Les propositions de la FFB Grand Paris Île-de-France avant les élections

Les propositions de la FFB Grand Paris Île-de-France avant les élections

A cinq jours du premier tour des élections législatives en France, la FFB Grand Paris Île-de-France souligne 7 propositions clés pour la filière et demande un Ministère de la Construction.




Via un communiqué le 7 juin, la Fédération Française du Bâtiment Grand Paris Île-de-France a dévoilé plusieurs propositions qui selon elle méritent une attention particulière, issues des 85 propositions de la FFB publiées le 26 avril 2022, afin d'améliorer la situation de la filière, durement marquée par une crise des matériaux persistante.

 

Yannick Debruyne, vice-président en charge du lobbying de la FFB Grand Paris Ile-de-France, explique : "notre secteur est prêt et fortement engagé pour relever les nombreux défis qui l’attendent, mais nous devons pouvoir compter sur l’investissement et le soutien des pouvoirs publics. Toutes ces actions ont un seul objectif : rappeler que notre territoire est une terre de bâtisseurs. A ce titre, nous gardons espoir qu’un Ministère de la Construction soit créé dans un avenir proche : il permettrait de placer le Bâtiment au cœur des sujets sociétaux, économiques et environnementaux pour les 5 prochaines années."

 

  • Favoriser l’économie locale en privilégiant les circuits courts

La FFB Grand Paris Ile-de-France propose d’intégrer, dans les appels d’offres, des critères de notation environnementaux pour permettre la préférence locale. Privilégier les circuits courts favorise l’économie locale et la diminution du bilan carbone des opérations.

 

  • Réserver des zones dédiées aux activités de traitement des déchets dans les documents d’urbanisme

Notre Fédération préconise d’imposer, dans les documents d’urbanisme, l’implantation de zones dédiées aux traitements des déchets du BTP (regroupement, tri, transformation des matières, recyclage…). Cette obligation pourrait être inscrite à l’article qui traite les emplacements réservés dans le Code de l’urbanisme.

 

  • Autoriser la publicité sur les bâches de chantier pour financer la rénovation énergétique

Il s’agit de considérer comme non écrites les dispositions des règlements locaux de publicité interdisant les espaces dédiés à l’affichage sur bâches d’échafaudage, lorsque les recettes perçues par le propriétaire du bâtiment sont affectées au financement des travaux de rénovation énergétique.

 

  • Introduire un crédit d’impôt sur les annuités d’emprunt pour adoucir le surcoût de la RE2020

La FFB Grand Paris IDF propose la mise en place d’un crédit d’impôt égal à 15% des annuités d’emprunt pendant cinq ans. Cela permettrait d’accompagner les ménages souhaitant accéder à un logement neuf, sans qu’ils ne soient trop impactés par la RE2020, qui risque de rehausser les prix du résidentiel neuf et freiner l’accès à la propriété. La mesure resterait ouverte jusqu’en 2025, année de la deuxième étape de la nouvelle réglementation.

 

  • Tenir compte des contrats d’apprentissage déjà en cours dans l’entreprise au titre de l’insertion

Il semble important de reconnaître légalement l’alternance (apprentissage et contrat de professionnalisation) comme une réponse aux clauses d’insertion des marchés publics.

 

  • Pérenniser les mesures de la loi d’Accélération et Simplification de l’Action Publique (ASAP)

La Fédération propose de pérenniser les mesures de la loi ASAP au-delà du 31 décembre 2022. Cela permettrait notamment un relèvement du seuil de dispense de procédure pour les marchés de travaux à 100 000 euros hors taxes, une dispense de procédure pour motif d’intérêt général, ainsi qu’une obligation de réserver une part minimale des marchés globaux aux PME et artisans.

 

  • Limiter la sous-traitance en cascade dans les marchés de travaux

Il convient de limiter la sous-traitance en chaîne au deuxième rang pour les marchés de travaux en lots séparés et au troisième rang pour les marchés de travaux non allotis. Cela permettrait de prévenir les pratiques illicites, rétablir une concurrence plus loyale entre entreprises, aboutir à plus de qualité dans l’exécution des travaux et à plus de transparence dans l’intervention des sous-traitants.

 



Source : batirama.com / Photo © Jacques Gaimard - Pixabay

L'auteur de cet article

photo auteur Emilie Wood
Journaliste, photographe, vidéaste, Emilie Wood travaille depuis 2010 pour la presse, qu’elle soit professionnelle dans les domaines du BTP et de l’agriculture, ou généraliste. Pour Batirama, elle écrit sur des sujets aussi variés que la conjoncture BTP, l’évolution de la réglementation, la rénovation énergétique, les réformes, les innovations, ou encore l’actualité de l’immobilier. Elle apprécie particulièrement réaliser des portraits d’entreprises et révéler les femmes et les hommes qui, chacun à leur manière, font une différence, qu’ils soient entrepreneurs ou collaborateurs d’entreprise.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (208 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits

Service Cloud