Actualité batiment : batirama.com
En ce moment
RGE
DTU
Menu Actualité batiment : batirama.com Ajouter batirama.com à vos favoris Se déconnecter
En ce moment
RGE
DTU

De nouveaux doublages pour isoler par l’intérieur

De nouveaux doublages pour isoler par l’intérieur

Pour reconquérir des parts de marché en isolation thermique par l’intérieur, les doublages se réinventent. En améliorant les performances des matériaux ou sa mise en œuvre.


©Siniat


Isolation thermique par l’extérieur oblige, grignotant ses parts de marché sur un volume constant de bâtiments à rénover, « le doublage collé polystyrène (PSE) ou polyuréthane (PU) est plutôt en décroissance aujourd’hui.

 

Sur le segment de l’isolation par l’intérieur, il est très concurrencé par les laines minérales », note Bruno Burger, chef de marché national Second-oeuvre et responsable développement durable chez Knauf. Mais également… par les systèmes de contre-cloisons sur ossature.

 

En outre, ce marché reste dominé par le PSE. « Bien que le PU affiche des performances thermiques plus élevées à épaisseurs égales, il demeure dédié à des chantiers spécifiques car ce sont des produits deux à trois fois plus chers », relève Vanessa Canova, chef de produit isolation, chez Siniat.

 

Néanmoins, « face à un redémarrage du neuf en stagnation après des années de recul, voire en légère croissance, les doublages collés vont reconquérir l’isolation thermique par l’intérieur car ce sont des systèmes économiques et performants avec des espoirs de croissance dans les prochaines années ».

 

Performances améliorées et mise en œuvre facilitée

 

D’autant que les industriels innovent. Chez Siniat, les billes utilisées dans le PSE – non plus blanches mais désormais gris-bleus – « apportent à ce matériau de meilleures caractéristiques thermiques », note la chef de produit.

 

De plus à encombrement plus faible, « l’élastification apportée aussi aux panneaux donne une certaine souplesse sur le plan thermo-acoustique ». La mise en œuvre facilitée est aussi une quête. Comme chez Knauf.

 

« Avec une approche comme celle que nous avons développé qui désolidarise la plaque de plâtre de l’isolant rigide (PSE ou PU) pour rendre plus aisé le passage des gaines, la croissance opère. Elle est même à deux chiffres », dévoile Bruno Burger. Idem chez Placo Platre, où « le doublage concerne aujourd’hui 20 % du marché des ossatures. C’est une part conséquente », note Jérôme Goudard, chef de produits ossature et accessoires.

 

Des solutions tout en-un

 

Mais face à ce segment du doublage sur ossature « pas toujours efficient sur le plan thermique », et surtout moins économique que le doublage collé, ce dernier relève l’émergence d’une autre technique : « l’essor de solutions tout en un sur appui et sans ossature acier qui permettent de s’affranchir de son encombrement tout en facilitant l’approvisionnement sur le chantier ».

 

En ajoutant aussi le bénéfice de l’isolation acoustique à la thermique. Une propriété déjà partagée par les doublages collés en PSE ou PU.

 

COMMENT CONVAINCRE VOS CLIENTS ?

 

Ces nouveaux doublages peuvent apporter l’isolation acoustique en plus à la thermique. En optant pour une isolation en panneau PSE ou PU contrairement à de la laine minérale, les risques de tassement dans le temps sont évités pour un ouvrage pérenne et durable.

 

Enfin, ces solutions permettent de bénéficier d’un gain de place par rapport à des systèmes avec ossature. Un atout non négligeable, notamment en rénovation de isolation thermique par l’intérieur et en particulier quand le mètre carré est à coût élevé.

 

QUEL BUDGET PRÉVOIR ?

 

Si ces systèmes peuvent être plus chers qu’un doublage collé traditionnel qui reste le plus intéressant économiquement, le gain de mise en œuvre peut faire baisser le budget fourni-posé de 20 % à 40 %, selon la performance choisie, l’épaisseur de l’isolant, les fonctions assurées par la plaque de plâtre associées, etc.

 

L'AVIS D'UN REPRÉSENTANT D'INDUSTRIELS : « Le polyuréthane devient une alternative en doublage collé »


Yves Pélissier, secrétaire général du Syndicat national des polyuréthanes (SNPU)
 

Bâtirama : Comment se porte le polyuréthane face aux autres matériaux ?

 

Yves Pélissier

: « Face à une laine minérale ou au polystyrène expansé (PSE) qui restent des piliers importants, le marché frémit notamment grâce à l’isolation thermique par l’extérieur qui affiche toujours une légère croissance. Néanmoins, l’isolation thermique par l’intérieur demeure le vaisseau amiral, car plus facile à poser dans la construction neuve, alors qu’en rénovation il faut réaliser des arbitrages, particulièrement entre la contre-cloison et le doublage collé.

 

Le PSE est certes mieux ancré sur ce territoire. Mais, le PU y est aussi présent, même s’il n’en est pas encore un poids lourd sachant que ce matériau trouve sa place actuellement en toiture ou au sol plutôt qu’en mur qui est son troisième cheval de bataille.

 

Batirama : Pourtant, il possède des atouts intéressants en rénovation en isolant par l’intérieur ?

 

Yves Pélissier

: Et ils ne sont pas négligeables. Mais sur ce marché, les particuliers préfèrent l’ITE car ils ne veulent pas modifier leur intérieur et perdre des mètres carrés. Pourtant en doublage collé, le PU est facile à manipuler et à poser. De plus, dans ce cas de figure, il possède un réel point fort : celui de sa performance thermique dans des épaisseurs moins fortes.

 

Enfin, il possède un autre atout qui est propre aux plastiques en termes de parois verticales, il ne bouge pas dans le temps, et par conséquent, il ne se tasse pas. De fait, en sortant des sentiers battus, le PU commence à être une alternative. Cinq ans plus tôt, ce matériau était méconnu, et les maîtres d’ouvrage n’avaient pas du tout ce réflexe.

 

Batirama : Comment expliquez-vous cette récente percée du PU ?

 

Yves Pélissier

: De nouveaux fabricants sont arrivés, des usines ont été implantées sur le territoire, avec des produits certifiés, marqués. Ainsi, le PU a gagné des lettres de noblesse en devenant presque une marque de qualité à lui tout seul. C’est devenu un produit alternatif, intéressant pour des maîtres d’ouvrage qui recherchent le gain de surface habitable en s’assurant d’une pérennité du doublage et de la performance thermique.

 

CE QU'EN DIT LA RÉGLEMENTATION

 

C’est le NF DTU 25.42 dans sa version révisée de 2013 qui régit la réalisation des ouvrages de doublage et habillage en complexes et sandwiches plaque de parement en plâtre et isolant. Il détermine notamment les types d’isolants à associer aux complexes de doublage. Sont concernés les isolants en laine minérale, mousse de polyuréthane ou en polystyrène extrudé de 30 à 120 mm, ainsi que les polystyrènes expansés jusqu’à 140 mm.

 

Outre les supports sous Avis technique ou DTA, le NF DTU 25.42 détermine les supports compatibles avec la pose collée des doublages. À savoir la paroi béton, les maçonneries avec ou sans enduit ciment ou plâtre, le béton cellulaire et les plaques de plâtre. En outre, si ces solutions peuvent être mises en œuvre dans les locaux secs ou faiblement humides et ceux moyennement humides privatifs, dans ce dernier cas le complexe choisi devra se composer de plaques de plâtre hydrofugées.

 

Enfin, le NF DTU 25.42 traite du passage des gaines verticales en rappelant que la structure ne doit pas être endommagée. Néanmoins, si aucune autre solution n’est possible, et à condition que l’isolant soit une laine minérale ou un polyuréthanne, il peut être découpé jusqu’à 16 mm.

 

 

PRODUITS

 

Easy click par Knauf : Passage de gaines garanti

Ce système de contre-cloison légère avec isolant rigide en finition plaque de plâtre se destine au doublage intérieur des murs bétons, blocs pleins et creux, briques. Sa fixation dédiée permet de positionner l’isolant sur le support mural, sans colle, ni mortier. Cette solution s’adapte à toutes les gammes d’épaisseur d’isolant grâce à l’intégration d’une vis coulissante. Avec un lambda de 30 ou 22 W/m.k. selon l’isolant, ce système facilite les différents raccordements de réseaux et garantit une isolation continue sans pont thermique.

Eurothane G par Recticel Insulation : Avec pare-vapeur intégré

Ce complexe de doublage thermique comprend une plaque de plâtre à bord aminci d’une épaisseur de 13 mm et un panneau d’isolation thermique dont l’âme en mousse polyuréthane rigide est revêtue sur chaque face d’un parement étanche composite aluminium, kraft. Mis en œuvre par collage ou vissage, ce panneau intègre un pare-vapeur qui évite la dégradation des revêtements muraux mais aussi accentue la sensation de confort. Ce doublage thermique affiche un R = 4,70 m2.K/W, est un lambda de 0,022 W/m.K pour une épaisseur de 116 mm.

Biofib'Trio par Biofib : Chanvre, coton et lin

Cette solution d’isolation thermo-acoustique globale offre des performances thermiques pour une isolation entre montants efficace été comme hiver. Associant le chanvre, le coton et le lin, pour un produit sain et sans COV, elle n’attire ni les mites, ni les termites. Présentée sous forme de panneaux, sa résilience l’adapte à tous types de montants. Cette solution apporte également un très bon déphasage comme une régulation naturelle de l’hygrométrie. Certifiée Acermi, elle bénéficie d’un effet ressort naturel qui évite l’apparition de pont thermique.

Modulestandardwall par Variotherm : Avec chauffage mural basse température

Ce système de chauffage/rafraîchissement se compose de panneaux Fermacell dans lesquels de l’eau chaude ou froide circule à travers des tuyaux multicouches VarioProfile de 11,6 mm de diamètre pour une épaisseur totale de 20 mm. Entièrement modulable grâce à cinq dimensions de panneaux, il s’installe de la même façon qu’une pose classique sur ossature métallique ou bois, en doublage et cloison. Les tubes tous placés à la même distance, s’identifient grâce au détecteur spécial de tubes Variotherm, pour fixer ensuite tableaux ou étagères.

Gamme Cloisonnement par Cellumat : Idéal aussi en pièces humides

Disponibles dans plusieurs formats, et en différentes épaisseurs, cette gamme en béton cellulaire se destine aussi au doublage des murs. Faciles à fraiser et à découper, ces carreaux légers assurent un montage rapide et diminuent les charges sur les planchers. 100 % minéraux et 100 % recyclables, ces carreaux sont classés A+ d’un point de vue de la qualité de l’air intérieur. Ininflammables et incombustibles (A1), ils sont aussi idéaux dans les pièces humides puisque respirants, ils évacuent la vapeur d’eau.

Duo'Tech System Mur par Placoplatre : Sans ossature

Ce système de contre-cloison supprime les ossatures verticales. Résultat : le nombre de vis utilisées sur chantier est diminué par deux, le passage des câbles facilité et les ponts thermiques réduits. Il associe des plaques Placo Duo’Tech du fabricant 16 ou 19, une isolation par laine minérale ou panneau de PSE ainsi qu’un système de fixation par appuis et des lisses dédiés. Par rapport aux doublages traditionnels et à performances thermiques et acoustiques égales, le gain d’épaisseur totale du système est de 15 mm.

Foamglas par Foamglas : Sans pare-vapeur

Cet isolant thermique en verre cellulaire constitué de bulles de verres rigides et étanches bloque l’air et l’humidité, ne se tasse pas, forme une barrière contre les insectes et les rongeurs, et est incombustible. Particulièrement adaptée notamment dans les milieux à forte hygrométrie, ne nécessitant pas de mettre en œuvre un pare-vapeur, il est proposé en doublages isolants et étanches dans la masse à l’air et à la vapeur. Ainsi, cette dernière ne peut pas entrer dans le doublage évitant la condensation en sol, en mur ou en plafond.

Walltite par Syneris Isolation : Polyuréthane projeté

Ce système d’isolation par mousse rigide de polyuréthane projeté sur les murs in situ, créée une enveloppe étanche à l’air à l’intérieur du bâtiment qui limite l’infiltration des polluants, toxines et allergènes. Couplé à un système pare-air qui aide à contrôler les mouvements de vapeur, il adhère à tous supports, sur toutes les formes, sans phénomène de tassement ou d’affaissement dans le temps. Synonyme de gain de surface habitable, son temps de séchage court autorise la poursuite immédiate du second-œuvre.

Pregymax par Siniat : Le thermique et l’acoustique

Ce doublage isolant à coller est composé d’un panneau en PSE graphité élastifié. Adapté à tous chantiers, il se décline dans des épaisseurs jusqu’à 160 mm pour des R allant jusqu’à 5,45 m2.K/W. De couleur bleue, un code couleur hiérarchise également les produits en fonction de leur résistance thermique pour une lisibilité directe. Thermique et acoustique, ce doublage est conforme à la Réglementation Acoustique et aux Certifications Qualitel. Sa version Déco affranchit de l’application de la sous-couche avant peinture.


Source : batirama.com / Stéphanie Lacaze Haertelmeyer

Publié le


Partager cette page de batirama.com sur facebook

 

Partager cette page de batirama.com sur twitter

 

 

Partager cette page de batirama.com sur linked in

 

Version Imprimable

Articles qui devraient vous intéresser

:
Isolation
Isolation
Isolation
Isolation
Isolation
Isolation
 

Commentaire

Ajouter un commentaire  
Votre commentaire
 
 
 * Pseudo :  
Saississez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)
 * Email :  
Saississez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)
 * Commentaire :  
Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.
 
 
batirama.com sur Facebook
Retrouvez nous sur ...
   
ARTIDEVIS Autopub
Produit du bâtiment
Produits
Les + récents
Les + demandés
Les + consultés
Actualités batiment
Articles
Les + commentés
Les + lus
Les + récents
Actualités batiment
Le projet du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, vous êtes plutôt... (262 votants)
pour
contre
indifférent
 
© 2011 Batirama.com | réalisé par BIP Information Professionnelle | Mentions Légales | ARTIDEVIS | ARTIPRIX Google+
allez en haut de la page