mortier bâtard.

 

cloisons3-405.jpgType 2 : Montage au mortier-colle par trempage de la brique.

 

L’application du mortier pour joints minces peut également se faire par trempage de la brique dans le mortier-colle.

 

 
cloisons4-405.jpgType 3 : Montage au mortier-colle appliqué au rouleau.

 

Comme pour les briques de structures, la maçonnerie rectifiée s’impose mais nécessite l’application du mortier-colle au moyen d’un rouleau

 

cloisons5-405.jpgType 4 : Montage au liant-colle à base de plâtre.

 

Le montage peut également s’effectuer à la poche à colle sans utilisation d’une truelle.

 

 

Attention aux problèmes d’humidité !

 

Le montage au plâtre n’est possible que pour les locaux EA, EB et EB+ locaux privatifs (parois de locaux dits secs ou humides, mais à usage privatif). Pour les locaux EB+ collectifs ou EC, le hourdage des joints doit s’effectuer au mortier à base de liants hydrauliques.

 

Par ailleurs, le choix d’un liant-colle à base de plâtre ou de ciment se fait selon le degré d’exposition du local à l’humidité (voir les recommandations du fabricant). Pour tous les locaux, à hygrométrie moyenne à très humide, (de EB à EC), il y a lieu de prévoir un dispositif en pied de cloison, afin de protéger la cloison des infiltrations et des remontées capillaires. Deux protections, en pied de paroi, peuvent être réalisées : un socle en béton dépassant d’au moins 20 mm le niveau du sol fini, sur lequel reposera la cloison ou une protection par équerre du côté humide (SPEC ou membrane d’étanchéité).

 

Le classement  des locaux humides

 

Les locaux sont classés en fonction de l’exposition à l’humidité des parois (Cahier du CSTB n°?3567 de mai 2006). Le classement d’un local, s’effectue en fonction de son hygrométrie, de l’exposition à l’eau des parois et de son entretien.

 

• EA : locaux secs ou faiblement humides : chambre, bureau, couloirs…

 

• EB : locaux moyennement humides : cuisine privative, salle de classe…

 

• EB + locaux privatifs : locaux humides à usage privatif : salle d’eau…

 

• EB + locaux collectifs : locaux humides à usage collectif : vestiaire,

 

• EC : locaux très humides en ambiance non agressive : centre aquatique, laverie…

 

cloisons6-405.jpgcloisons7-405.jpgcloisons8-405.jpg

 

Le système de protection à l’eau sous carrelage (SPEC)

 

A : primaire

 

B et D : sous-couches de protection à l’eau

 

C : bande de renfort d’angle

 

E : mortier-colle ou adhésif

 

F : carrelage

 




 

Solution n° 2 : Les cloisons en carreaux de béton cellulaire autoclavé

 cloisons9-405.jpg

• Les cloisons hauteurs d’étage (2 400 à 3 000 mm) sont destinées à la réalisation de cloisons de distribution. Ces cloisons doivent répondre aux exigences de l’Avis technique cloison et sont réservées à des constructions standard et répétitives.

 

Le montage des cloisons en carreaux de béton cellulaire autoclavé se fait classiquement au mortier-colle à base de ciment blanc pour les locaux EB+ collectifs et EC ou au liant-colle à base de plâ­tre si les locaux ne sont pas exposés à l’humidité.

 

• Les mortiers colles à base de ciment blanc. L’application du mortier-colle s’effectue à l’aide ­d’une truelle spéciale à dents qui permet ainsi de réaliser des joints minces d’une épaisseur voisine de 3 mm (frais). Quatre mortiers colles sont aujourd’hui sous avis technique du CSTB :

 

NOM COMMERCIAL 

N° DE L'AVIS TECHNIQUE

FABRICANT

BC

16/01-419

SATMA Division VPI

CORTABLOC

16/02-434

WEBER ET BROUTIN

PREOCOL

16/02-427

XELLA THERMOPIERRE

561

16/02-428

PAREX LANKO

 

Le cas des locaux humides… de EB à EC

 

cloisons10-405.jpgLes exigences vis-à-vis des pieds de cloisons en carreaux sont identiques à celles des cloisons en briques de terre cuite, à savoir le socle en béton ou en mortier dépassant de 2 cm le niveau du sol fini, ou un SPEC. Toutefois un profilé en plastique en forme de “U” de largeur égale à l’épaisseur de la cloison et de hauteur d’ailes telle que ces dernières affleurent à 2 cm au-dessus du niveau du sol fini. Ce profilé particulier peut être collé au mastic-colle ou cloué.

 

On distingue deux qualités d’exécution : l’exécution courante réservée aux parois de locaux utilitaires ou à des parois destinées à recevoir un enduit traditionnel épais. Si la finition est de type enduits minces ou de type carrelage, l’exécution sera soignée.

 

Concernant les carreaux destinés à rester apparents, l’exécution doit être soignée et la planéité d’ensemble, rapportée au cordeau de 10 m, ne doit pas excéder 1,5 cm et 1 cm sur l’alignement des joints horizontaux. Les écarts sur la verticalité d’une face de la cloison doivent être inférieurs à 1?cm sur la hauteur de l’étage.

 

TYPE D'EXECUTION PLANEITE D'ENSEMBLE RAPPORTEE A LA REGLE DE 2.00 M DESAFFLEUREMENT ET PLANEITE LOCALE RAPPORTEE AU REGLET DE 0.20 M  ASPECT DE SURFACE
Courante 0.7 cm 0.5 cm - Joints arasé - Epaufrures ou manques de matières accidentels, ne pouvant être repris par les travaux normaux d'enduits traditionnels après montage, sont réparés - Après réparation, les défauts localisés résiduels pouvant être repris par les travaux d'enduits traditionnels n'intéressent pas plus de 5% de la surface
Soignée 0.5 cm Face de règlage 0.2 cm Mêmes règles mais tous les défauts localisés résiduels sont réparés

 




 

Quels sont les atouts des briques de cloison de grand format à monter au mortier-colle à base de plâtre ?

 

J.F. Regrettier : Ils sont au nombre de trois. Tout d’abord, rappelons que les briques de grandes dimensions (66 cm de long x 32 cm de hauteur) appelées Mégabriques, ont été développées pour répondre aux attentes des plâtriers traditionnels. En effet, ce format réduit le nombre de produits au m² (4,7?u/m² contre 8 à 10 u/m² en brique plâtrière)?; par ailleurs, le montage des ces briques s’effectue à la base plâtre distribuée à l’aide d’une poche à colle, ce qui accroît la productivité sur chantier et limite la manutention, donc la pénibilité.

 

En termes de qualité d’exécution, quelles sont les différences par rapport à un montage traditionnel ?

 

J.F.R?: Ce produit a été conçu avec un système d’emboîtement sur les faces de pose. Par conséquent, l’alignement de la cloison est de rigueur et permet ainsi à une équipe, même débutante, de réaliser une cloison parfaitement plane, qui sera ensuite enduite au plâtre. Face à une pénurie de main d’œuvre qualifiée, la Mégabrique est une réponse pertinente en termes d’exécution. Par ailleurs, elle répond à des exigences normatives et dont la mise en œuvre est désormais reconnue dans le nouveau DTU cloisons… c’est bien la preuve que cela marche !

 

Pour terminer parlez-nous du prix et des innovations autour de ce produit…

 

J.F.R?: Le prix public HT, colle comprise, est voisin de 7?€/m² en 4 cm d’épaisseur (doublage) et de 7,8 €/m² en 5 cm d’épaisseur (distribution). Du point de vue de l’innovation et à la suite de l’engouement pour les planchers chauffants, nous avons créé une nouvelle hauteur de 33?cm, afin de faciliter le travail des professionnels. En effet, les planchers chauffants nécessitent une plus grande hauteur sous plafond. Grâce au centimètre supplémentaire, 8 briques permettent d’atteindre la hauteur de 2,67 m et pour des hauteurs inférieures, il suffit de découper 1 ou 2 canons pour atteindre respectivement 2,62 m ou 2,57 m… CQFD !

 

Quelles dimensions limites pour les cloisons??

 

La hauteur maximale et la distance horizontale maximale entre éléments raidisseurs (cloisons perpendiculaires, retour de la cloison, de résistance suffisante pour pouvoir jouer le rôle de raidisseurs) doivent respecter les valeurs du tableau ci-après, en fonction de l’épaisseur brute de la cloison (épaisseur des éléments de maçonnerie constitutifs) :

 

 

Dimensions limites des cloisons maçonnées en briques de terre cuite ou en blocs de béton cellulaire autoclavé montées au plâtre ou au mortier selon le NF DTU 20.13

 

 

Epaisseur brute de la cloison (mm) 

 

Hauteur maximale (m)

Distance horizontale maximale entre raidisseurs (m)

Brique de terre cuite

Bloc de béton cellulaire autoclavé

 

50

2.50

4.00

35

70 à 75

2.60

5.00

40 à 55

100

3.00

6.00

60 à 75

125

3.50/3.80*

7.00

80 à 110

150

4.00

8.00

*En bloc de béton cellulaire autoclavé

 

Par ailleurs, les dimensions maximales indiquées ne peuvent être dépassées si la distance entre éléments raidisseurs est telle que la surface de la cloison entre raidisseurs ne dépasse pas les valeurs du tableau ci-dessous :

 

Surface maximale entre raidisseurs des cloisons maçonnées selon le NF DTU 20.13 

 

Epaisseur brute de la cloison (mm) 

 

Brique de terre cuite

Bloc de béton cellulaire autoclavé

Surface maximale entre éléments raidisseurs (m²)

 

50*

8

35

70 à 75

10

40 à 55

 

14

 

100

15

60 à 75

125

20

80 à 110

150

25

*Cloison de doublage seulement 

 

• Concernant les briques à enduire, les tolérances d’exécution sont regroupées dans le tableau ci-dessous. Les écarts sur la verticalité ­d’une face de la cloison doivent être inférieurs à 1,5 cm sur la hauteur de l’étage.

 

• Enfin, pour les briques destinées à rester apparentes, la planéité de la cloison s’exprime au moyen du cordeau de 10 m : < 2 cm pour la planéité d’ensemble et < 1cm sur l’alignement des joints horizontaux. Les écarts sur la verticalité doivent être inférieurs à 1?cm sur une hauteur d’étage.

 

Type d'exécution 

Planéité d'ensemble rapportée à la règle de 2.00 m

Désaffleurement et planéité locale rapportée au réglet de 0.20 m

Joint épais ou joint mince avec un liant colle à base de plâtre

1.5 cm

0.7 cm

 




 

INFOS PRATIQUES

 

• Bouyer Leroux : www.bouyer-leroux.com 

 

- Brique plâtrière traditionnelle (montage au plâtre)

- Mégabrique Sibo

- Mégalisse, brique à parement lisse et de grande dimension

- Double paroi en briques Sibo à hautes performances acoustiques

DTA n°?9/05-819 et 9/05-820

 

• Terreal : www.terrealstructure.com 

 

- Brique plâtrière à 1 rangée d’alvéole

- Brique plâtrière à 2 rangées d’alvéoles

- Brique de grand format de cloison M

- Briques techniques : Placbric, Placphon, Placfeu…

AT n° 9/06-827 et 828

 

• Porotherm Wienerberger SAS : www.wienerberger.fr 

 

Gamme Cloisobric :

- Brique plâtrière traditionnelle

- Brique rectifiée (trempage ou roulage)

- Brique acoustique et forte densité

 

• XELLA Thermopierre : www.ytongsiporex.com   www.xella.fr 

 

Carreaux de béton cellulaire autoclavé :

- Épaisseur de 70 mm- Épaisseur de 100 mm

- Épaisseur de 150 mm

Cloisons Hauteur d’Étage AT n° 9/04-788 :

- Épaisseur de 70 mm

- Épaisseur de 100 mm

 

A lire également

 

La nouvelle norme NF DTU maçonnerie 2008

 

Briques terre cuite : implanter facilement des cloisons

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (614 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Isolation en sous face des planchers bas - NF DTU 27.1