Comment construire en parasismique

Comment construire en parasismique

Pour des raisons de coût ou par méconnaissance des règles, construire en parasismique n’est pas toujours appliqué… et pourtant, c’est une obligation ! Rappels sur ce qu’un artisan doit connaître...






 

La France possède un substratum faillé très ancien, qui fait de temps à autre parler de lui. Certes, la France Métropolitaine n’est pas l’Indonésie, néanmoins le risque est bien présent. En effet, 600 séismes sont enregistrés par an en France, dont une quinzaine seulement sont ressentis par la population. Les zones concernées sont historiquement connues, puisqu’il s’agit de zones géologiquement sensibles où des plaques et des fragments se frottent, entrent en collision ou se chevauchent. Lorsque les contraintes s’accumulent et se libèrent brutalement, elles génèrent un séisme d’intensité variable. Parmi les séismes français importants enregistrés ces dernières années, on peut citer : 15 juillet 1996 : Nord d’Annecy (73); 25 février 2001 ; Sud /Sud-Est de Nice (06); 30 septembre 2002 : Nord/Est de Lorient (56); 16 mai 2002 : Sud d’Aucun (65); 22 février 2003 : Ouest/Nord-Ouest de Saint Dié (88)…

 

sismiquefigok.jpg
 

Des séismes parfois meurtriers

 

Il faut souligner que ces séismes n’ont pas été meurtriers, ce qui ne fut pas toujours le cas dans le passé. En effet, certains séismes ont été parfois très meurtriers : 1227 (Aix en Provence : 5000 morts) ; 1248 (Maurienne : 9000 morts)… Des décès dus, pour la plupart du temps, aux effets secondaires, à savoir les incendies, les glissements de terrain… Comme l’a rappelé la ministre de l’Ecologie et du Développement durable Nelly Olin, lors de la présentation du « Plan Séisme » à la fin de l’année 2005 : « Les tremblements de terre peuvent être meurtriers en France » et de rappeler qu’à la fin 2004, un séisme frappait les Iles Saintes au large de la Guadeloupe provoquant la mort d’une jeune fille…

 

De nouvelles zones sismiques en France

 

L’actuel principe de précaution, cher à notre pays, va prochainement conduire à faire passer des zones à sismicité négligeable ou très faible, à des zones à sismicité plus élevée, voire des zones considérées comme à sismicité négligeable à des zones réellement sismiques ! (Batirama n°382 de février 2006). Renforcer les dispositions constructives est certes légitime, mais il ne faut pas oublier le bâti existant et surtout veiller à ce que les contrôles techniques soient bien effectués.

 

Source: batirama.com / Hubert KOENIG

 

 






Les règles actuelles et à venir 

 

Aujourd'hui

 

Conception et exécution :

 

  • Règles Parasismiques dites PS 92 (NF P 06-013)
  • Règles de construction parasismique des maisons individuelles dites PS-MI 89 révisées 92 (NF P 06-014) de mars 1995

Zones sismiques :

 

Décret du 14 mai 1991 (n° 91-461) définissant  les quatre zones françaises à risque sismique, à savoir  IA, IB, II et III

Demain

 

Conception et exécution :

 

  • Eurocode 8 et son application nationale(NF EN 1998-1)

Zones sismiques :

 

  • Cartographie à paraître fin 2006

sismiquecarte.jpg

Concevoir une maison individuelle en zone sismique : ce qu'il faut retenir

 

Construire en France des maisons individuelles de conception simple relève des règles PS-MI 89 révisées 92 (ParaSismique – Maisons Individuelles). En voici les grands principes.*

 

Une maison individuelle de conception simple est un ouvrage comportant au plus un rez-de-chaussée, un étage et un comble construits sur terre plein ou au plus sur un sous-sol enterré et généralisé.

 

La hauteur « h » du plancher du comble ou de la terrasse, mesurée à partir du plancher du rez-de-chaussée n’excède pas 3.30 m pour un niveau et 6.60 m pour deux niveaux (Figure 1)

 

sismiquefig1.jpg

Les charges d’exploitation ne dépassent pas 250 daN / m2 soit 250 kg /m2 (valeur classique).

Le sol de fondation doit être correct, à savoir 2.5 daN / cm2 à l’ELU et 1.5 daN / cm2 à l’ELS

La pente du terrain ne doit pas excéder 10 %

L’ouvrage ne doit pas comporter de décrochements importants en plan ou en élévation, ou doit être fractionné en blocs élémentaires séparés pas des joints d’au moins 4 cm et vides de tous matériaux. Exemple d’une maison et de son garage (Figure 2)

 

sismiquefig2.jpg

 

L’ouvrage doit comporter des éléments de contreventement verticaux afin que la maison puisse résister aux forces sismiques horizontales.

 

La maison ne doit pas comporter de plancher en porte à faux, ni de balcons d’une portée supérieure à 1,50 m.

 

Attention !

 

Les projets de construction de maison individuelle qui ne respectent pas les conditions ci-dessus sortent du champ d’application des règles PS-MI et doivent faire l’objet d’une étude spécifique conformément aux règles PS 92.

 

*pour en savoir d’avantage, nous renvoyons le lecteur vers la norme, qui lui sera possible d’acquérir auprès de l’AFNOR : www.afnorboutique.fr

 

Par ailleurs, les règles PS-MI s’appliquent aux zones sismiques 0, IA, IB et II précisées sur la carte ci-dessous.






Cas 1 : Semelles filantes et isolées

 

Rappelons que ces dispositions s’appliquent aux maisons individuelles de conception simple et que les fondations peuvent être de deux types : les semelles filantes ou les semelles isolées.Dans le cas de semelles filantes, les dispositions minimales concernant les armatures sont les suivantes :

 

Zone sismique 

Acier HA Fe E 500

IA IB II

6 Ø 8, 6 Ø 10, 6 Ø 12

 

Une coupe type d’un dallage désolidarisé (attention au nouveau DTU 13.3) d’une structure reposant sur des semelles filantes est proposée en figure 3.

 

sismiquefig3.jpg

 

L’espacement de deux armatures ne doit pas excéder 20 cm et les cadres transversaux doivent être disposés à un espacement au plus égal à la hauteur du chaînage sans excéder 25 cm. Les semelles isolées sous points d’appuis ponctuels doivent être reliées entre elles et aux chaînages sous murs par des longrines en béton armé ou par des semelles filantes.

 

Attention à ne pas omettre les attentes indispensables aux chaînages verticaux (Figure 4) et les équerres de liaison (Figure 5) dont les diamètres sont respectivement pour les zones IA, IB et II : 8, 10 et 12 mm. La coupure de capillarité doit obligatoirement être constituée par une chape de mortier de ciment fortement dosée et hydrofugée. Par conséquent, les autres procédés d’étanchéité sont exclus.

 

sismiquefig4.jpg sismiquefig5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Cas 2 : Exécution des murs

 

sismique2.jpgEn revanche, les joints verticaux entre les petits éléments doivent toujours être remplis et les joints de fractionnement doivent être vides de tout matériau et leur largeur minimale de 4 cm.Toutefois, il est possible de ne pas remplir les joints verticaux pour les murs de contreventement réalisés avec certaines briques de terre cuite en respectant scrupuleusement l’avis technique correspondant (AT 16/02-425).Pour être complet vis-à-vis des murs, rappelons la technique de la maçonnerie armée encore trop peu utilisée en France et qui est utilisable en construction parasismique. Cette technique est aujourd’hui conduite en France par la société Bekaert et par son procédé Murfor.

 

 

 

Cas 3 : Les chaînages horizontaux

 

Les armatures de chaînages périphériques de planchers doivent répondre à certaines exigences.sismique3.jpg

Tout chaînage horizontal doit comporter des armatures transversales d’espacement  au plus égal à 25 cm. Par ailleurs, et pour les planchers à poutrelles et hourdis, il est indispensable de disposer des armatures complémentaires.

Rappelons que certains planchers à poutrelles-hourdis et rupteurs thermiques sont utilisables en zones sismiques.

Zone sismique 

Acier HA Fe E 500

IA IB II

4 Ø 8, 4 Ø 10, 4 Ø 12

 

 

 

 

 

 

Cas 4 : Les chaînages verticaux

 

Les armatures de chaînages verticaux doivent répondre aux mêmes exigences que les chaînages horizontaux et les alvéoles doivent permettre de réaliser des chaînages de section sensiblement carrée, ou circulaire.

sismique4a.jpg

Zone sismique 

Acier HA Fe E 500

Dimensions des alvéoles en cm

IA IB II

4 Ø 8, 4 ØØ 12
10, 4

10 x 10 ou Ø 12

10 x 10 ou Ø 12

12 x 12 ou Ø  14

 

 

 

 

 

 

 

Les chaînages intermédiaires doivent comporter, quant à eux, des armatures minimales  suivantes :

 

 sismique4b.jpg

Zone sismique 

Acier HA Fe E 500

IA IB II

2 Ø 12, 2 Ø 14, 2 Ø 16

 

Compte tenu de la densité d’armatures, l’Artisan doit être vigilant, vis-à-vis du remplissage des alvéoles par le béton. Contrôler le monolithisme des chaînages verticaux en béton est possible en prévoyant un orifice à la base du chaînage.

 

 

 

 

Cas 5 : Les encadrements de baies

 

sismique5.jpg

 

 

 

 

Les baies de dimensions supérieures à 0, 60 m, situées dans les parties de la construction autres que les voiles de contreventement, doivent recevoir un encadrement, mécaniquement continu aux angles.

 

Zone sismique 

Acier HA Fe E 500

IA IB II

2 Ø 8, 2 Ø 8, 3 Ø 8

 

 

 

 

 

 

Cas 6 :  Les chaînages de rampants

 

Un chaînage doit être réalisé en partie haute des murs, suivant le rampant.Les caractéristiques de ce chaînage sont identiques à la moitié de celles des chaînages horizontaux, autrement dit :2 Ø 8 en zone IA ; 2 Ø 10 en zone IB ; 2 Ø 12 en zone II.





 

Pour en savoir plus :

 

Les sites internet incontournables :

www.afnorboutique.fr ( pour acquérir la norme NF P 06-014 dites « Règles PS-MI89 révisées 92 » au prix de 28,05 euros HT )

www.prim.net ( pour connaître la sismicité d’un lieu ou d’un canton,)

www.legifrance.gouv.fr (accès à certains décrets ou arrêtés)

 

Les règles PS MI

 

Cette norme, qui s’intéresse à la construction parasismique des maisons individuelles et des bâtiments assimilés, appelée « Règles PS-MI 89 révisées 92 », est d’application obligatoire pour tous les marchés publics ou privés de constructions neuves de conception simple situées en zones sismique Ia, Ib et II.L’artisan a le devoir d’informer son client des dispositions constructives et d’éventuellement refuser le marché si celui-ci ne les accepte pas (devoir de conseil).

 

Quelques fabricants

 

• Armacentre : 04 76 06 91 33

•  Armafor : 04 94 50 06 20

• Armasud : 04 90 39 33 33

• Armatures d’Aquitaine : 05 63 29 62 00

• Armatures de l’Est : 03 80 36 44 00

• Armatures Mancelles : 02 43 47 00 40

• Armeca : 04 67 85 17 17

• Bekaert France : 01 40 96 26 37

• KP1 : 04 90 15 25 05

• Rector Lesage S.A. : 03 89 59 67 65

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (77 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique