Le point sur les examens médicaux du travail

Le point sur les examens médicaux du travail

Si les examens médicaux ont bien disparu d’une manière générale, ils demeurent pour les postes à risque. Et les textes définissent ce qu’est un poste à risque.


Les examens médicaux du travail ont-ils réellement disparu depuis le 1er janvier 2017. Pas tout à fait puisque certains sont conservés dans le cadre des postes à risque. Qu’entend-on par poste à risque ?

 

Il s’agit des salariés exposés à l'amiante, le plomb, mais aussi les agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction. S’y ajoutent les agents biologiques des groupes 3 et 4, les rayonnements ionisants, au risque hyperbare. Enfin, n’oublions pas ceux exposés au risque de chute de hauteur lors des opérations de montage et de démontage d'échafaudages.

 

Par ailleurs, cela concerne tout poste pour lequel l'affectation sur celui-ci est conditionnée à un « examen d'aptitude spécifique ». Cela vaut ainsi pour les autorisations de conduite, l’habilitation électrique. Enfin, sont concernés également les jeunes de moins de 18 ans et les travailleurs saisonniers embauchés plus de 45 jours et affectés à un poste à risque

 

Des examens fait avant l'embauche

 

L’objet des examens médicaux d’aptitude est de s'assurer que le travailleur est médicalement apte mais aussi de rechercher si le travailleur n'est pas atteint d'une affection comportant un danger pour les autres travailleurs et de proposer éventuellement les adaptations du poste ou l'affectation à d'autres postes ;

 

Son objet est également d'informer le travailleur sur les risques des expositions au poste de travail et le suivi médical nécessaire et de sensibiliser le travailleur sur les moyens de prévention.

 

Ces examens sont faits par le médecin du travail, avant l’embauche, puis tous les 4 ans maximum. Une visite intermédiaire est effectuée dans les 2 ans par une personne du service de santé. Enfin, le salarié qui a bénéficié d’une visite dans les 2 ans avant l’embauche n’en repasse pas une si :

 

• il « occupe un emploi identique présentant des risques d'exposition équivalents »

 

• le médecin dispose de l’avis d’aptitude

 

• aucun ennui de santé n’existe (pas d’inaptitude, d’adaptation de poste)

 

Un avis d’aptitude ou d’inaptitude est versé au dossier médical



Source : batirama.com / F. Taquet

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saississez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saississez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

Le projet du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, vous êtes plutôt... (770 votants)
pour
contre
indifférent
 

Boutique