Le bloc béton : un produit d'avenir

Le bloc béton : un produit d'avenir

Avec 80 % des constructions de maisons individuelles à son actif, le bloc béton appelé parpaing  ou agglo est l’élément clé de la construction. Performant, économique et facile à mettre en œuvre, il se décline dans une gamme de 150 produits aptes à répondre à toutes les configurations de chantier !






 

Créé il y a presque soixante ans, le bloc donne l’impression de n’avoir pas évolué. Ce qui est faux et cela pour deux raisons. Premièrement, la gamme de blocs ne se limite pas au classique B40 en 20 x 20 x 50 creux et deuxièmement, ses performances en font un matériau de choix aussi bien pour le concepteur, l’artisan et le maître d’ouvrage de plus en plus sensible à l’aspect environnemental et sanitaire de sa maison. En effet, et ce n’est pas un abus de langage à caractère de marketing, de prétendre que le bloc respecte l’environnement : il est élaboré à partir d’éléments naturels (granulats, argile et calcaire) et l’énergie dépensée à sa fabrication demeure infime. Par ailleurs, et compte tenu du large réseau de fabricants  répartis sur le territoire français, un chantier n’est jamais loin d’un site de production, ce qui limite les transports et donc les pollutions.

 

Résistant et même très résistant !

 

Disposer de qualités environnementales est aujourd’hui fondamental, mais ce n’est pas tout.En effet, on exige du bloc d’être résistant, voire très résistant; de résister au feu et d’être thermiquement performant … ses performances sont résumées dans le tableau ci-dessous *1 :

 

L’Europe et le marquage CE

 

Dès le 31 août 2006, les blocs qui seront mis en vente devront être marqués CE. Rappelons que derrière cette obligation, existe un cahier des charges stricte, mais que le marquage NF garantit à l’utilisateur que ces blocs sont aptes à réaliser des ouvrages de maçonnerie dans le respect des règles de l’art, il devient ainsi inutile de lire l’étiquette complète du produit. Autrement dit, le double marquage CE et NF c’est deux fois plus de sérénité pour l’utilisateur…Pour des raisons d’eurocompatibilité de nos textes avec les textes européens, le DTU maçonnerie est actuellement à la révision et sans l’ombre d’un doute le petit bloc de 20 x 20 x 50, avec lequel on construit le mur français sortira grandi de cette révision…

 

Source: batirama.com / Hubert koenig

 

* Pour obtenir gratuitement les Fiches de Déclaration Environnementales et Sanitaire (FDES) des blocs de maçonnerie en béton : www.inies.fr ou www.cerib.com

 

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DU BLOC EN BETON

Classes de Résistances pour les blocs de granulats*2

Blocs à enduire : B40 à B160

blocs apparents : P60 à P200

(ces blocs peuvent être enduits par tous types d'enduit monocouche) 

Tenue au feu pour un B40 creux

20 x 20 x 50  à 2 rangés et 6 alvéoles

(selon arrêté du 3 août 1999) 

Coupe feu : 1 h 30 ou 2 h selon chargement

Degré par flamme : 4 h

Stabilité au feu : 4 h

Déperditions thermiques "U"

U (hors zone méditerranéenne) < 0.36

Blocs de 20 + isolation de 100 PSE Th38

+ enduit extérieur = 0.33 

 

*Toutes ces performances sont accessibles sur le site www.blocalians.fr

 

*2 Les unités sont exprimées en kg/cm2 et 1MPa = 10 kg/cm2, autrement dit un bloc B40 a  une résistance minimale  à la livraison de 4 MPa

 





 

Solution n° 1 : Le bloc en soubassement

 

Afin de se prémunir des remontées capillaires, les maçonneries en élévation doivent impérativement être protégées. Attention, cette protection concerne les murs périphériques, mais également les murs de refends.

 

Remontées capillaires


blocsol1.jpg

♦ Cas n°1, il existe un chaînage en béton armé en about de plancher et sur toute l’épaisseur du mur de soubassement et à un niveau d’arase inférieure du chaînage au moins supérieur ou égal à 5 cm du sol fini extérieur. Dans ces conditions le chaînage assure la protection vis-à-vis des remontées capillaires.

 

♦ Cas n°2, s’il n’y a  pas de chaînage sur toute l’épaisseur par ce qu’il existe une planelle, il faut prévoir une coupure de capillarité disposée à 0,15 m au moins au dessus du niveau le plus haut du sol définitif extérieur.

 

♦ Hors zone sismique, cette coupure peut être constituée par une bande de FondabandÒ de la société SIPLAST (rouleaux de longueur 10 mètres et disponibles en 0.20 m, 0,25 m ou 0.33 m de largeur) ou par une bande d’arase en polyéthylène la société GRILTEXÒ, dont l’aspect gaufré évite les risques de cisaillement et renforce son pouvoir d’adhérence.

 

♦ En zone sismique et conformément aux règles de l’art, il y a obligation de réaliser une chape de mortier de ciment de 2 cm d’épaisseur richement dosé, à raison de 500 à 600 kg de ciment par m3 de sable sec, additionné d’hydrofuge (l’hydrofuge est incorporé à l’eau de gâchage).

 

Eaux de ruissellement ou d'infiltration :

 

blocsol1a.jpgIl n’y a pas que les phénomènes de capillarité qui sont préjudiciables pour l’ouvrage, les eaux de ruissellement ou d’infiltration peuvent également générer des pathologies. Le DTU maçonnerie distingue trois catégories d’ouvrages enterrés :

 

Catégorie 1 : locaux habités

Catégorie 2 : les chaufferies, les garages

Catégorie 3 : les vides sanitaires…

 

L’application d’un produit bitumineux en soubassement destiné à un ouvrage de catégorie 2 est classique. Toutefois ce produit peut dans le temps se détériorer et si le sol est peu drainant, des infiltrations peuvent se produire en générant des taches d’humidité inesthétiques…et un courrier du propriétaire à son artisan... Afin de prévenir ce type de pathologie, un drainage éventuellement complété par une membrane d’étanchéité constitue une protection satisfaisante du soubassement Delta–MS ou NP de DORKEN), Platon de SIPLAST…

 





 

Solution n° 2 : Le bloc à enduire en élévation

 

Dans le cas du montage de blocs par temps chaud ou venteux, certains mortiers industriels possèdent des rétenteurs d’eau qui limitent l’humidification préalable.

 

Le remplissage des joints verticaux : obligatoire ? 

 

Du point de vue du DTU maçonnerie, et sous certaines conditions, le remplissage des joints verticaux n’est pas une obligation en zone non sismique. A contrario, cela le devient en zone sismique.

 

MACONNERIE 

ZONE NON SISMIQUE

ZONE SISMIQUE

Murs et trumeaux

NON mais enduit...

OUI

Soubassement de catégorie 1

NON mais protection obligatoire !

Soubassement de catégorie 2*

OUI sans enduit, NON mais enduit

Soubassement de catégorie 3

NON et enduit facultatif (les blocs ne sont pas gélifs

* voir commentaires concernant cette catégorie en Solution 1

 

Les épaisseurs des joints épais ou mince pour les maçonneries de blocs sont les suivantes :

 

 

Joints horizontaux

Joints verticaux

Blocs (1)

Mortier (2)

Joints épais

10 à 15 mm

6 mm

Blocs standard

Mortier traditionnel

Joints minces

2 à 3 mm

2 mm

Blocs à tolérances réduites

Mortier colle

(1) conformes à NF EN 771-3 et NF P 12.023.0 (2)Conforme à NF EN 998-2 Source : guide pratique des produits en béton pour la maison individuelle du CERIB

 

Le prélinteau simplifie grandement la vie du maçon ; il peut être associé à des blocs pleins en béton, on parle de linteau maçonné ou à du béton banché et des aciers complémentaires, pour des portées plus importantes, dans ce cas on parlera de linteau banché.D’une épaisseur de 5 cm, le prélinteau a une largeur comprise entre 15 et 25 cm et une portée variable qui dépends de la présence ou non des aciers complémentaires.

 

Les spécifications des prélinteaux sont les suivantes :

 

 

Largeur du prélinteau en cm 

Portée sans aciers complémentaires en mètre

Portées limites avec aciers complémentaires (en m) 

Pose sans étais jusqu'à (en m) 

2 Ø 8

2 Ø 10

2 Ø 12

Ø  5*

Ø  4*

Linteau en façade 

15

1.25

1.65

2.00

2.40

1.35

1.25

20 

1.50

1.45

1.35

25

1.50

1.45

1.35

Linteau en mur intérieur

20

1.00

1.25

1.50

1.80

1.40

1.30

* Ø 4 ou Ø 5 sont les armatures possibles de précontrainte du prélinteau

 

Du point de vue de la mise en œuvre et quelle que soit l’association avec des blocs pleins en béton ou avec du béton banché, les appuis sur lit de mortier sont de 20 cm minimum de part et d’autre de la maçonnerie. L’étaiement n’est pas nécessaire si la portée est inférieure à 1,35 m, au-delà de cette portée; l’étai est placé à mi-portée. Les principaux fabricants  qui proposent dans leur gamme des prélinteaux sont KP1, La Nive, Seac Guiraud, Rector…

 





 

Solution n° 3 : Le bloc et les chaînages

 

Dans le n° 386 de Bâtirama, nous avons insisté sur les spécificités des armatures destinées à la construction des maisons individuelles en zone sismique.En zone non sismique une section minimale correspondant à 2Æ10 ou 3Æ8 s’impose :

bloc3.jpg

 

Attention aux planchers terrasses qui nécessitent des chaînages horizontaux renforcés de 4Ø10 en HA FeE500.

 

Enfin pour terminer sur les chaînages horizontaux, il ne faut pas oublier pour les planchers à poutrelles hourdis de compléter le chaînage par des chapeaux en rive de plancher, le diamètre de ces chapeaux varie entre 6 et 10 mm et pour des longueurs de 80 à 90 cm selon le type de plancher.

 






 

Que l’on soit architecte ou artisan, la gamme de blocs est particulièrement importante.En effet, près de 150 produits la composent, permettant ainsi de répondre à toutes les exigences,  mécanique, thermique, acoustique ou esthétique.

 

LES BLOCS EN BETON DE GRANULAT COURANT relevant de normes françaises et de la marque de certification NF

bloc1-387.jpg

 

1BLOCS STANDARD (creux, pleins ou perforés, ces blocs sont destinés à la réalisation des murs et des cloisons).

 

2 et 3 •BLOCS ACCESSOIRES Ces blocs sont adaptés à des points particuliers de la maçonnerie (blocs d’angle, blocs panelle pour about de plancher, blocs linteaux…)

 

4BLOCS DESTINES A RESTER APPARENTS Ces blocs possèdent une face vue destinée à rester apparente dans le mur fini.

 

BLOC EN BETON SPECIAUX sous Avis technique du CSTB (nom commercial et n° de l’Avis technique)

 

bloc4.jpg

 

5 • BLOCS A MACONNER

 

- Parietec 16/00-400

- BM7 16/98-353

 

6 • BLOCS A ISOLATION INTEGREE

 

- RTH 16/03-446

 

7 • BLOCS DE COFFRAGE

 

- Stepoc 16/97-329

- Varibloc 16/00-391

- Eclair T1 en 20 cm 16/02-439

- Eco coffrant 16/04-467

 

8 • BLOCS A ISOLATION REPARTIE

 

- Caimur 16/04-479

- Cogetherm 16/05-482

 

Mortier de hourdage : joints épais ou joints minces ? 

 

Deux façons de réaliser les mortiers de hourdage sur chantier sont possible : la première, la plus répandue utilise des liants, du sable et de l’eau. Il est également possible de mettre en oeuvre des mortiers secs élaborés en usines. Ces deux types de produits appartiennent à la famille des mortiers traditionnels. A coté de ces mortiers existent des mortiers destinés à la maçonnerie à joints minces des blocs du même nom et qui relèvent des Avis techniques.

 

Consommation approximative et liants spéciaux

 

Un sac de 35 kg de liant, pour un mur de 20 cm d’épaisseur assure 2 à 2.5 m2 de surface selon l’épaisseur des joints et le dosage du liant.Depuis quelques années, les cimentiers et plus récemment les chaufourniers proposent des liants  appropriés à l’exécution des joints de maçonnerie comme le Baticem  12.5 de Calcia ; le Tradical PF 55 de Balthazard et Cotte Bâtiment ; Le Liant ou Multibat de Lafarge...

 

Dosage des mortiers traditionnels :

 

Il fut un temps (qui n’est pas si lointain) où les dosages étaient faciles à mémoriser : « 3 brouettes pour un sac » et où le sac de ciment avait un poids de 50 kg et les brouettes des volumes de 60 litres. Les dosages étaient certes approximatifs, mais les bons compagnons avaient suffisamment l’oeil pour évaluer les bonnes proportions. Les sacs de 50 kg ont heureusement disparu au profit des sacs de 35 kg pour des questions de pénibilité. Depuis de nombreuses années, les dosages en ciment sont calés entre 300 et 350 kg par m3 de sable sec. Traduit en unité de chantier,  le dosage est le suivant :

 

1 sac de ciment de 35 kg 

Sable sec

10 seaux ( 1 seau = 10 litres)

Eau

17.5 litres

Volume de mortier

100 litres

 

Le ciment peut être avantageusement remplacé par de la chaux hydraulique ou associé avec de la chaux aérienne. Dans ce cas, le ciment apportera suffisamment de résistance au mortier et la chaux aérienne la plasticité nécessaire. En effet, trop ou pas assez de résistance du mortier nuit à la qualité du mur.

 





 

Le marché du bloc en béton se porte bien, mais il est nécessaire de réfléchir à l’avenir. Un avenir très réglementaire nous oblige à faire évoluer nos produits afin qu’ils soient en phase avec les besoins du marché. Il ne faut pas oublier que ce sont les maçons qui montent les murs et que nous avons le devoir d’anticiper leurs besoins. Prochainement, la nouvelle réglementation thermique*1 va s’imposer (40 % du territoire Français est concerné). Le « B40 20 x 20 x 50 creux » sera toujours présent, en revanche, les ratios d’armatures vont augmenter, aussi bien pour les chaînages verticaux ou horizontaux que pour les encadrements d’ouvertures : de nouveaux blocs, des précadres seront proposés par les fabricants de blocs… Quant à la thermique*2, nous sommes dans la même démarche que pour la sismique : anticiper pour mieux répondre aux besoins. Le bloc a de l’avenir et l’avenir passe notamment par l’environnement et à la fin de l’année 2006, le bloc béton sera complété d’une certification environnementale, c’est bien la preuve que le bloc a un avenir dans le béton !

 

DE LA TERRE A LA LUNE...

 

Sue le territoire français, 400 sites de production fabriquent des blocs béton. La production annuelle moyenne est de l'ordre de 15 millions de tonnes, soit 80 millions de m² de murs maçonnés, ce qui représente plus que la distance de la terre à la lune, si tous les blocs étaient mis bout à bout... 

 

Consultez le guide !

 

Rappelons l’existence du guide pratique des produits en béton pour la maison individuelle proposé par Le Cerib (Centre d’Études et de Recherches de l’Industrie du Béton) et destiné aux artisans et à leurs clients. Sa version papier coûte 15 € TTC et  sa version CD Rom est gratuite. Cerib, BP 30059 – 28231  EPERNON CEDEX. Tél. 02 37 17 48 00 et formulaire de commande en ligne sur www.cerib.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (217 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans