Une Tour réduit de 66 % sa consommation d’énergie

Une Tour réduit de 66 % sa consommation d’énergie

Les quatre immeubles du quartier de la Verrerie à Dunkerque ont fait l’objet d’une rénovation complète afin d’obtenir le label BBC. La Tour Robelet a bénéficié  d’une ITE performante avec un bardage terre cuite innovant.





Le quartier de la Verrerie à Dunkerque (260 logements répartie sur 4 immeubles) a été un des premiers reconstruits après la deuxième guerre mondiale. La Tour Robelet, livrée en 1951, a été réhabilitée une première fois en 1997, sans prise en compte de la qualité thermique du bâti.

 

La Tour Robelet a été restaurée avec pour objectif l’obtention du label BBC rénovation. Très mal isolée, elle présentait avant les travaux une consommation annuelle d’énergie de 265 kWh énergie primaire par m2.

 

L’isolation thermique mise en oeuvre prévoit une amélioration considérable de la performance du bâtiment, avec une réduction de plus de 66 % de la consommation d’énergie, à 88 kWhep/m2/an.

 

Opération en zone classée

 

L’opération étant située en zone classée, l’agence Wallyn - Sezille a travaillé en concertation avec l’Architecte des Bâtiments de France, qui n’a pas jugé nécessaire d’en modifier le caractère architectural.

 

Seul élément vertical du quartier, cette Tour devait être distinguée des autres bâtiments grâce au choix d’un module d’isolation à son échelle.

 

C’est pourquoi les architectes ont proposé un bardage rouge en terre cuite séduits par :

  • son esthétique linéaire, grâce à des arêtes nettes et des horizontales soulignées,
  • le volume de sa double peau de 4 cm qui donne du relief au bâti et caractérise l’identité du matériau en terre cuite.

 

Mise en œuvre traditionnelle

 

Le parement de l’immeuble en briques apparentes, mis en oeuvre de façon traditionnelle, ainsi que le dessin assez caractéristique des balcons ont ainsi été conservés.

 

Réaliser un doublage en brique apparente maçonnée sur une telle hauteur était assez délicat en raison du retrait du rez-de-chaussée. L’isolation rapportée et le bardeau Piterak® agrafé sur le profilé support courant constituent un complexe d’une épaisseur totale de 211 mm qui vient s’ajouter au retrait des châssis accentuant l’enfoncement des baies.

 

De plus, les tableaux et voussures prennent une place importante. Les capotages en tôle laquée étant disponibles dans un nuancier RAL uniquement, le choix s’est porté sur la nuance de rouge qui se rapprochait le mieux de la terre cuite.

 

*Piterak® de Terreal

 

Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par henrico7
  • 0
  • 0

C'est une belle très belle opération qui doit être poursuivie dans l'hexagone. Par contre dans cet article, vous ne faites pas apparaitre le coût de cette opération et qui a supporté son financement ? Sachez que nous sommes représentant de 10 copropriétés sur 15 dans un quartier sensible et que les copropriétaires supportent la mise aux normes des ascenseurs. Nous attendons une réponse de votre part. Merci

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (647 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique