Equip Bai
Actualité batiment : batirama.com
Articles  Produits  Chiffrage  Emplois  Formations 
ARTIDEVIS Autopub
Partager cette page de batirama.com sur facebook

 

Partager cette page de batirama.com sur twitter

 

Partager cette page de batirama.com sur linked in

 

|  

Ajouter batirama.com à vos favoris

 Favoris  |  

Ajouter batirama.com à vos favoris

 Votre panier  |  

Se déconnecter

 Se connecter   

Le BIM : étude de cas avec la Façade F4

Le BIM : étude de cas avec la Façade F4

Travailler plus vite, de manière plus approfondie, en minimisant le risque d'erreurs : telles sont les promesses de la démarche BIM. Exemple à découvrir ici : celui de la façade F4.


Articles qui devraient vous intéresser :
Maquette numérique
Maquette numérique
Maquette numérique
Maquette numérique
RT 2012
RT 2012
RT 2012
RT 2012

Le BIM repose sur un format de fichiers riche en informations, le .IFC. Ce format de fichier est en réalité une base de données à structure objet (voir article ici).

Pratiquement, chaque élément d'un projet –une dalle, une fenêtre, un mur extérieur…–  est un objet, au sens informatique. Cela signifie, premièrement, que cet objet possède des propriétés et, deuxièmement, que cet objet sait qu'il est environné d'autres objets.

Les propriétés peuvent être de toute nature : les dimensions, la position dans l'espace, la résistance thermique, les propriétés acoustiques, le comportement au feu, la consommation électrique… voire l'énergie grise nécessaire à la fabrication du composant. L'objet dalle est en contact avec des objets poutres, par exemple. Quantité de programmes informatiques vont tirer parti des propriétés des objets.

 

De l'étude des collisions à la maintenance

 

Dans une représentation graphique en 3D à structure objet, chaque objet reconnaît ses voisins. Une application d'analyse de structures, par exemple, détecte très rapidement les collisions spatiales des objets entre eux.

 

Est-ce que la poutre traverse le mur extérieur, est-ce que la canalisation pénètre dans la dalle… L'analyse des collisions spatiales a été la première utilisation de la démarche BIM.

 

Les différents outils informatiques des acteurs participant à la conception-construction-exploitation d'un bâtiment ne lisent pas toutes les informations contenues dans un fichier BIM. Ils filtrent celles dont ils ont besoin à partir de la richesse de l'information disponible.

 

Lorsqu'un logiciel de calcul de structure considère un fichier au format .IFC, il ne s'intéresse pas à l'isolation thermique de la paroi, mais à son ferraillage et à l'épaisseur du béton. Les outils BIM, développés par le Cstb et Saint-Gobain Isover pour faciliter l'emploi de sa façade F4, constituent un bon exemple des possibilités ouvertes par le format. IFC.

 

La façade F4 est un procédé entièrement en filière sèche. Il comporte une structure métallique extérieure avec pose de l'isolant en avant des terminaisons des dalles pour traiter tout pont thermique et une structure intérieure portant l'isolant interne et la membrane d'étanchéité à l'air.

 

Le cas pratique de la Façade F4

 

A l'attention des concepteurs, pour permettre un calcul rapide, mais très précis du Bbio dés la phase de l'esquisse, Isover a développé plusieurs outils utilisant le format de fichier .IFC pour calculer les performances d'un bâtiment équipé de la solution “Façade F4”.

Ces outils importent un fichier DWF, DWG ou IFC d'un bâtiment, issu du soft des architectes, le complètent à l'aide de l'ensemble des composants d'une façade F4, calculent le Bbio et ré-exportent le tout au format IFC vers tous les logiciels compatibles.

Ce qui permet très vite et sans erreurs de tester plusieurs hypothèses de façade pour comparer leurs performances thermiques, acoustiques, anti-feu, etc. Dans un projet qui fait appel au BIM et au format .IFC, à la fin des travaux, le maître d'ouvrage dispose de la maquette numérique du bâtiment.

Ce fichier au format .IFC, parfois un peu gigantesque, connaît tout du bâtiment. Il peut être importé sans ressaisie, dans toute application de gestion de patrimoine compatible.

Ce qui fournit à l'exploitant du bâtiment, l'arborescence spatiale de l'opération, la définition de chaque local, la localisation des divers équipements techniques, la description de leurs propriétés, etc. Ce n'est même plus un rêve, c'est possible aujourd'hui. Notre troisième article sera consacré aux outils du BIM : les logiciels et quelques nouvelles machines de rêve.

Publié le 26/11/2013
Batirama.com

1
2
Partager cette page de batirama.com sur facebook

 

Partager cette page de batirama.com sur twitter

 

 

Partager cette page de batirama.com sur linked in

 

Version Imprimable

Articles qui devraient vous intéresser

:
Maquette numérique
Maquette numérique
Maquette numérique
Maquette numérique
RT 2012
RT 2012
RT 2012
RT 2012
 
ARTIBAT 2014 juin à septembre top page

Commentaire

Ajouter un commentaire  
Votre commentaire
 
 
 * Pseudo :  
C'est sous ce nom que votre commentaire sera publié.
 * Email :  
Une alerte sera envoyée à cette adresse lors de la publication de votre commentaire.
 * Commentaire :  
Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.
 
 
batirama.com sur Facebook
Retrouvez nous sur ...
Beissier 2014
Actualités batiment
Le label RGE et l'éco-conditionnalité des aides publiques à la rénovation énergétique c'est ... (504 votants)
davantage de paperasse, ce n'est pas le moment !
une valorisation du savoir-faire des entreprises labellisées
un bon moyen de nous soutirer encore de l'argent alors que nous avons déjà fait nos preuves
l'espoir de voir disparaitre du marché les entrepreneurs incompétents ou peu sérieux
une usine à gaz, je n'y comprends rien !
 
batirama.com sur Twitter
Retrouvez-nous sur Twitter
batirama.com sur Twitter
Actualités batiment
Articles
Les + commentés
Les + lus
Les + récents
Hormann
ARTIBAT 2014 juin à septembre