Actualité batiment : batirama.com
En ce moment
RGE
DTU
Menu Actualité batiment : batirama.com Ajouter batirama.com à vos favoris Se déconnecter
En ce moment
RGE
DTU

Les Vainqueurs du Trophée de l’Apprenti 2009

Les Vainqueurs  du Trophée de l’Apprenti 2009

 

Bâtirama a organisé la seconde édition du Trophée “Spécial Apprenti”. Le jury a sélectionné les témoignages de 7?jeunes, âgés de 16 à 26 ans. Le premier prix, Frédéric Arnal, 23 ans et son maître d’apprentissage, Thierry Lathuillère, TBF SA, ont remporté chacun un ordinateur portable. Les six autres jeunes gens primés ont tous gagné un Ipod de la dernière génération !
© Emeline Hue
 


 

Sept prix ont été décernés à 7 jeunes âgés de 16 à 26 ans, lors de cette deuxième édition des Trophées de l’Apprenti. Le jury a dû examiner une cinquantaine de témoignages envoyés par des apprentis et jeunes en contrat de professionnalisation dans tous les corps de métiers du BTP. Critères retenus par le jury : l’implication et la motivation du jeune dans son parcours professionnel ainsi que la pertinence de l’expérience décrite, que ce soit dans le domaine technique, commercial ou de la sécurité. Le jury a aussi pris en compte la reconnaissance exprimée par le jeune envers son maître d’apprentissage ou le CFA qui le forment… En effet, le maître d’apprentissage du jeune qui reçoit le premier prix, est également récompensé puisque Bâtirama lui offre un ordinateur portable !

Les vainqueurs:


Premier prix : Frédéric Arnal, 23 ans, apprenti électricien en 2e année Bac pro ELEEC au CFA Pierre Villeneuve de Montpellier, et son maître d’apprentissage, Thierry Lathuillère.
Second prix (mention Prévention sécurité)?: Émeline Gauthier, 19 ans, en 2e année de CAP électricité au CFA de Massiac (Cantal).
Troisième prix (mention Prévention)?: Edouard Theveny, 26 ans, apprenti en 2e année de BTS FEE  (Fluide énergie environnement).
Quatrième prix Anais Dallier, 21 ans, apprentie en 2e année de CAP Charpente, au CFA du Bâtiment à Alençon, (61).
Cinquième prix Charlotte Planchon, 20 ans, en Bac pro Eleec en alternance au CFA de Montpellier.
“Coup de cœur du jury” Laëtitia Rougemont, 17?ans, en 2e année de CAP peintre/applicateur de revêtements, et Jordan Da Silva, 16 ans, en 2e année de BEP maçonnerie au Lycée des métiers
   le Corbusier à Soissons.
 

 

Le jury a apprécié le témoignage de Frédéric Arnal, qui a pu approfondir ses connaissances techniques, découvrir la réalité du chantier en entreprise et trouver sa voie. Il a remporté avec son maître d’apprentissage un ordinateur portable.

 

Le lauréat nous explique son parcours:


J’ai décroché mon BAC STI (Sciences technologiques tndustrielles), génie électronique, au Lycée Pierre Rouge à Montpellier, dans de très bonnes conditions et mes notes ont mis en évidence mon goût et ma passion dans le domaine technique… Je n’ai pas hésité à quitter mon cocon familial et à m’installer à Perpignan après m’être inscrit en BTS Technico Commercial génie électrotechnique au Lycée François Arago. J’ai découvert, durant ces deux années, l’électricité qui est, à mon avis, beaucoup plus intéressante que l’électronique… Pour moi, l’électricité ouvre les portes dans de nombreux domaines tels que la domotique, les énergies renouvelables, l’automatisme et bien d’autres.


… Après avoir pris de nombreux renseignements auprès des professionnels de ce secteur d’activité, il m’est apparu indispensable de valider, au cours de ce BTS, une double compétence technique et commerciale en électricité. J’ai ensuite postulé à une formation diplômante en alternance à l’école de commerce Idrac à Montpellier. J’ai signé un contrat de professionnalisation dans la société Opteor du groupe Vinci situé à Castelnau-le-Lez. Cette entreprise m’a permis de découvrir ce qu’était le travail sur les chantiers et les connaissances techniques qu’il fallait avoir pour mener à bien la réalisation d’une installation électrique. C’est grâce à cette formation en alternance que je me suis aperçu qu’il me fallait approfondir mes bases techniques.


J’ai donc pris la décision d’intégrer un BEP électrique au CFA Pierre de Villeneuve de Montpellier pour les travailler. Lors de ce BEP, j’ai intégré la société TBF à Montpellier en tant qu’apprenti où il m’a été donné de nombreuses responsa­bilités. En effet, il m’a été confié pendant les congés d’été de mon responsable, la gestion de plusieurs chantiers ainsi que l’encadrement des équipes de techniciens. Je m’occupais également de vérifier les commandes de matériels établies par le bureau d’études et de l’approvisionnement des chantiers.


À la suite de ce BEP, j’ai intégré un Bac Pro Électrotechnique Énergie Équipements Commu­nicants au CFA Pierre de Villeneuve à Mont­pellier. Lors de mes années au CFA, mon professeur principal M. Tovar m’a accueilli hors des heures de cours pour approfondir la pratique professionnelle en électricité. Je réalisais, avec mon professeur, des câblages de platine, des maquettes, la maîtrise de l’utilisation des appareils de mesure, la maintenance préventive et corrective électrique. De par la multitude des équipements présents au CFA et l’engagement de mon professeur, j’ai acquis une maîtrise approfondie des métiers de l’électrotechnique.


Légende : 1er prix : Frédéric Arnal et son maître d’apprentissage, Thierry Lathuillère, ont remporté chacun un ordinateur portable, en présence de Florent Tovar (formateur CFA). Les prix ont été remis par Fabienne Leroy, rédactrice en chef de Bâtirama. © Emeline Hue


 



 

Emeline Gauthier, 19 ans, apprenti en 2e année de CAP Electricité a remporté le 2e prix du Trophée de l’Apprenti. Elle a gagné un Ipod Classic 80 GO Argent.
 
Son témoignage :Chaque année dans le Bâtiment, de nombreux accidents surviennent parce que les chaussures de sécurité ne sont pas portées. Je m’appelle Emeline et je travaille dans une entreprise d’électricité depuis un an. À peine une semaine après la signature de mon contrat, mon patron m’achète une paire de chaussures de sécurité et insiste pour que je les garde malgré les douleurs aux pieds des premiers jours. Aujourd’hui, je suis consciente qu’il avait entièrement raison puisque non seulement je n’ai plus mal aux pieds depuis longtemps mais, en plus, ces chaussures m’ont souvent évité de sérieuses blessures. En effet, sur un chantier très en désordre, je n’avais pas remarqué la boîte de pointes renversée par terre. L’inévitable est donc arrivé : j’ai marché sur un clou de quatre centimètres de long qui s’est arrêté au métal de ma chaussure. De ce fait, j’ai évité une profonde entaille dans le pied qui m’aurait à coup sûr conduite à l’hôpital. De plus, mon patron aurait dû se passer de moi une bonne quinzaine de jours. C’est donc aussi dans l’intérêt de son entreprise qu’il nous a équipés de bonnes chaussures de sécurité qui nous protègent chaque jour. Un maître d’apprentissage véhicule les bases du métier mais aussi les méthodes pour le faire au mieux et en toute sécurité : il en va de la bonne marche du bâtiment !


Légende : 2e prix (Sécurité) : Emeline Gauthier, accompagnée de son professeur Christelle Vidal, reçoit un Ipod Classic Argent remis par Paul ­Duphil, secrétaire général de l’OPPBTP. © Emeline Hue
 

 



 

Edouard Théveny, 26 ans, a remporté le 3e prix (mention Prévention). Apprenti en 2e année de BTS FEE (Fluide énergie environnement), il réside en région parisienne et travaille chez Hervé Thermique. Il gagne un Ipod Classic 80 GO.

 

Son témoignage :


Après avoir échoué à son bac général option agronomie en Lycée agricole, j’ai commencé à travailler dans le secteur de l’animation (centre de loisirs, UCPA…). Lassé par ce métier, j’ai décidé de passer un CAP installations thermiques. Il m’a fallu 8 mois pour trouver une entreprise qui voulait bien former un apprenti de plus de 21?ans pour un CAP. Hervé Thermique (agence d’Eragny-sur-Oise), m’a embauché en septembre 2004 pour me former au métier de chauffagiste, en 1?an, avec l’enseignement du CFA Afobat d’Ermont. Ayant réussi l’examen, j’ai voulu passer un BP génie climatique dans le même CFA avec le même employeur. J’en ai profité pour passer en candidat libre un BEP Techniques et installations sanitaires et thermiques (2006). J’ai obtenu en 2007 le BP (major de promotion) et me suis inscrit en BTS FEE, toujours suivi et formé par Hervé Thermique. Aujourd’hui, je suis assistant responsable de chantier dans mon entreprise et je me prépare à passer les dernières épreuves de mon Bac pro Énergétique et mon BTS au moins de juin. Mon métier d’assistant responsable de chantier consiste à préparer les chantiers. Mon rôle est surtout de permettre et de veiller à ce que le travail se passe bien sur le chantier, au niveau de la sécurité. J’ai été formé au SST, au montage et à la vérification d’échafaudages, aux risques électriques et on m’a habilité aux risques chimiques de niveau?2 qui me permet de travailler dans les entreprises classées Seveso. La sécurité est devenue l’une des grandes priorités de mon employeur et est devenue l’une des miennes au fil des années.
Légende : 3e prix (Prévention) : Edouard Theveny, accompagné de son maître d’apprentissage, Karim Mohamed, ­gagne un Ipod Classic ­Argent de 80 Go ­remis par François Ausseur, délégué général de la Fondation Excellence SMA. © Emeline Hue

 

 

 


 

Anaïs Dallier, 21 ans, termine sa 2e année de CAP charpente en apprentissage. La jeune apprentie s’est d’abord orientée vers les métiers
de secrétariat, avant de découvrir sa vocation, la charpente couverture, un métier exercé par son père et son frère?! Elle a remporté un Ipod Nano Rouge de 8 GO.


Son témoignage


Choisir une orientation professionnelle n’est pas une chose facile. Elle est d’autant plus difficile pour une fille. Les choix disponibles se résument souvent à quelques métiers féminisés?: secrétaire, coiffeuse, esthéticienne… ne favorisant pas la mixité. À la sortie de la troisième, je me suis donc orientée vers les métiers du secrétariat et j’ai préparé un BEPA secrétariat-accueil.


Cependant, être sédentaire, travailler dans un bureau ne correspond pas vraiment à mon tempérament. J’avais envie d’action, de réaliser des choses concrètes… Mon père et mon frère sont couvreurs. J’entendais parler des chantiers, c’est alors que j’ai décidé de changer radicalement d’orientation et d’intégrer le monde du travail il y a deux ans et demi en me formant au métier de couvreur. Mon premier diplôme du Bâtiment en poche, je prépare maintenant un CAP charpente.


Dans ce domaine, il faut savoir travailler vite et bien et c’est pourquoi des astuces permettant d’améliorer sa façon de faire constituent des atouts pour être reconnu comme un “pro”.
En voici un exemple concernant l’approvisionnement de la tuile plate sur le toit.


Il faut faire un traçage tous les deux chevrons sur le premier liteau pour ensuite, approvisionner 4?tuiles entre chaque liteau. Cette astuce est utilisée pour sa rapidité : un autre compagnon peut aller effectuer une autre tâche. On met 4 tuiles à chaque liteau car l’espace qu’il y a entre chaque “ourne” permet que les 4 tuiles soient posées côte à côte.
De même, voici une autre astuce pour le scellement du faîtage en terre cuite. Il faut fabriquer un gabarit à crête en zinc, le plier à l’équerre et le couper selon la grosseur voulue de la crête. Cette astuce garantit un gain de temps car cette tâche pourrait être effectuée avec une truelle. Mais, si le travail est interrompu, un autre compagnon peut reprendre le travail de façon identique, car une crête doit toujours être régulière.


Légende : 4e prix : Anaïs Dallier reçoit un Ipod Nano 8 Go, remis par Paul Grasset directeur général de PRO BTP.© Emeline Hue


 


 

Charlotte Planchon, 20 ans, termine un bac pro Eleec en alternance au CFA de Montpellier et dans son entreprise JP Industrie. L’électricité est pour elle un métier d’avenir au vu de l’évolution de la filière dans le solaire, l’éolien et la domotique. Elle a remporté un Ipod Nano Rouge de 8 GO.


Son témoignage :


J’ai 20 ans et m’appelle Charlotte Planchon. Je suis actuellement en Bac Professionnel Electrotechnique, Énergie, Équipement, Communicant au Centre de formation pour apprentis de Montpellier. J’ai choisi la voie professionnelle à la suite d’un échec en 1re Bac Scientifique : je me suis alors réorientée vers un BEP avec une option vers un Bac Professionnel qui m’assurerait une qualification suffisante au cas où je renoncerais aux études. J’ai choisi l’Électricité en sachant que c’est un métier d’avenir, notamment dans les domaines du solaire, de l’éolien et la domotique.


J’ai obtenu une place en BEP métier de l’Électrotechnique au Lycée Professionnel Joseph Vallot à Lodève ainsi qu’à son internat. Finalement, malgré quelques appréhensions, j’ai été intégrée assez rapidement et en 2006, j’ai obtenu mon diplôme du BEP. J’ai voulu continuer dans cette ­filière avec un Bac Professionnel. J’entamais donc ma 3e année d’internat à Lodève, pour avancer le plus loin possible dans mes études. Malheureusement, les cours étaient très abstraits, les professeurs nous parlaient très peu de leur vécu (chose qui aide énormément à la compréhension des cours). C’est alors que j’échouais mon année de Bac pour la 2e fois. Mais cette année n’a pas été inutile, puisque c’est grâce au stage que j’ai connu l’entreprise dans laquelle je travaille actuellement : JP Industrie.


Cette entreprise m’a permis de découvrir l’électricité industrielle et c’est mon patron qui m’a parlé de la voie de l’apprentissage. J’ai dû faire un choix entre préparer un Bac Pro en alternance ou continuer dans la voie scolaire ­classique. La décision n’a pas tardé, j’ai choisi l’apprentissage au CFA Pierre Villeneuve à Montpellier. Le 3 Septembre 2007, je commençai ma formation en étant agréablement surprise par le bon encadrement des professeurs, la compréhension des cours et surtout des revenus mensuels. L’entreprise, de son côté, assure mon avenir en me traitant pratiquement comme une employée et en m’imposant des exercices de réflexion efficaces. Mon travail consiste à câbler des armoires électriques qui servent à faire fonctionner des fontaines ou des stations d’épuration. Je dois tout mon savoir à cette entreprise et à mon maître d’apprentissage…


Pour conclure, je pense que l’apprentissage est le meilleur moyen de trouver facilement un emploi ou de créer sa propre entreprise car nous assimilons de bonnes connaissances tout en ayant la pratique du chantier. Pour ma part, j’invite tous les hésitants à suivre cette voie qui assure un avenir proche et sûr et spécialement les filles, bien sûr. Je suis heureuse d’avoir toujours été acceptée et d’avoir pu comprendre que le métier d’électricien n’était pas seulement un métier d’homme.


Légende : 5e prix : Charlotte Planchon, reçoit un Ipod Nano 8 Go, remis par Daniel Munoz, directeur de la formation au CCCA-BTP.© Emeline Hue


 

Laëtitia Rougemont et Jordan Da Silva, formés au Lycée des métiers le Corbusier à Soissons, remportent le prix “Coup de cœur du jury”. Laëtitia, peintre décoratrice, a été classée 2e aux finales régionales des Olympiades des métiers. Jordan, maçon, a été primé dans le cadre d’un challenge relatif à la construction d’une maison pédagogique, au Lycée. Tous deux ont gagné un Ipod Nano Rouge de 8 GO.
 

Le témoignage de Laëtitia


J’ai 17 ans et je m’appelle Laëtitia Rougemont. Je suis en 2e année de CAP Peintre applicateur de revêtement au Lycée des métiers le Corbusier à Soissons. J’ai commencé la peinture le 3?septembre 2007 après avoir terminé le collège. Notre professeur d’enseignement professionnel nous enseigne toutes les techniques : pose de revêtements muraux ou de sols et techniques de décoration. C’est justement une peinture façon “stuc” que j’ai appliquée lors des ­
40es Olympiades des métiers.


Mon établissement m’a, en effet, proposé de participer aux sélections régionales des 40es Olympiades des métiers, qui se déroulaient du 19 au 21 novembre 2008 au parc des expositions d’Amiens. J’ai accepté tout de suite cette proposition et mon professeur de finition, M. Pape, m’a fait confiance. Il m’a orientée vers les travaux de finition que l’on retrouve toujours dans ce genre d’épreuve, selon lui. J’ai donc travaillé les motifs et la pose de revêtements en particulier afin de me préparer aux Olympiades. Au final, j’ai décroché la médaille d’argent, qui m’a permis de me hisser à la 2e place, derrière un Bac pro, médaillé d’or. J’ai perdu un peu de temps dans le tracé de l’épreuve qui était un peu particulier. J’ai rattrapé le retard dans l’exécution, avec l’application de la peinture et des filets. Le jury a apprécié le stuc à effet décoratif, et c’est ce qui m’a valu la médaille d’argent. Pour moi, ces épreuves ont été une très belle expérience. J’ai la passion de ce métier depuis que je suis toute petite pour l’avoir vu pratiquer par mes proches. J’espère obtenir mon diplôme afin de poursuivre dans cette voie, peut être sous la forme d’un contrat de professionnalisation pour avoir un pied dans une entreprise et parfaire mes connaissances.


Le témoignage de Jordan


Je m’appelle Jordan Da Silva, j’ai 16 ans et je suis en deuxième année de BEP maçonnerie au Lycée des métiers le Corbusier de Soissons. Pour moi, cette orientation professionnelle après la troisième est un vrai choix. Mon père est ouvrier maçon. C’est lui qui a construit la maison dans laquelle j’habite avec mes deux frères et ma mère. Il est fier de son travail et m’a transmis cette passion. Le travail manuel me plait et je sais aussi qu’avoir une maison, c’est le rêve de beaucoup de gens. Au Lycée, avec mon professeur M. Clément, on a participé à un projet de maison pédagogique. Un fabricant de parpaing, Tarmac, nous a proposé de tester un nouveau produit en béton qui se pose à joint mince. Je connaissais la brique monomur mais pas ce bloc béton là. C’est génial ! Ça va beaucoup plus vite qu’avec le parpaing ; c’est plus facile et plus rapide à poser. Et puis finie la galère de nettoyer la bétonnière et ça, franchement, c’est top ! Ce qui m’a plu dans ce projet c’est d’abord qu’on a travaillé comme sur un vrai chantier, en situation réelle. Pour motiver la classe, M. Clément a organisé un challenge du meilleur poseur. J’ai tout fait pour arriver dans les 3 premiers et j’y suis arrivé. Mon père était fier de moi et en plus, je lui ai appris des choses avec le bloc béton car, lui, il ne pose que du parpaing. Quand j’aurai eu mon BEP fin juin 2009, je voudrais poursuivre en BP rénovation. Je trouve aussi intéressant de donner une nouvelle vie à des vieilles maisons et puis il y a beaucoup de bâtiment à rénover partout. Plus tard, je veux rentrer dans une bonne entreprise et gravir les échelons. Mais je ne voudrais pas être dans un bureau. Je veux rester sur les chantiers, travailler en équipe avec les ouvriers des autres métiers.


Légende : Prix “coup de cœur du jury” : Laëtitia Rougemont et Jordan Da Silva, lycéens au Lycée des métiers le Corbusier (Soissons), ont reçu chacun un Ipod Nano 8 Go, remis par Franck Bruel, PDG de Point.P. © Emeline Hue


 



Publié le


Partager cette page de batirama.com sur facebook

 

Partager cette page de batirama.com sur twitter

 

 

Partager cette page de batirama.com sur linked in

 

Version Imprimable

Articles qui devraient vous intéresser

:

Commentaire

Ajouter un commentaire  
Votre commentaire
 
 
 * Pseudo :  
Saississez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)
 * Email :  
Saississez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)
 * Commentaire :  
Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.
 
 
batirama.com sur Facebook
Retrouvez nous sur ...
   
ARTIDEVIS Autopub
Produit du bâtiment
Produits
Les + récents
Les + demandés
Les + consultés
Actualités batiment
Articles
Les + commentés
Les + lus
Les + récents
Actualités batiment
Le projet du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, vous êtes plutôt... (461 votants)
pour
contre
indifférent
 
© 2011 Batirama.com | réalisé par BIP Information Professionnelle | Mentions Légales | ARTIDEVIS | ARTIPRIX Google+
allez en haut de la page