Mewa Mars
Actualité batiment : batirama.com
Articles  Produits  Chiffrage  Emplois  Formations 
ARTIDEVIS Autopub
Partager cette page de batirama.com sur facebook

 

Partager cette page de batirama.com sur twitter

 

Partager cette page de batirama.com sur linked in

 

|  

Ajouter batirama.com à vos favoris

 Favoris  |  

Ajouter batirama.com à vos favoris

 Votre panier  |  

Se déconnecter

 Se connecter   

L'entretien des chaudières : une obligation en plusieurs points (suite 2)



L’arrêté demande d’effectuer des vérifications fonctionnelles des différents composants de sécurité selon les préconisations du constructeur et quand cela est possible. 

 
Les éléments à vérifier sont, d’une part, les sécurités communes aux chaudières (aquastat limiteur, contrôleur de débit ou “flowswitch”, contrôleur de pression et soupape de sécurité) et, d’autre part, les sécurités spécifiques :
- à la détection de flamme sur brûleur gaz (sonde d’ionisation brûleur atmosphérique ou à air soufflé, thermocouple sur brûleur atmosphérique)?;
- aux brûleurs gaz sur chaudière au sol (pression d’alimentation spécifiée par le constructeur du bloc-gaz, pressostats de gaz mini et maxi, entretien-chaudieres-6.jpgcontrôleur d’étanchéité automatique)) ;
 - aux brûleurs à air soufflé (câblage, pressostat d’air mini, boîtier de contrôle)) ;
 - aux brûleurs à air soufflé au fioul (accouplement mécanique entre la pompe et le moteur et cellule photo réactive de détection de flamme)) ;
 - aux conduits des chaudières avec dispositif de coupe-tirage antirefouleur et définies comme étant du type B11BS (le dispositif antirefoulement des fumées)) ;
 - aux conduits des chaudières à “ventouse” (pressostat différentiel)) ;
- aux chaudières reliées à une VMC-gaz : pour le dispositif individuel de sécurité de la chaudière, vérifier son bon fonctionnement par simulation d’un défaut d’extraction. Pour le dispositif de sécurité collective (DSC), vérifier que le brûleur de la chaudière se coupe lorsque l’on simule l’arrêt du ventilateur de la VMC-Gaz au niveau du relais de sécurité de commande situé dans le logement et “piloté” par le DSC.

 

Solution n° 5 : Les brûleurs


Ici, on distingue deux types d’opérations : celles qui sont à effectuer sur les brûleurs fioul à pulvérisation et celles qui sont communes aux brûleurs gaz atmosphériques et à air soufflé.   


entretien-chaudieres-7.jpgOpérations à effectuer sur les brûleurs fioul à pulvérisation :


 - démonter et nettoyer complètement le brûleur ;
 - nettoyer le préfiltre fioul lorsque l’installation en est munie et le filtre de la pompe fioul ;
 - remplacer le gicleur selon la fréquence d’utilisation de la chaudière ;
 - vérifier le réchauffeur de la ligne fioul ;
 - prérégler la tête de combustion selon les préconisations du constructeur ;
 - vérifier le placement des électrodes et leur état et les nettoyer si nécessaire ;
 - graisser le moteur si possible ;
 - vérifier le jeu des roulements du moteur et vérifier l’état de l’accouplement ;
- prérégler les cames du servomoteur sur un brûleur à plusieurs allures.


Opérations communes aux brûleurs gaz ­atmosphériques et à air soufflé :


- démonter et nettoyer complètement le brûleur ;
- vérifier le bon placement des électrodes et les nettoyer ;
- vérifier le débit de gaz et le régler éventuellement.


Opérations supplémentaires spécifiques :


- au brûleur atmosphérique : nettoyer la veilleuse, nettoyer et tester le thermocouple ; 
- au brûleur à air soufflé : prérégler la tête de combustion, ainsi que les cames du servomoteur sur un brûleur plusieurs allures ou directement l’ouverture du registre d’air.

 

Solution n° 6 : Le réglage de la combustion


Le réglage de la combustion s’effectue avant et après l’allumage, suivant des modalités qui peuvent être communes ou spécifiques au gaz comme au fioul.

   
entretien-chaudieres-8.jpgPour les chaudières au fioul comme pour les chaudières au gaz, les opérations préliminaires recommandées avant l’allumage sont :
- le contrôle des auxiliaires?;
- la fermeture des portes du local chaudière pour éviter de fausser les réglages d’excès d’air?;
- l’installation du manomètre?;
- la vérification que les cames soient correctement préréglées et que l’orifice permettant l’introduction de la canne de l’analyseur soit percé dans le conduit de raccordement à une distance de la buse égale à au moins deux fois le diamètre du conduit, ou à au moins une fois son diamètre après un coude?;
- le choix de l’allure du brûleur.


À cela s’ajoute pour les chaudières gaz, la vérification de la pression de gaz de distribution. Après l’allumage, pour les chaudières fioul, on réglera la pression d’injection dans le gicleur en grande allure et pour les chaudières gaz, on réglera le débit de la grande allure à partir du compteur de gaz. Puis, après avoir noté ces éléments sur l’attestation, on laissera dans les deux cas la chaudière monter à la température d’eau d’utilisation.

 

Infos pratiques

 

Les points obligatoires


Le chauffagiste doit être équipé d’un appareil de mesure de combustion qui permet un contrôle simple et efficace des données inhérentes au bon fonctionnement de la chaudière. Les données autorisant un bon fonctionnement du générateur sont constituées par les mesures du taux de monoxyde de carbone ambiant, des différents polluants rejetés dans l’atmosphère, du tirage dans le conduit de raccordement, de la pression et du débit de gaz. À l’issue de l’intervention, l’appareil édite un récapitulatif des différentes données relevées, qui sont expliquées et remises aux clients, accompagnées du nouveau certificat d’intervention obligatoire.

 

L’attestation d’entretien doit :


- rendre compte des opérations et mesures effectuées ;
- éclairer le client sur la performance de sa chaudière en termes de rendement ;
- informer le client sur les émissions de polluants de son matériel (NOx pour les chaudières gaz et le fioul, COV et poussières pour les chaudières utilisant les combustibles solides) ;
- comparer ces valeurs à celles des meilleures technologies disponibles en 2010 et faire part en la matière des possibilités d’amélioration de son installation.

 











Publié le 22/07/2010
Batirama.com

1
2
3
Partager cette page de batirama.com sur facebook

 

Partager cette page de batirama.com sur twitter

 

 

Partager cette page de batirama.com sur linked in

 

Version Imprimable
cellumat

Commentaire

Ajouter un commentaire  
Votre commentaire
 
 
 * Pseudo :  
C'est sous ce nom que votre commentaire sera publié.
 * Email :  
Une alerte sera envoyée à cette adresse lors de la publication de votre commentaire.
 * Commentaire :  
Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.
 
 
batirama.com sur Facebook
Retrouvez nous sur ...
isocell
Actualités batiment
Le label RGE et l'éco-conditionnalité des aides publiques à la rénovation énergétique c'est ... (1020 votants)
davantage de paperasse, ce n'est pas le moment !
une valorisation du savoir-faire des entreprises labellisées
un bon moyen de nous soutirer encore de l'argent alors que nous avons déjà fait nos preuves
l'espoir de voir disparaitre du marché les entrepreneurs incompétents ou peu sérieux
une usine à gaz, je n'y comprends rien !
 
batirama.com sur Twitter
Retrouvez-nous sur Twitter
batirama.com sur Twitter
Actualités batiment
Articles
Les + commentés
Les + lus
Les + récents
cellumat
Flir octobre